Un monde fantastique où des clans d'animaux s'affrontent.Incarnez un de ces animaux de ce monde merveilleux.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 26 Mar - 18:13

Un ciel dégagé dominé par un soleil de plomb à son zénith et un vent doux rafraichissant, voilà la météo d'aujourd'hui. En guise décors une jungle dôté d'une faune tout aussi splendide que diversifiée, mais le mieux, le top du top restait comme même ses cascades magnifiques qui renforçais le côté sauvage de l’endroit.

Dans cet endroit de parfait harmonie et de paix se trainait une louve au look emo/gothique qui semblait quelque peu désorientée dans cette végétations abondantes qui pouvais se révéler être dangereuse...

- Je t'avais dis que ccc'était une mauvaissse idée ! Sifla le repitille fantômatique que seule la demoiselle pouvais voir et entendre.
- Orobos s't'ai apparu pour me casser les pattes retourne d'où tu viens !!!! Râla la jeune canidé.
- Je sssuis jusste venu te dire qu'il faudra pas que tu te plaigne sssi tu le regrette cce voyage. Rétorqua la couleuvre étonnament calme.
La jeune demoiselle leva les yeux au ciel désemparer, en effet, le reptille noire et jaune avait beau être son meilleur ami, il n'en restait pas moins trop "sage" au goût de l'adolescente.

* Bon et moi j'fais comment pour m'orrienter dans se casse-tête de végétaux ?! * S'intérogea la solitaire.
Soudain, elle eut une idée: si au sol elle ne pouvais rien repérée, dans le ciel elle pourais sans doute !

- Acroche toi ! Dit-elle à l'intention du reptille alors qu'elle s'aprétait à décollée.
Ailles déployées, elle se propulsa gâce à la forçe de ses pattes antérieure et en moins de temps qui le faut pour le dire, ce retrouva dans les airs à la merci des vents. Elle se laissa plainer par pur fléme et elle et son ami fantômatique profitèrent tout deux de la sensation que ça fesait d'être dans le ciel.

- Je crois que je ne m'habiturais jamais à sse genre de chose ! Déclara le petit fantôme émerveillé.
Fange éclata de rire, puis se rapellant soudaint du pourquoi elle était en l'air, se mit à regarder en bas pour essayer de reperée un éventuelle chemin.

- C'est encore pire que lorsque que j'étais en bas. Soupira la canidé bicolore.
- Hé cce que j'aperççois en bas c'est pas de l'eau ? On peux toujours descendre pour faire une petite pause, non ? Interroga l'animal qui était "pendu" autour du cou de la canidé.
La louve aillée fit unn atterisage en douceur et les deux amis se retrouvèrent en façe d'une magnifique cascade.
La louve couru vers le point d'eau et sauta dans l'eau fraiche et pure sans aucune hésitation.

- Tu as de la chancce que je ssuis un fantôme sssinon tu aurais eus de mes nouvelles !! Ronchona Orobos.
- Autorité: 0%, crédibilité: 0% ! Ricana Fange en riant de bon coeur.
La couleuvre noire et jeune bougona, mais ne poursuivit pas la conversation: a quoi bon ? Fange était une adolescente têtue et arrogante alors...
En parlant de Fange, elle nageait dans l'eau sereine avec ses idées noires dans le placard et cela plaisait baucoup à son vielle ami fantômatique.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 


Dernière édition par Sasha le Jeu 16 Aoû - 15:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 26 Mar - 20:21


Aujourd’hui le soleil brillait intensément dans le ciel bleu. Les nuages se laissaient porter par le vent avec une tranquillité digne d’un panda. Par à coup le souffle céleste remuait les branchages des arbres. Le murmure calme et paisible des multiples cascades se mêlait au bruissement des feuilles. Sévérus adorait cet endroit. Une terre de lumière où il pouvait aller et venir sans avoir à s’inquiéter de rencontrer un ennemi. Le seul petit bémol qui ne plaisait pas du tout au félin était aussi la chose qui faisait tout le charme d’Arkadia : les cascades. Pour être plus précise, il méprisait l’eau et pas les chutes en elles-mêmes. Mais bon, en même temps, Sévérus était irrécupérable. Il ne supportait ni la pluie, ni l’eau salée de la mer, ni l’eau pure des lacs. De plus, c’était un véritable gamin qui ne jurait que par l’aventure : la vie, la vraie ! Toujours à fourrer son museau partout, à narguer tout ce qui bouge et parfois même ce qui n’a don de parole. Les femelles ne le laissaient pas indifférent mais seule une resterait à jamais gravée en sa mémoire : Shayle. La fidélité était, au moins, une capacité dont il pouvait être fier. Bien sûr il n’était pas à l’abri de la beauté de certaines demoiselles et son subconscient devait alors jouer des mirages pour lui rappeler sa promesse faite à la louve de nuit et de jour. Un jour ils s’étaient promis de se revoir et Sévérus se défiait d’être capable de tenir jusque là. En attendant, il errait ici et là, en quête d’aventure ou de nouvelles têtes à enregistrer. Chaque endroit qu’il visitait ne manquait pas de le surprendre et lui réserver, du moins presque toujours, de bonnes surprises se soldant parfois par une rencontre inattendue. Ce qu’il trouvait le plus marrant était le fait qu’il tombait plus que souvent sur des canidés qui éveillaient à chaque fois et sans la moindre exception sa curiosité. Curiosité qui lui jouait des biens mauvais tours cependant elle ne parvenait jamais à dérouter le gros chat qui réfléchissait toujours avant de se jeter à l’eau. L’eau, qu’est-ce qu’il pouvait détester ça ! Pourtant ce n’était pas ce petit détail qui le ferait changer de destination. Aujourd’hui c’était Arkadia et pas autre chose. Cette journée, il se dévouerait corps et âme à un petit entrainement qu’il soit de vitesse ou d’agilité. Il songeait à courir à en perdre le souffle sur un parcours improvisé parsemé d’embuches et donc parfaitement en accord avec les deux performances. Une autre idée germait aussi et elle consistait à grimper dans les hauts arbres et à se frayer un chemin parmi les branches ; idée qui lui plaisait déjà moins. Et puis il y avait cette dernière possibilité, beaucoup plus drôle à condition d’aimer l’eau, la natation. A cette simple pensée un long frisson parcouru Sévérus qui lâcha :

« Non merci, sans façon ! C’est pas pour moi ! »

La première solution était de loin sa préférée. Petit coup d’œil à droite, petit coup d’œil à gauche. Petit humage d’air pour vérifier qu’il pouvait s’échauffer tranquille et surtout ne pas avoir l’air ridicule. Une fois qu’il fut sûr qu’il était seul, il trottina sur place pendant une poignée de minutes. Le museau levé bien haut, tout fier, comme un haut sportif qui viendrait de gagner une course au seul détail que le félin n’était même pas encore parti. Soudain il stoppa tout mouvement, tendit ses muscles et tapa un sprint. Ses griffes s’ancraient bien dans la terre avant de se rétracter aussitôt pour mieux recommencer le pas d’après. La langue pendante, seule et unique technique pour refroidir son sang. Il évita agilement une grosse branche bien basse qui courait le long du sol d’un bond. Il slalomait entre les divers arbres et la vitesse lui donnait l’impression d’avoir des ailes. Si bien qu’il se sentit obligé de lâcher un « yahou ! » plein de gaité. La cadence ralentit en même temps que l’Hikari faiblissait. Chacun de ses muscles essayait de tenir plus longtemps que son voisin mais s’épuisait tout de même au fil des minutes. Sa respiration se fit plus saccadée et son cœur fit tambouriner le sang à ses tempes ; Sévérus ne s’arrêta pas pour autant. Dans un dernier gros effort il accéléra. Après une minute à peine il se trouva face à une immense cascade où il se laissa choir sur le sol, à bout de force. Comment gaspiller toute son énergie en un instant ? Faites comme Sév’, courez à fond sans aucune raison et voyez jusqu’où vous tiendrez. Le lion se mit sur le dos, les yeux rivés au ciel, cherchant son souffle. Il ne remarqua même pas la louve ailée qui nageait juste derrière lui. Seul le bleu du ciel et son souffle rauque et irrégulier semblait lui tenir à cœur.

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 26 Mar - 21:22

Insouciante la jeune louve continuait à jouer dans l'eau malgré les incesantes protestations de son vielle ami réptillien qui malgré son état spectral continuait à haïr l'eau. Lassée par les ronchonement de ce-denier la jeune canidé fini par sortir de l'imposante masse de liquide bleutée. Qu'elle ne fût pas sa suprise lorsque qu'elle remarqua un jeune lui gris couché sur le dos juste là, devant elle.
- On a de la compagnie... fit remarquer la couleuvre.
La jeune louve ne répondit pas elle restait là planter sur ses quatres pattes partagée entre l'envie de partir et l'envie de se faire petite à observé le comportement du félin, car de là où elle venait ill n'y avait pratiquement pas de félin.

- Bon fais moi dissparaitre sinon tu va encore passser pour une folle. Ordona Orobos sachant trés bien que Fangee n'aimais pas ce genre de situation.
- Non il en ai hors de question Orobos !!! Aboya la jeune louve.
Mais aussitôt elle regretta sa parole, elle allait encore passer pour ce qu'elle n'ai pas: une folle. Prise de panique, la jeune adolescente pris ses pattes à son cou et fuya tel une proie traqué par un prédateur.

- Roh la la tu as toujours le chic pour parler au moment où il faut pas toi ma parole... Gromela le vielle esprit désemparé par la conduite de sa protégée.
Fange ne répondit pas, trop stressé, elle espérait du fond du coeur que le félin n'aurais pas la mauvaise idée de la suivre, auquel cas, elle espérait qu'il ne la ratraperais pas. Mais c'était sans compter sur une branche trop basse qui fit sévérement trébucher la canidé.

- Je désteste cet endroit, je déteste la flore et je déteste les autres êtres vivants !!!!! Hurla la louve aillée partagée entre la frutration et la colére.
Elle se releva tant bien que mal la patte antérieure droite en sang, mais la jeune louve se remit tout de même à courir priant pour que le félin ne la suive pas, d'autant plus qu'à cause de sa blessure et de son état de fatigue la vitesse de l'adolescente n'était vraiment pas terrible.

* Mon dieu, mais qu'est-ce que j'ai fichu pour mérité ça ? *Implora la solitaire.
Soudain, comme si un dieu avait entendu sa pensée, la jeune louve se rappella de ce qu'elle était avant de découvrir son étrange don: une peste qui martirisait les plus faibles et qui pensait avoir tout mieux que tout le monde.

* Bon, ok on à que ce que l'on mérite aprés tout...* Avoua Fange.
D'ailleur Fange signifiait "prisonnière" dans sa langue natale, peut être que ce n'était pas un hasard aprés tout ? Peut être qu'à cause de son don, elle serait prisonnière d'un cycle qui se répéterais jusqu'à sa mort. Pour le cycle il était plutôt simple à deviner pour lademoiselle: elle se fais des amis où croise une personne, par inadvertance parle à un esprit que de doute évidence seule elle entend et vois et ensuite et bien soit elle passe pour une folle soit elle s'enfuit. La seule personne pour laquel ce cycle ne c'était pas interposé restait...

* Rin ! * pensa t-elle avec tristesse.
Et comme maintenaint la seule personne qui avait le même don qu'elle était morte la louve n'a plus d'autre choix que de subir se cycle jusqu'à sa mort. Une larme salée roula sur la joue de la canidé avant de s'écraser sans aucun regret sur le sol légérement humide.

- Qu'essst-cce qui cce passse ma belle ? S'enquit le serpent en remarquant la seule et unique larme qui était maintenant diluée en quelque sorte sur le sol.
- On en reparlera quand tout cet affreux cauchemard aura céssé. Coupa la louve bicolore.
Elle continuait de courir sans relache même si ses muscles commençais fortement à protesté...

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mar 27 Mar - 20:15

Sévérus contemplait les nuages pendant que son rythme cardiaque se calmait pour ensuite se stabiliser. Il comptait les moutons de coton qui flottaient dans le ciel, le tout lui donnait l’impression d’une bassine pleine de balles en mousse blanches ou alors un pré avec, justement, des moutons. Le soleil ne devait pas être loin et il suffit au félin de chercher un peu pour que l’astre l’éblouisse et l’oblige à baisser le regard.

« Non il en est hors de question Orobos !!! »

Le jappement venait de derrière lui. Sévérus se leva avec peine et tant il fut lent, il n’eut pas le temps de distinguer le loup qui venait de partir à toutes jambes. Ses pattes à lui étaient pareilles aux nuages, aussi cotonneuses que ne l’était la mousse blanche du ciel. Le félin ignora, du mieux qu’il le pu, c'est-à-dire assez difficilement, les courbatures qui venaient gentiment lui rappeler qu’il avait abusé de ses muscles et que désormais il ne faudrait plus trop compter sur eux pour une nouvelle course folle ou je ne sais quelle autre pitrerie. L’Hikari pesta et alla jusqu’à lâcher un grognement à l’égard de ses pattes qui ne lui facilitaient pas la tâche. Comment voulait-il rattraper un loup sans pouvoir espérer obtenir l’aide de ses membres qui refuseraient d’effectuer un effort de plus ? Bon, en même temps il faut dire qu’à la fatigue du félin s’ajoutait une louche bien remplie de flegme. Sévérus leva ses yeux à la couleur de son pouvoir et fixa lourdement le trou dans la végétation par lequel s’était enfuit l’autre animal. Hikari ou Hikage ? Il n’en savait rien, n’avait pas envie de savoir et ne chercherait pas. Cette histoire de clan lui passait au dessus de la tête. Il n’en avait absolument rien à faire et aimait enfreindre ces règles stupides qui allaient jusqu’à séparer Island Univers en plusieurs territoires. Ainsi, parmi les amis du félin, figuraient différents membres des deux clans. Lobo, Zék, Shayle, Harmony… Beaucoup de femelles, tiens donc. Bref, Sévérus ne comprenait pas ce point de vu pas plus qu’il ne croyait en deux dieux distincts à l’origine des clans. Alors, que cet individu inconnu qui avait pris la fuite soit Hikage, entre autre ennemi du lion, ne l’importait que trop peu. Tant qu’il pouvait faire une rencontre intéressante cela n’avait pas de répercutions sur sa conscience enfantine, immature serait plus juste et plus approprié.

Une flopée de questions trottait dans l’esprit de l’Hikari. Qui était ce fuyard ? Que faisait-il ici ? Pourquoi avoir pris ses jambes à son cou ? Qui était donc cet Orobos ? Pour unique réponse, Sévérus n’avait qu’une certitude : un loup. Comment pouvait-il en être aussi sûr ? L’instinct, c’est tout ce qu’il aurait répondu et jamais, en aucun cas, il n’aurait dit qu’il avait simplement vu la queue si spécifique aux ancêtres du chien. Un sourire glissa sur le museau gris du félin. Les canins, ah qu’est-ce qu’il pouvait les admirer ! Tout ce qui s’approchait de près ou de loin aux loups éveillait en lui une curiosité sans limite. Chiens, renards, coyotes, fennecs, loups, tous y passaient. Pour toute explication à cette réaction ne postulait qu’un simple mot : différence. L’ensemble des choses qui différenciait félin et canin constituait sans presque aucun doute la réponse la plus plausible et la plus proche de l’exacte vérité. Ainsi donc Sévérus aimait se laisser prendre au jeu des sept différences –dans une version plus large et plus adaptée- dès qu’il croisait un canidé. Pourtant, il ne jouait pas qu’à chercher les erreurs mais incluait aussi les ressemblances qui lui tenaient beaucoup à cœur. Un loup qui sait grimper aux arbres avec la même agilité qu’un félin, en est le parfait exemple. Exemple qui est bien loin d’être fictif. Sévérus brûlait d’envie de savoir quel trait précis il découvrirait en ce nouvel individu. Peut être serait-ce un détail sautant aux yeux et coïncidant avec le côté ressemblance, à moins que ce ne soit un caractère peu ordinaire relatant le second côté nommé différence. Qui sait ? Et c’est justement en réponse à cette courte question que Sévérus partit sur les traces de l’inconnu.

Il avança à pas lents et trainants vers l’entrée de végétation qui s’ouvrait sur la forêt. Une délicieuse odeur sucrée vint faire frétiller les moustaches du félin. Cet exquis effluve fit ronronner le gros chat qui, dès qu’il s’en rendit compte, cessa immédiatement. Puisqu’il ne connaissait pas l’odeur de celui qu’il suivait, Sévérus se devait de se repérer grâce à son odorat affiné –s’il ne se laissait pas distraire par tous les bons parfums environnants- et aux traces dans l’herbe. En effet, fraîchement imprimées, des traces de pattes partaient au nord. De plus certaines branches et autres lianes étaient brisées et semblaient indiquer le chemin. Sévérus se mit donc en marche, lentement, très lentement, accompagnant ses pas d’un sifflotement guilleret auquel répondaient les oiseaux de leurs piaillements gazouillants.

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Ven 30 Mar - 23:15

Les muscles de la jeune demoiselle sans clan commencèrent à fortement protester si bien, qu'elle finit par tomber sur le sol humide et froid d'Arkadia, halletante et tremblante.
- Ne te sssurméne pas comme çça voyons !Râla son fidèle ami.
Fange voulut protester, lui dire que c'était une guerrière et qu'elle pouvais faire mieux, mais sa respiration sacadée l'en empêcha.

* Et alors voila, maintenant tout s'arrête ? Sous prétexte que tes muscles n'en peuvent plus tu va rester là, gisante sur le sol humide de cet endroit dont tu ne connait absolument rien ? Aller motivée, on bouge ! * Se motiva la jeune guerrière.
Elle tenta de se relever mais ses pattes tremblante et epuisée ne suivait pas et elle se retrouva à nouveau coucher sur ce sol d'un vert éclatant.

- Fange t'a atteint tes limites arrête tu va le regretter après, crois moi. La cermona le reptille bicolore.
- On peux...toujours...dépasser ses...limites ! Haleta la jeune solitaire dans un élan de motivation.
La jeune louve promena son regard remplie de motivation autour d'elle dans l'espoir de trouver quelque chose qui pourait l'aider. Son regard fini par se figée sur une liane solidement attacher à un arbre dont elle ignorait le nom, faute de connaisance en la matiére.
- Orobos, tu veux bien m'chopper la liane la bas s't'eup ! Demanda t-elle en désignant la liane qu'elle venait de repérer.
- T'es têtue hein ? Bon aller cc'est mon jour de bonté. Râla le petit spectre.
Il descendit lentement du cou de son invocatrice, et rempa en sifflotant jusqu'à la liane, une fois arrivé il la prit l'extrémité dans sa gueule et la ramena à sa jeune protégée bicolore.

- 'Ci mon p'tit serpent préféré ♥ Le remercia la canidé.
Elle attrapa la liane entre ses crocs blanchâtre et tira dessus en même temps qu'elle poussait sur ses pattes arrières.

* Aller Fange faut le faire ! Aller ! Encore un petit effort, aller ! Tu peux le faire ! * Se motiva la jeune adolescente au look extravagant et déjanté.
Une fois qu'elle réusit à se mettre debout, la jeune louve encore tremblante attendit un peu affin de se stabilisée. Une fois que son équilibre fût quasi-totale elle se remit en route mais cette fois ci en marchant.

* Aprés tout je dois l'avoir asser bien distancé et peut être même qu'il ne me suis pas d'ailleurs, je peux me permettre de marcher un peu * Se rassura l'invocatrice.
Elle huma l'air frais et humide de l'endroit, une légére odeur se fesait sentir mais la demoiselle doutais que se soit le félin gris de tout à l'heure. Elle se remit donc en route sifflotant l'air de "Foregone Conclusion" que Rin lui avait fait écouté un jour, la chanson parlais d'une mission top secrette qui virait au désastre le plus complet de toute l'histoire.

- Ccc'est Foregone conclusion ? Demanda le petit fantôme en écoutant les sifflements de Fange.
- Affirmatif mon cher Orobos ! Répondis la sans clan, un sourire aux babines.
- Quand je te dis que je sssuis un génie ! Ironisa la couleuvre.
Fange éclata de rire, un rire qui n'était pas venue depuis un bon bout de temps et qui fit plaisir au reptille.

- Dis, un quizz musical, sa te tente ? Proposa la louve.
- Pourquoi pas ? Retorqua l'animal spectrale.
Ainsi ils passèrent tout le long du trajet à siffloter des airs de musiques tous différents et ainsi un fou rire fini par s'installer...

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Dim 1 Avr - 19:05

Un jambose ou jamalac. Huit ou neuf mètre, dix au plus, de haut. Des fruits rouges, roses, en forme de cloche d’où leur nom : bell-fruit. Sévérus venait de repérer cet arbre dont il connaissait le nom, chose très étonnante étant donné qu’il ne s’intéresse que très peu à la culture et par conséquent aux noms des plantes et autres choses avoisinant le même genre. Alors allez savoir pourquoi, le mot « jamalac » avait marqué le félin. Il en était de même pour l’appellation de ces fruits. Le lion en avait déjà goûté et se souvenait avoir particulièrement apprécié son léger parfum sucré. Après un court temps de réflexion, il se décida à cueillir quelques uns de ces bell-fruits. Sévérus voulut bondir mais ses pattes, affaiblies, se dérobèrent sous lui et il se serait idiotement écrasé au sol s’il ne s’était pas retenu à une branche basse. Le félin pesta et maugréa quelques mots inaudibles. Il dû se contenter d’attraper les fruits à bas niveau. Il en décrocha une bonne petite quinzaine dont il dévora les deux tiers. La chair blanche croquait sous ses crocs pendant que le délicieux parfum sucré faisait jouer ses sens.
« Toujours aussi bons ! Je m’lasserai jamais de manger ça ! »
Une fois qu’il fut bien rassasié et que sa courte halte avait, lui parut-il, redonné pas mal de force à ses membres, il empaqueta du mieux qu’il le pouvait, en gros très mal, les cinq derniers survivants dans une grande et large feuille. Il ferma le tout d’une longue tige et enserra son paquet entre ses puissantes mâchoires. Il repartit alors au trot.
*Où est-ce qu’il a bien pu se barrer c’ui-là ?*
Le soleil perçait entre les hautes cimes des arbres et traçait des raies de lumière blanche et pure. Une délicieuse et fine brise transportait les effluves de la forêt et les faisait gaiment virevolter dans l’air sur le refrain gazouillant des oiseaux. Une cigale chanta quelque part dans un arbre et Sévérus se prit à la chercher, son paquet toujours dans la gueule :
“Où es-‘u pe’i’ ‘igale ? ‘e vais ‘e ‘’ouver.” (Ce qui donnerait : « où es-tu petite cigale ? Je vais te trouver. »)
Le félin, tête en l’air, l’oreille tendue, cherchait vainement le minuscule insecte au chant si sifflant. Evidemment il ne trouva pas la petite bête et fut contraint de reprendre son chemin, toujours trottinant.
Bientôt un tout autre bruit parvint à ses oreilles. Des sifflotements. Pas ceux des oiseaux. Pas non plus ceux d’une cigale. Des sifflotements tout autres. A bien y écouter, il y avait des rythmes, des refrains. Un grand sourire illumina le museau du lion, ce qui lui fit presque lâcher son paquet. Sévérus se mit à courir en direction des sons et lorsqu’il fut tout près, il s’arrêta pour marcher. Avec la plus grande des discrétions, il sauta dans un arbre sans que, cette fois, ses pattes ne lui fassent défaut. Juste avant cela, il avait pris soin de cacher son butin fruité derrière une grosse pierre et, faute de mieux, sous des mottes d’herbe arrachées au sol. Perché dans sur sa branche, il pu enfin détailler l’inconnu ou, devrai-je dire : inconnue. Grande, grise presque noire, longue chevelure violet pétant lâchée au vent et deux immenses ailes semblables à celles d’une chauve-souris. La demoiselle parlait dans le vide et riait seule. Sévérus fronça le museau et pencha la tête : signe qu’il n’y comprenait rien.
*Mais qu’est c’qu’elle fout ?*
Le félin chercha encore une explication avant de laisser tomber ses interrogations décidément trop complexes pour lui. Dans un élan de curiosité, il déboula de son perchoir, se planta devant la louve et fanfaronna :
« Trouvé ! »
Un immense sourire lui barra le museau pendant que ses yeux étincelaient d’une lueur naïve et taquine :
« C’est pas que j’suis crevé mais vous courez rud’ment vite ! »
La cohérence entre les paroles de Sévérus laissa à désirer mais c’était sa façon à lui de parler et de s’exprimer.
*On va jouer à un petit jeu. On verra bien si ça marche… *
Une idée germa dans son esprit et il se décida à la suivre. Aujourd’hui il la jouerait mystérieux et passerait pour le félin sans nom. Restait à savoir s’il y parviendrait ou si la louve aux ailes étranges arriverait à mettre la patte sur l’identité du lion…

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Sam 14 Avr - 13:47

Tandit qu'ils poursuivaient leur chemin, les deux amis continuaient leur petit quizz musical.
- Aller une autre ! Raclama le petit reptille.
- Attend deux minutes, s'pèce d'impatient Rala la jeune louve.
Son cerveau tournait à cent à l'heure pour trouver une chanson que Orobos ne trouverais pas.

* Satelite ? Non il la connait...euh...mhh... adolescence ? Non ça aussi il connait....roh....euh... trick and treat ! * Réfléchit elle.
- Cette fois je vais même t'en chanter un bout Avertit Fange.
Orobos ne dis rien, il ce préparait à la prochaine chanson, en ce demandant ce qu'avait bien pu choisir sa maitresse.

- Profondément, profondément, dans la brume tu entends une voix fascinante. Viens, viens dans le coeur de la profonde forêt. Commença la canidé.
Son ami fit une moue de concentration et ondula dans tout les sens pendant qu'il était sur le cou de la demoiselle, ses neronnes s'activaient pour essayer de mettre un nom sur cet étrange debut de musique, mais rien ne parvint.

- Tu peux en chanter encore un bout s'il te plait ? Demanda le reptille.
- Plus vite plus vite, aussi proche que vous pouvez avec la hâte. Viens viens, comme c'est amusant. Commençons à nous amuser ! Continua la solitaire.
Le serpent de plus en plus confus commençais à craindre de devoir abendonné, aussi il continua de chercher, mais encore une fois ses efforts ne furent pas récompenser et ça le frustrait.

- Les bonbons en bâtonnets sont des baguettes magiques. Faisant semblant d'être seul, fera augmenter le sirop. Oubliant l'amertume, dans un beau rêve Protégé par l'auvent , endors-toi. Prolonga la louve aillé en voyant que son ami ne trouvait pas.
- Bon moi j'abendonne... Grommela le petit reptille.
La jeune louve rebelle sourit, elle avait enfin réusis à faire abendonné son ami fantômatique.

- Trick and treat de Len kagamine, s'pèce d'ignorant ! Le narga l'annimal bicolore.
- Rah... pfeuh t'en a pris une que je ne connaisssait pas tricheuse. Pesta l'esprit bicolore.
- Pauvre petit choux.... mauvais joueur va ! Rétorqua l'invocatrice.
Orobos ne répondis pas, il sait bien que Fange était trop têtue et que ça allait prendre des heures sinon.

La jeune louve entendit des bruits au niveau des arbres, mais ne réagis pas pensent que c'était un groupe d'oiseaux qui en était la cause.

« Trouvé ! » Déclara le jeune lion gris de tout à l'heure, visiblement content de sa trouvaille.
Les yeux de Fange samblaient vouloir sortir de leurs orbites tellement qu'elle était étonnée et suprise.

* Mais...mais...mais c'est impossible !! Non vraiment là je suis mal trés mal même... comment à t'il fais pour me retrouvée ?! Pfeuh l'injustice de ce monde j'vous jure ! * Pesta la jeune louve solitaire à la fois contre elle même et contre le lion.
- Bon maintenant qu'il t'a trouvé, dis quelque chose, mais pas à moi hein, à lui ! Conseilla le petit fantôme plus vieux qu'il en à l'air.
* Bon aller dis quelque chose, bon sang ! Tu va comme même pas rester là comme un statue ! * S'encouragea la jeune invocatrice.
Elle dévisaga le jeune lion, et remarqua qu'il resemblait beaucoup à Rin, non pas physiquement mais mentalement. Rin était quelqu'un d'immature qui adorait jouer, explorer et taquiner les autres, un peu comme ce lion. Et son regard, c'était le même que Rin: Une pointe de taquinerie et une autre de naïveté.

« C’est pas que j’suis crevé mais vous courez rud’ment vite ! » Poursuivit le lion.
Aprés un temps d'hésitation, Fange ce lança:

- Ha bon ? Pourtant j'ai eu le temps de me fouler la patte, de trébucher et de faire la fofolle en chemin, j'savais pas que c'était de la vitesse !
Elle avait un sourire aux babines, pourtant ses yeux ne montraient toujours rien et on ne pouvait toujours pas décrypter ses intentions, à croire que son coeur était devenue plus insensible que ce que tout le monde pensaient.
- Miracle mesdames et mesieurs, Fange à parler à quelqu'un autre qu'un esprit ! Se moqua Orobos.
D'un rapide coup d'oeil la jeune louve aillée lui indica d'arrêter ses bêtises qui ne l'amusaient guère.

* Certe je lui ai parler, mais et si... roh ma méfiance est toujours là... pfeuh si j'pouvait partir en courant... Non ce n'est pas une solution. * Pensa la solitaire.
Elle se posait beaucoup de questions au sujet de ce jeune lion grisâtre, sa méfiance naturelle continuait d'agir malgrés elle, et ça quoi qu'elle y fasse elle n'y pouvait rien y changer.

* "La vraie morale se moque de la morale." qui avait dis ça déjà ? Rah j'sais plus... tant pis * Réfléchis la canidé.
Tandis que le soleil progressait vers son zénith, la jeune louve, elle progressait vers la méfiance envers ce jeune lion.

- Il va pas te manger non plus ! Rala la couleuvre, désespérer.
La jeune demoiselle ne répondis pas, elle attendait tranquillement que le jeune mâle grisâtre réponde.


(ps: j'ai changée la couleur des paroles d'Oboros, compte tenu de la tienne.)

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Sam 14 Avr - 19:13

Sévérus s’assit face à la demoiselle et prit le temps de mieux l’observer. Les deux yeux de la louve étaient à l’effigie de sa chevelure : violet. Deux améthystes brillantes perdues dans les sombres ténèbres. Cette couleur lui parut d’abord électrique mais sous cette allure se cachait une teinte de rêve, de douceur. Ce ton se raccrochait d’ailleurs à la solitude ainsi qu’à la mélancolie. Le félin s’interrogea. Ce violet, pourquoi ? La demoiselle était-elle en proie à la tristesse, au désarroi et à l’abandon ? Ou alors était-elle une créature de rêve, à la tendresse digne d’une mer de coton ? Le violet, couleur par excellence des rêveurs, des personnes plus spirituelles que matérielles. Etait-ce le cas de la louve ? Croyait-elle en tous ses esprits ? En ces dieux que reniait sans cesse le lion ? Ou était-elle comme lui ? N’accordant son attention qu’aux choses prouvant leur existence ? Nouvelle vague de questions auxquelles le vent répondit en soufflant dans les arbres. Soit cette couleur se traduisait par un côté positif, celui du rêve, de la délicatesse, de la paix, de l’amitié et de la méditation ; soit elle était tout le contraire et se révélait négative, mélancolique et infiniment seule. Le gris sombre du pelage de l’inconnue reprenait lui aussi cette mélancolie et cette solitude, y ajoutant la monotonie. Mais d’un autre côté il pouvait aussi représenter le calme et la douceur. Tout semblait être fait pour s’opposer, se contredire, se faire face. Deux mondes : le rêve et la tristesse. Le sommeil et les larmes.

Une fraîche brise se leva et remua les buissons. La demoiselle répliqua, d’un ton lointain et hésitant, un ton s’appuyant sur le rêve du violet :
« Ha bon ? Pourtant j'ai eu le temps de me fouler la patte, de trébucher et de faire la fofolle en chemin, j'savais pas que c'était de la vitesse ! »
Un sourire se glissa sur son museau, sourire que Sévérus rendit. Il ouvrit la gueule pour rétorquer quelque chose mais rien ne vint alors il se tut. Si par simple curiosité il avait plongé son regard dans celui de la louve, il n’y aurait rien vu et se serait posé encore plus de questions qu’il ne s’en posait déjà. Il ne savait absolument pas que dire et balayait inlassablement l’espace de ses deux braises incandescentes.
*J’étais pourtant sûr de l’avoir entendu parler à quelqu’un.*
Du plus normalement qu’il soit possible de faire, le félin se leva et fit quelques pas vers un arbre. Il jeta un rapide coup d’œil derrière.
*J’ai quand même pas rêver.*
Pour camoufler les véritables raisons de son inspection, le lion planta ses griffes dans l’écorce et s’étira de tout son long en écrasant un bâillement qui était loin d’être fictif. Il retira ses pattes du tronc et passa à une autre coin. Sentant le regard lourd de la demoiselle le suivre, Sévérus demanda indirectement, d’une voix détendue :
« Je me demande bien quel peut être votre petit nom. En tout cas, je suis sûr d’une chose : il ne peut qu’être original et splendide. Un nom à votre image pour faire court. »
Il adressa un clin d’œil complice et un brin charmeur à son interlocutrice. Les femelles. Il adorait les charmer, les taquiner mais il détestait toutes celles qui se prenaient pour le centre du monde. Alors avant toute chose, il lui fallait vérifier que celle-ci n’était pas imbue d’elle-même. Sans qu’elle le sache, sa réponse serait la fin de la première étape de vérification au non égocentrisme, comme Sévérus prenait plaisir à nommer. La demoiselle serait classée ou non chez les femelles moi-je-suis-la-plus-belle. En attendant, le félin continuait son petit manège et consultait un buisson.
*Purée ! L’est où c’ui à qui elle causait !*
L’agacement se pointa et ne put s’exprimer qu’en s’emparant du contrôle de la queue de l’Hikari qui fouettait désormais l’air. Du revers de la patte il poussa les branches de l’arbuste.
*Où c’est qu’tu t’caches ?!*
Sévérus se souvint que la louve était encore présente et qu’elle devait s’inquiéter de se comportement assez…étrange.
*Okay. On va se clamer. On va faire comme si on cherchait quelque chose. Comme si tout allait bien. Calme.*
Le félin revint sur ses pas, passa à côté de la demoiselle et s’en alla chercher ce qui allait lui servir de pièce à conviction et qui l’innocenterait. Ainsi il aurait une raison à donner à l’inconnue, raison qui expliquerait sa façon d’agir pas très adaptée à la situation. Sévérus farfouilla, souleva des mottes d’herbes fraichement arrachées et trouva enfin ce qu’il cherchait.
« Haha ! »
Il prit le paquet de feuilles entre ses crocs et rejoignit la créature ailée, avec une fierté calculée.
*Pourvu qu’elle y croit. Mais ça n’explique pas à qui elle parlait !*
Sévérus posa son butin devant la femelle et d’un coup de griffe coupa les liens végétaux qui maintenaient clos le tout. Les feuilles vertes et souples se déplièrent et laissèrent apparaître les fruits aux teintes rosées. Le lion se para d’un grand sourire et déclara :
« Bell-fruit pour la belle-demoiselle ? »
Un bon jeu de mots et un accent d’occasion et le félin était tout content. Ses yeux de flammes sombres pétillèrent. Une question taraudait pourtant toujours son esprit :
*A qui parlait-elle ?*


(okay et excuse-moi j'avais pas fait attention que c'était la même)

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 16 Avr - 19:50

Aprés avoir entendu les paroles de la canidé le félin grisâtre avait sourit, il avait ouvert la gueule pour répondre quelque chose mais rien n'était sortit, comme si quelqu'un avait coupé le son à ce moment précis.
- Il te rapelle Rin, pas vrai ? Demanda Orobos qui semblait avoir perçut ce léger changement de comportement chez l'adolescente.
* Il est marrant lui, il me parle mais si je lui répond, l'autre en façe ne va rien pigé. * Bougona intérieurement la louve.
En fait contrairement à ce qu'on peut penser Fange n'est pas capable de comuniquer avec ses esprits invoqués par télépathie, ce qui limite le moyen de communication à la parole ou au pire des cas au geste, chose qui se verrait si quelqu'un est avec la demoiselle. Ce qui est le cas actuellement.

* J'peux pas lui répondre...n'empêche comment il à deviné ce que je pensais l'Orobos ? * Se demanda la solitaire.
Le lion gris alla soudainement vers un arbre, y planta ses griffe et bailla, baillement qui était loin d'être fais exprès.

« Je me demande bien quel peut être votre petit nom. En tout cas, je suis sûr d’une chose : il ne peut qu’être original et splendide. Un nom à votre image pour faire court. » Demanda l'animal avant de faire un clin d'oeil charmeur.
- Oula mademoiselle à affaire à un gentleman...Se moqua le réptille qui savait ce que la demoiselle pensait de l'amour.
Fange fusilla le reptille du regard puis elle réprima du mieux qu'elle put -pas terriblement en fait- un grognement envers celui-ci.

- Permetez moi de corrigé votre phrase: " Je me demande bien quel peut être votre nom. En tout cas, comme votre physique, il doit être horrible" c'est disons plus... approprié ? Oui, voila. Pour la réponse je vous prirais de me dire le votre avant.Répliqua poliment la louve.
Ca c'était une réponse digne de Fange: Sa va droit à l'essenciel, ce n'est pas enjolivé, sa reste mystérieux sans toutefois être vulgaire.

- Rolala tu pouvais pas le remercié des compliments, dire ton nom et lui demander le siens ? Non fallais que mademoiselle fasse tout un "patacaisse"... t'es désépérante! Râla l'annimal bicolore.
Fange l'écouta d'une oreille distraite; en effet, la louve était en train de regarder le mâle chercher un peu partout...

* Qu'est-ce qu'il peut bien mijoter ? * S'interroga t-elle.
En l'observant bien, l'invocatrice remarqua que sa queue grise terminé par une touffe de poils noire trahissait de l'agacement...de l'agacement dût à quoi ?

* Décidément il est bien étrange ce mâle...il vaut mieux que je continue à être mystérieuse... * Décida la rebelle.
« Haha ! » S'écria soudainement le lion.
Lorsque que la jeune louve solitaire tourna la tête pour voir à quoi était du se crie soudain et plutôt tourné vers un crie de triomphe, elle remarqua que le jeune lion tenait une feuille qui semblait contenir quelque chose de petite mase et d'un petit volume compte tenu de la solidité et du volume de la feuille.

* Qu'est-ce que c'est ce machin ? * Se méfia l'adolescente bicolore.
Il posa son bultin à terre devant Fange et coupa se qui servais de fermeture révélant ainsi un fruit qui fesait d'avantage penser à une cloche, la chair était fraiche et rosée et avait l'air suculente.

* Hum...je ne me rapelle pas avoir vu un fruit de ce genre dans ma terre natale, m'enfin c'est peut être une espéce régionale...qui sait ? * Pensa l'invocatrice au look déjantié.
« Bell-fruit pour la belle-demoiselle ? » Proposa le gros matou.
Bell-fruit ? Je n'en ai jamais mangé... sa à quel goût ? Demanda l'adolescente, perplexe.
Elle s'approcha des fruits avec délicatesse et les renifla: une légére odeur sucrée vint d'abord percuté les narines de la canidé, suivit d'une effleuve sucrée.

- Cesse de joué la diva, mange il va pas t'empoisonné le matou! Grommela la couleuvre.
La jeune louve n'obeit point. Elle voulait d'abord savoir quel goût avait ce fruit avant de ce lancée. Cependant ne voulant pas avoir l'air d'une mademoiselle-potiche-fine-bouche, elle fini par mangé un de ces bell-fruit. Un mot vint direct à sont esprit: sucré, comme elle l'avait d'ailleur sentie tout à l'heure, mais en plus d'être sucré ce fruit ce révéla être particulièrement doux.

- Pas mal...c'est pas mauvais. Déclara t-elle au lion gris.
La jeune demoiselle ce demanda quel autre chose pouvais bien lui réservé ce lion qui la fesait tant penser à sa regretté meilleure amie.

- Hé bien tu vois quand tu veux... La félicita Orobos.
Il n'empêche qu'il avait raison: Tout est une question de volonté dans la vie; et Fange le savait bien.

* " La vie ne vaut rien. Mais rien ne vaut la vie. " Hmm c'est plutôt vrais *Philosopha la louve.
Et elle se laissa distraire par le flot rêveur de ses diverses pensées qui tout comme la vie est éphémere.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 16 Avr - 21:31

« Permettez-moi de corriger votre phrase: " Je me demande bien quel peut être votre nom. En tout cas, comme votre physique, il doit être horrible" c'est disons plus... approprié ? Oui, voila. Pour la réponse je vous prierais de me dire le votre avant. »
C’est ce qu’avait répondu la demoiselle lorsque Sévérus lui avait demandé son nom. Modeste. Ce fut le premier adjectif qui vint qualifier la louve. Ce simple mot de sept lettres avait fait et faisait toute la différence. Il avait permis à la canidée ailée de survoler la première étape et lui avait épargné le titre de miss-moi-je-suis-le-centre-du-monde. Ensuite, après analyse, elle employait, elle-aussi, le vouvoiement. Ce qui pouvait être à la fois un signe de politesse tout comme de distance. Encore une fois tout était une question, une balance entre deux idées opposées. Après le rêve face à la mélancolie, venait la politesse contre la méfiance. Qu’y aurait-il ensuite ? A cette interrogative, aucune réponse ne pouvait se placer au dessus des autres à moins de posséder des dons de voyances ou dans le même genre surnaturel. La décortication des paroles de la demoiselle s’était poursuivie avec la comparaison de son nom et de son physique qu’elle qualifiait d’horrible. Nouvelles options : soit elle se détestait, soit elle était propriétaire d’une grande et digne modestie. A ce, s’était ajouté une touche de mystère dont la quantité avait été évaluée avec une minutie d’une précision incroyable. Ainsi, elle avait refusé de délivrer son nom à moins que le félin ne dévoile le sien d’abord. Le petit jeu du lion battait son plein et il lui fallait un peu de temps pour s’organiser et monter une stratégie efficace.

Désormais, il venait de proposer l’un de ses fruits de jamalac -de jambose ou bell-fruits, au choix- et la demoiselle s’exclama, effarée :
« Bell-fruit ? Je n'en ai jamais mangé... ça a quel goût ? »
Sévérus, tout sourire au museau, fut tout content d’étaler un peu de sa science –qui se faisait rare étant donné que seule l’aventure avait sa place dans la tête du félin- :
« Le bell-fruit est le fruit d’un arbre qui s’appelle jamalac. Ou jambose. Niveau goût, il est légèrement sucré et d’une fraîcheur exquise. »
Le lion, assis, la queue gentiment enroulée autour de ses pattes, observait la louve. Elle s’approcha de l’aliment étranger et en renifla l’effluve. Elle parut hésiter mais finit par croquer l’un des fruits. Sévérus se tint bien droit, en attente du verdict.
« Pas mal...c'est pas mauvais. »
Un énième immense sourire barra le museau de gris du gros chat. Il ne put s’empêcher de rappeler, faisant allusion aux paroles de la demoiselle, lorsqu’elle avait éludé la question du nom :
«Avez-vous déjà vu votre reflet ? Si je me pose cette question c’est bien parce que vous n’avez pas l’air de connaître le sens du mot « horrible ». A moins que par « horrible » vous sous-entendiez « horriblement divin » et si c’est le cas, j’en suis entièrement d’accord. »
Sévérus était allé chercher ces mots bien loin, dans les ruines qu’il avait pour connaissances. Dès à présent il savourait chacune de ses paroles qu’il jugeait d’assez bonne qualité, pour ne pas dire de très bonne qualité.
*Son nom ! Je ne connais toujours pas son nom.*
Il venait de se souvenir d’un détail plutôt important. Il n’avait aucune idée de l’identité de la demoiselle et elle n’avait pas l’air de vouloir lui donner dans l’absolu. Tout au contraire, elle semblait vouloir repousser ce moment. Cependant elle n’était pas contre pour lui révéler mais pour cela il fallait qu’il se présente en premier : chose impensable. Et ce pour une bonne raison qu’il décida de citer si elle refusait encore. Pour l’instant, il ne pouvait que retenter sa chance :
« Ce n’est pas tout mais j’aimerai avoir un nom à mettre sur ce si joli minois ! »
La simplicité mêlée à une dose de charme et de sincérité. Une recette bien connue du félin.
*Si Mademoiselle résiste à ça, je donne ma langue au chat ! Haha ! Nan, sérieux…c’est pourri. J’ai pas intérêt à sortir un truc aussi lourd que ça. La légèreté, Sév. La légèreté. Joue la en légèreté et tu verras.*
Le lion se leva, s’ébroua vivement et s’étira de tout son long. Ses articulations craquèrent, lui arrachant un sourire.
*C’est moi qui vais gagner !*

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Ven 20 Avr - 19:52

Ephémère, oui tout est éphémère, tout à une fin... sauf les dieux/esprits, mais sincérement si les dieux on crée la vie, pourquoi avoir crée la soufrance et la mort ? Malheuresement pour Fange cette question demererait sans réponse valable.
« Le bell-fruit est le fruit d’un arbre qui s’appelle jamalac. Ou jambose. Niveau goût, il est légèrement sucré et d’une fraîcheur exquise. »
La voix du jeune félin, était loin...trés loin, car la jeune louve était dans son petit monde à elle où seul la souffrance et la solitude avaient sa place...
- Mhhh.... ouai. Répondis t-elle sans vraiment sans rendre compte.
Elle leva les yeux au ciel et miraculeusement, ils exprimaient enfin ce qu'elle resentait: de la solitude. Cependant ce phénomène n'a durée qu'une fraction de seconde avant que sa "muraille de Chine" ne reprenne le dessus.

«Avez-vous déjà vu votre reflet ? Si je me pose cette question c’est bien parce que vous n’avez pas l’air de connaître le sens du mot « horrible ». A moins que par « horrible » vous sous-entendiez « horriblement divin » et si c’est le cas, j’en suis entièrement d’accord. » Demanda le jeune mâle grisâtre.
Les yeux couleurs violets de la jeune louve se posa -à contrecoeur- sur le mâle aux yeux couleurs feu. L'évocation du reflet de la louve lui rappella des douloureux souvenirs, en effet, elle et Rin avaient pour habitude de contempler leurs reflets ensemble et de citer leurs qualitées.

* Ô Rin, si tu savais la douleur que je ressent Rin... pourquoi ?! * Implora la louve, désemparée.
Cependant elle se reprit rapidement, et déploya ses ailles démoniaque avant de répliquer d'un ton amusé:

- J'appelle ça démoniaque moi, pas divin à moins que chez vous divin veux dire démon, mais j'en doute fort.
Un mystérieux sourire pris place sur la gueule de la jeune louve au look gothique/emo. Elle se demandais comment le félin allait réusir à déboucher sur la "beauté" de cette dernière.
* La beauté n'est pas extérieure, mais interieure... c'est ce que tu disais toujours, Rin *
Dire que l'invocatrice ailllé était venue sur cette terre pour tenter d'oublier sa meilleure amie, elle pensait deux fois plus à elle maintenant qu'avant ! Mais il y avait une bonne raison à ça: plus on tente d'oublier une chose, plus on fais une fixation dessus donc au final, c'est ce qu'on veux oublier qui reste le plus longtemps dans notre mémoire.
- Bah dis donc t'es bien penssssive aujourd'hui ma chère Fange...Sifla le reptille fantômatique.
Le reptille avait raison, la jeune louve aillée était dans ses pensées en train de philosopher...

* Une vie animal ne remplit pas cent ans, mais elle est toujours pleine de mille ans de soucis. Le midi est court et les nuits sont longues ! Pourquoi ne prends-tu pas aujourd'hui la lampe pour aller chercher les courtes joies ? Pourquoi veux-tu attendre année après année ? *
De toute façon dans l'esprit de Fange tout est compliqué, tout n'est que questions, souffrance, solitude et combativité.
« Ce n’est pas tout mais j’aimerai avoir un nom à mettre sur ce si joli minois ! » Déclara soudainement le félin.
* Décidément il ne va pas me lacher avec mon nom ! * Remarqua la canidé.
- Je ne vous ai pas déjà dis que je désirais votre nom d'abord, simple question de politesse. Rétorqua poliment la demoiselle.
En fait ce n'était pas que par politesse que la louve désirait le nom du félin, c'était aussi part méfiance et surtout pour essayer un maximum de ne pas parler d'elle, et donc de rester distante...

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Ven 20 Avr - 21:07

« J'appelle ça démoniaque moi, pas divin à moins que chez vous divin veux dire démon, mais j'en doute fort. »
Têtue. C’est tout ce qui était venu à l’esprit de Sévérus. Modeste, têtue… et la suite ? Le félin n’attendait que ça, savoir qui était réellement cette louve ailée. Il avait d’ailleurs était très impressionné par la dimension incroyable de ses ailes. Chauve-souris, des ailes de chauve-souris. Une chauve-souris sombre, toute droite sortie du monde ténébreux de la nuit, arrivant de l’empire fantastique du rêve. La créature d’un autre monde, lointain, teinté d’une sombre clarté identique à celle qui descend du ciel à la tombée de la nuit. Un endroit où le jour et la nuit ne ferait qu’un, créant ainsi un astre de feu et de glace, de lumière et d’ombre. Un lieu où tout ne serait que contraire, surprise et terreur. Un empire où le bonheur serait un trésor des plus précieux et qui ne serait jamais négligé. Une autre dimension. Une autre vision.

« Je ne vous ai pas déjà dit que je désirais votre nom d'abord, simple question de politesse. »
Têtue. Encore une fois. Modeste : 1 point et peut être même 1 point et demi. Têtue : 2 points. La balle continuait de rebondir, changeant de camp, attirant l’attention. Sévérus renchérit :
« Si on applique la politesse, par galanterie, je me dois de vous demander votre nom en premier. »
Si jamais elle ne marchait pas, l’Hikari laisserait tomber, pour l’instant. Baisser les bras ? Hors de question. Même pas dans le pire des cauchemars. Non, juste laisser passer un peu de temps, pour que la demoiselle et lui tisse des liens. Uns sorte de toile d’araignée où chaque intersection serait un point commun, un défaut, une qualité, une info’. Une toile qui, au final, serait des plus solides si par hasard l’amitié parvenait à faire son nid.

Sévérus tendit l’oreille. Au loin les cascades murmuraient, parlaient à voix basse, discutaient, rugissaient. Le vent se mêlait à la conversation en secouant les arbres. Toute la jungle vivait, vibrait sous les rayons de l’astre luminescent, bouton d’or dans une étoffe d’azure brodée, ici et là, de soie blanche et douce. Le félin se concentra encore plus. Il donnait l’impression d’essayer de déchiffrer les chuchotements de la forêt ; comme s’il tentait de percer le secret de ces végétaux aux feuilles d’émeraude et aux troncs d’écailles. Un oiseau gazouilla, un autre lui répondit. La nature s’entraînait au call and respons, développant sa technique responsoriale en l’accordant à ses instruments. Bruissement des feuilles, souffle du vent, ronronnement des rivières, voix aigues des moineaux et autres bêtes à plumes, grondement des cascades… Toute une mélodie propre à Arkadia, inimitable, insoutenable, incomparable. Sévérus écouta cette vie et, s’il l’avait voulu et s’il avait eu une concentration irréprochable et une imagination débordante –bien qu’il l’eut déjà-, il aurait presque pu, derrière les soupirs de la jungle, percevoir les battements sourds du cœur de la Terre. Pulsations faisant vibrer le sol sous les pattes de tous, capable de détruire, de raser, d’anéantir n’importe quel endroit ne lui plaisant plus. Une secousse et la terre se fissure, les arbres perdent racine, les animaux s’en vont ; le paysage se remodèle. Un battement de cœur et le visage de glaise s’efface pour laisser place à un facies craquelé, prêt à accueillir une nouvelle forme de vie. Les arbres repousseront, les crevasses s’empliront d’eau et deviendront rivières, les animaux reviendront et tout recommencera, jusqu’à ce que la Terre, bouillonnante d’énergie, choisisse de faire les quatre cents coups et de repartir à zéro.

Repartir à zéro, si seulement c’était aussi simple. Sévérus aurait pu effacer ses erreurs et ne pas les reproduire. Il aurait pu éviter d’attirer l’ennemi dans son territoire et ainsi ne pas être exclu, délaissé, abandonné. Tout sourire disparu, les souvenirs font mal, ce sont des plaies qui jamais ne cicatriseront. Il suffit d’un mouvement brusque, d’un geste ou d’un frottement et la plaie s’ouvre, béante, laissant échapper un limon sombre. Un flot d’écarlate aux relents de métal. Le goût de ce dernier empli la gueule de Sévérus, il venait de se mordre la langue. Pourquoi tant de haine envers lui ? Pourquoi ne se pardonnerait-il jamais ? Où sont donc les réponses ? Surement là où personne ne penserait les trouver… Le félin ragea intérieurement, toute bonne humeur volatilisée. Mais pourquoi avait-il repensé à tout ça ? Pourquoi ne pas avoir laissé les regrets au fond du tiroir ? La faute à qui ? Questions où sont vos réponses ?

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Jeu 3 Mai - 14:38

La jeune louve continua de regarder le ciel magnifiquement bleu, accompagné par une légére brise de vent qui ne déplut guère à la canidé aux ailles démoniaque.
« Si on applique la politesse, par galanterie, je me dois de vous demander votre nom en premier. » Répliqua gentillement le félin à la phrase de tout à l'heure.
* Décidément ce sera une lutte acharné pour avoir son prénom avant que je lui révéle le mien ! * Ragea intérieurement la louve.
La queue de la jeune canidé trahit un court instant la rage de l'animal, je dis un court instant car elle se ressaisit presque imédiatement.

* S'il croit que je vais abandonnée aussi facillement, il se fout la patte dans l'oeil jusqu'au coude, voir même peut être plus...* Se dis l'invocatrice.
- Bon dis lui ton nom qu'on en finissse, tu va me rendre chèvre avec tes faussses exxcusses ! Siffla le reptille, au bord de la crise de nerf.
Mais Fange ne l'écouta point. Elle s'en fichais royalement. Tout ce qu'elle voulais, c'était de connaitre le nom du mâle grisâtre avant de lui révélé le siens, si elle lui révélais un jour, rien n'était mon sûr...

- Chez vous peut être, mais chez moi c'est celui qui demande le prénom de l'autre qui révéle son nom en premier. Rétorqua la jeune demoiselle.
Certe elle avait mentie cette règle n'existais pas chez elle, mais bon à la guerre comme à la guerre, non ?

- Ta mère ne ta dont jamais appris, que mentir c'était mal ? Demanda Orobos.
Sa mère ? Ce souvenir fit apparaitre un rictus plus malfesant que amusé, elle les avait tuée ses parents, alors pourquoi écouté leurs ridicules paroles maintenant ?

Ha...le passé... tout le monde dis qu'il faut l'oublier et aller de l'avant, mais si on réfléchit un tentinet, si on oublie son passé, on oublie aussi ses erreurs donc on s'empêche nous même d'avancer, conclusion: Ne jamais oublier son passé, du moins pas ses erreurs passées.

* Ca fais deux semaines que je suis arrivée là, sur Island Univers et je n'ai toujours pas pu oublier Rin * Désépéra la louve au look extravagent.
Ce petit souvenir lui en rappella un autre: Kinasta, une chatte blanche rayée noire -car oui, chez elle les félins et canins vivent ensemble ce qui explique pourquoi elle ne veux pas prendre par à la guerre d'IU- jouait avec une hirondelle, lui arrachant les pattes mordant la queue, la laissait partir avant de la ratrapée d'un violent coup de patte. Jina, une husky magicienne du vilage de Fange, abasourdie par tant de cruauté, lui demanda d'arrêter, mais Kinasta l'ignora totalement et continua son petit jeu sadique un sourire aux babines. Jina enragée libéra l'hirondelle et jeta un sort à Kinasta, un sort qui remplaça son cris, par celui d'un oiseau, pendant une semaine. Durant cette semaine personne le l'approcha, et une fois que le sort fût terminer tout le monde qu'elle voyait lui lançais d'interminable: "Cui cui". Et depuis ce jour la jeune chatte bicolore ne toucha plus à un seul oiseau.

* Je me demande si elle à reprit la chasse aux oiseaux aprés mon départ * Se demanda la canidé.

Elle continuait d'admirée les environs, inscrivant chaques détails et chaque odeurs dans sa mémoire, lorsqu'une pensée la percuta de plein fouet: Cela fesait deux semaines qu'elle ne c'était pas entrainée.

* Il faut que je m'entraine si je veux pas perdre ma forme ! * Se disputa intérieurement la louve.
Le problème c'est qu'elle ne connaisait que très peu cet endroit, par conséquent elle ne connaisait pas d'endroit où elle pourrait s'entrainer sérieusement.

* Mais peut être que le félin lui il sais ! *
Alors elle demanda d'un ton -toujours- neutre:
- Dites, vous connaisez un endroit pour s'entrainer ?
Et le silence retomba inévitablement, pesent, limite effrayant...

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Sam 5 Mai - 16:26


« Chez vous peut être, mais chez moi c'est celui qui demande le prénom de l'autre qui révèle son nom en premier. »
Sévérus fronça le museau, il lui fallut quelques temps pour comprendre.
« Ahhhh ! Ah bah nan. »
Un grand sourire se fraya un chemin sur ses babines.
*Ah tu veux jouer à ce jeu là ! Et bien jouons, mais avec moi c’est pas de quartier !*
Après cela, la louve, l’inconnue sans nom, resta muette et observa le paysage. Sévérus fit de même. Un immense tamarin étalait ses branches sous les doux rayons de soleil. Ses branchages rappelaient ceux des saules pleureurs, tombant vers le sol comme attirés par la gravité. Son tronc, plutôt très large, était couvert d'une écorce épaisse, brune, cendrée et gercée. Ses branches larges et touffues s’étendaient de toutes parts et de façon symétrique ; elles se divisaient en de petits rameaux, où naissaient des feuilles persistantes, placées alternativement, composées de dix à vingt paires de folioles –plus petites feuilles- ovales, le tout dans les teintes avoisinant les verts malachite et menthe ; aucune feuille impaire ne terminait ces conjugaisons. Le plus drôle, que malheureusement le félin ne verrait pas étant que celles-ci se replieraient la nuit. Les fleurs sortaient d’entre le vert en grappes. Elles étaient parfaitement composées de trois pétales jaunes –entre le mimosa et la fleur de souffre- parsemés de veines sanguines dont deux atrophiées et bien plus sombres, et quatre sépales roses dont la réunion formait une magnifique calice supportant la fleur. Le pistil qui sortait du milieu de la fleur était crochu, accompagné seulement de trois étamines assurant la reproduction de la plante. Le fruit, le tamarin, semblable par sa grandeur et par sa forme aux gousses de fèves était facile à repérer de part ses trois ou quatre bosses. Les fruits étaient munis de deux écorces ; celle de l'extérieur était rousse, brun chamois, cassante et de l'épaisseur d'une coque d'œuf ; et celle de l'intérieur était souple, verte amande et plus mince. L'espace se situant entre ces deux écorces, était occupé par une pulpe molle, gluante et visqueuse, noirâtre, acide, sucrée, aigre douce et parfumée, un mélange d’adjectifs des plus différents et sulfureux. La peau intérieure renfermait des semences variant d’un nombre de quatre à dix graines recouvertes de pulpe entremêlée de fibres, très dures, aplaties, d'un brun luisant et taché. Sévérus admirait cet arbre sans rien connaître de son nom et de son histoire. S’il s’y était connu en plantes –et pas seulement sur le jamalac- il aurait su que le tamarin ou tamarinier avait un nom de provenance arabe « tamar hindi » soit « dattes de l’Inde ». Celui qui se dressait devant le félin était âgée de 82ans soit quelques années de plus que la moitié de sa vie. Une vie, Sévérus se demandait si on pouvait qualifier ce que faisait les arbres comme « vie ». Passer son temps, droit, immobile bien que bercé par le vent, et ne faire que grandir ; vraiment peu amusant. Pourtant, c’était bien une sorte de sang que la sève était. L’écorce était bien la peau, la chair du végétal. Et ses feuilles, semblables à une parure d’émeraude, une fourrure d’absinthe. Si on coupe une branche, la sève s’écoule, l’arbre se vide de son sang. Certes un sang collant, transparent, à l’odeur particulière, mais un sang tout de même. De plus, la plante naissait petite, frêle et grandissait jusqu’à devenir grande voir imposante, puissante. De part ses étamines, l’arbre assurait la reproduction de son espèce et par la suite sa survie. Ne pouvait donc pas le qualifier d’être vivant ? Bien sûr que si, sauf pour Sévérus. Pour lui l’aventure résultait de la vie, la vie était une aventure. Alors un arbre ne pouvait avoir de vie, car ses racines l’immobilisaient, le…
« Dites, vous connaissez un endroit pour s'entrainer ? »
Le félin secoua la tête.
« Hein ? »
Les paroles de la louve se remirent dans le bon ordre et retrouvèrent leur sens.
« Ah, euh oui. Peut être bien mais sans votre nom je ne puis vous montrer le chemin. »
Sévérus garda un air sérieux jusqu’à ce qu’il éclate de rire et finisse par ajouter :
« Suivez-moi, c’est par ici (et ne pouvant sans empêcher) splendide créature. »
Un sourire se faufila sur son museau et il ouvrit la marche. Direction une cascade toute en hauteur, parfaite pour l’escalade tout comme l’équilibre.

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Dim 6 Mai - 12:03

L'adolescente continua de regardée le ciel aux teinte variant entre le bleu acier et le bleu azur. Les nuages de cotons qui glisaient lentement sur ce ciel eux, avaient optée pour une teinte blanc d'espagne quand au soleil de plomb qui dominait cette terre sa couleur était difficille à définir de par son éclat, mais cela était une teinte du genre beurre frais.
« Ahhhh ! Ah bah nan. »
Suprise par cette "phrase" plutôt comique, la louve ne put s'empêcher d'éclater de rire.
* C'est un comique, s'en même s'en rendre compte. *
Cela lui rappella encore et inévitablement, Rin. Rin, le passé, pourquoi ces deux choses hantaient toujours la jeune louve ? Elle ne savait pas, mais elle se souvint qu'une fois Orobos lui avait dis qu'elle devrait parlée de ce qu'il la tourmente avec un être vivant et non un esprit. Elle ? Se confiée ? Avec un être vivant ? Haha la bonne blague ! En effet, Fange est devenue incapable de ce confiée à quelqu'un depuis la mort de sa meilleure amie, pourquoi ? Elle n'en a aucune idée, c'est comme ça et puis elle l'accepte sans ce poser trop de question.
- Bon vous comptez jouer encore longtemps au chat et la ssouris ? Demanda Orobos exsapéré par la conduite des deux animaux bicolore.
La louve ailée l'ignora. Puis son regard se posa sur une fleur, elle était haute de quinze centimètre environ, sa longe tige couleur violet évêque avait une légère tendance à penchée à droite, ses feuille avaient une couleur verte mélèze, et ses longue et fine sépales avaient une couleur Violet d'évêque allant Violine tout comme ses pétales qui semblaient être douce et soyeuse au toucher. En s'approchant de la fleur, la canidé remarqua que ses filet étaient blanc cassé et ses anthères étaient eux aussi violet évêque. La canidé s'assie devant la plante et la dévora des yeux, c'était une fleur artique, Fange ne savait même plus où elle avait apprit le nom de cette plante et ne savait même pas dans quel climat poussait cette fleur qui avait dotée de teinte qui plaisait à l'invocatrice. Aussi étonnant que ça puisse paraitre les animaux de ce monde considérait les plantes comme des êtres vivants. C'est vrai qu'ils respirent, grandissent, se reproduisent et meurt, mais de la à les considérer comme des êtres vivants ! Pour sa part la rebelle considérait les plantes comme des décorations, rien de plus. Aprés tout il ne fesait que rester là à libéré leurs polen de temps à autre pour la survie de l'espèce et puis voila. On ne pouvait en aucun cas appeller ça une vie, non la vie c'est fais pour découvrir, apprendre, faire des erreurs et en tirer des leçons. Voila ce qu'était la vie pour la louve aillée.

« Hein ? »
La louve semblait avoir tiré le lion de ses pensées. Tout comme lui avait fais précédament.
« Ah, euh oui. Peut être bien mais sans votre nom je ne puis vous montrer le chemin. »
Alors là, les yeux de la louve s'arrondir net sous l'effet de la suprise. Il avait besoin de son nom pour lui montrer un chemin ? Alors là c'était un comble ! La louve cherchait un moyen de s'en sortir tandis que Orobos, lui, était pris d'un fous rire qui rendis la louve perplexe.
« Suivez-moi, c’est par ici splendide créature. »
* Splendide créature ?! Non mais il va voir ! *
La louve courut, ce posta devant lui, le mis dos à terre les deux pattes antérieure appuyée sur le potrail gris du lion.
- Alors vu qu'il semblerait que vous ayez des problèmes d'audition, je vais répéter: JE NE SUIS PAS SPLENDIDE ! Ni aucun autre adjectifs du même genre, compris ? Rétorqua l'animal bicolore.
Puis elle relacha le lion et s'assie dos à lui.

- Wouh dis donc faut pas t'énervée toi. Commenta le reptille.
Ce n'était pas une question d'énervement, c'était que avant de découvrir son don, Fange était une pimbeche superficielle, et tout le monde la complimentait. Et donc lorsque qu'on la complimente la louve à l'imprésion d'être à nouveau ce qu'elle était avant. De plus elle n'aime pas être draguée.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Dim 6 Mai - 16:24

Alors que Sévérus avançait lentement -comme s’il prenait le temps d’apprécier chaque contact du sol, chaque brun d’herbe frôlant ses coussinets et s’aplatissant sous ses pas, se courbant pour laisser passer le dit roi des animaux- l’inconnue courut vers lui et s’interposa. Le félin s’arrêta, dévisagea la demoiselle dans un sourire et desserra ses mâchoires pour prononcer quelques mots. Il n’eut le temps que de laisser échapper une sorte de gémissement, un hoquet de stupeur et se retrouva plaqué au sol. La louve le maintenait cloué dans l'herbe, appuyée de tout son poids sur le corps du lion. Aussitôt d’autres images se superposèrent, sans raison aucune. Le ciel n’était plus d’un bleu azur mais d’un bleu crépusculaire. Plus de soleil, fleur des splendeurs infinies aux couleurs d’or et de feu ; un œil blanc, une perle d’huître nacrée, un spectre de neige translucide. Pas le moindre mouton cotonneux gambadant dans l’immense étoffe céleste mais des étoiles scintillantes, des perles d’or brodant un tissu sombre, égaillant un tableau nocturne. Les arbres, imposants végétaux, gardiens du souffle de la Terre, avaient été remplacés par des blocs de pierre, grise, blanche, se découpant dans les derniers rayons de soleil. Le tamarin fut remplacé par un sycomore. La parure d’émeraude fit place à une chevelure d’argent. Des lucioles voletaient au dessus d’un lac. Ce n’était plus la louve aux ailes de chauve-souris mais Zék. Un « pour parler » emprunt à l’interrogation s’échappa d’entre les crocs du lion qui étincelaient sous les rayons de l’astre lunaire. Sévérus cligna des yeux et tout revint. La nuit se dissipa comme un mauvais rêve. Le soleil reprit sa place dans un ciel clair et parsemé de nuages. Les branches de l’arbre se dénouèrent et les feuilles passèrent d’un vert argenté à un vert d’émeraude ; d’un métal à une pierre précieuse. Le sycomore redevint tamarinier. Les montagnes se courbèrent, s’emmêlèrent, s’écorchèrent. La pierre se transforma en écorce, les bruyères en feuillages, le peu de neige en sève. Les monts laissèrent place aux cimes. Les lucioles s’envolèrent en quelques battements d’ailes ; c’était des moineaux.
« Alors vu qu'il semblerait que vous ayez des problèmes d'audition, je vais répéter: JE NE SUIS PAS SPLENDIDE ! Ni aucun autre adjectif du même genre, compris ? »
Le visage de Zék s’effaça d’un coup. L’inconnue était revenue à sa place. Tout était rentré dans l’ordre. Sévérus prit le temps d’analyser les paroles de la louve ailée, les yeux écarquillés de surprise. Pourquoi s’entêtait-elle à ce qu’il ne la complimente plus ? Encore une question. La demoiselle retira ses pattes, tourna le dos à Sév’ et s’assit. Boudeuse ? Le félin s’interrogea une fois de plus sur les adjectifs correspondant à la louve. Finalement modeste n’était peut être pas le bon terme, quelque chose de plus profond, dissimulé, semblait être à l’origine de ce semblant de modestie. Le lion se redressa avec une certaine lenteur, essayant de s’extirper de son brusque flash-back. Il lui semblait encore sentir le sang coulant de son cou alors que Zék s’écartait. Les brumes de souvenir s’estompèrent. C’avait était une petit victoire ce jour là. Il s’était lié d’amitié avec une louve qui paraissait détester les félins pour une bonne raison. Il avait changé son point de vu et l’avait fait rire de ses bêtises ; comme toujours. Sévérus secoua la tête. Il rejoignit l’inconnu, lui donna un coup de museau dans l’épaule et lui emboita le pas :
« Okay plus d’adjectif mais croyez bien que je n’en pense pas moins. »
Un sourire.
« Bon, on y va, on a un terrain d’entraînement pour Mademoiselle-sans-nom-et-qui-n’aime-pas-les-compliments à trouver ! »
Le félin agrémenta ses paroles d’un clin d’œil. Lorsqu’il reprit son chemin il lui sembla voir une luciole se laissant porter par une fine brise. Un nouveau sourire se pressa d’étirer ses babines. Il avait fait beaucoup d’erreurs, certes, mais il n’avait pas fait que ça, bien qu’il ne veuille en avoir conscience. Il avait fait ami-ami avec bon nombre de personnes qui auraient dû être ses ennemis. Lobo, son « frère », le loup qui grimpait aux arbres comme si un sang félin coulait dans ses veines. Le canidé parlant espagnol. Sév’ se souvint de son oiseau gravé dans l’écorce, le même que celui brillant dans son dos. Si jamais il s’avouerait que l’inconnue finisse par lui faire confiance, il graverait son emblème dans le bois. Peut être bien celui du tamarinier. A moins qu’il ne choisisse de tracer les sillons des plumes dans l’une des pierres de la cascade. Son volatile se trouvait sur une branche d’un châtaigner brûlé de Rakouyen, les terres de combat. Il déployait aussi ses ailes sur un bloc de pierre du désert de Solaris. Pourquoi ne pas le laisser prendre son envol sur l’un des arbres ou sur les façades d’une cascade d’Arkadia, la jungle des chutes d’eau ? C’était bien tentant cependant il fallait que l’oiseau corresponde à une victoire et non à une envie soudaine de graffiti. Tiens, d’ailleurs il venait de se souvenir qu’il n’avait gravé aucun animal à plume au lac d’Eden, là où il avait rencontré Zék. Peut être était-ce pour cette raison qu’elle lui était apparue à moins que ça ne soit parce qu’ils y avaient trop de similitudes entre les deux situations. Peut être bien que l’inconnue ailée avait aussi un lourd secret sur ses frêles épaules. Sévérus se promit deux choses : découvrir le secret de la demoiselle sans nom et retourner au lac d’Eden pour y faire envoler son oiseau. Un énième sourire glissa sur son museau.

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 7 Mai - 19:47

Souvenirs. Un flot de souvenirs plus ou moins horribles. Voila ce qui pouvais faire brusquement changer d'avis la louve, la faire changer d'humeurs ou encore décider de ses réactions.
* L'amitié est toujours une douce et belle responsabilité, jamais une opportunité *
Le conctact soudain de la truffle froide et humide du jeune lion bicolore contre l'épaule de la louve aillée la fit frissoner.
« Okay plus d’adjectif mais croyez bien que je n’en pense pas moins. »
Le félin la trouvait donc réellement jolie ? Non impossible, son look ne plaisait jamais, alors il devait sûrement bluffer ...
« Bon, on y va, on a un terrain d’entraînement pour Mademoiselle-sans-nom-et-qui-n’aime-pas-les-compliments à trouver ! »
Et il entâma lentement la route.
- Fange.
Cette révélation était brute sans détour, ni enjolivation. Dis d'un ton pesant néamoins sûr.
Elle reprit:

- Je m'appelle Fange, pas "Mademoiselle-sans-nom-et-qui-n’aime-pas-les-compliments".
Sur ce, elle ce leva et suivit le jeune félin gris et noir aux yeux couleurs feu.
- Enfin tu lui a dis... je commenççait à déssépéré ! Siffla Orobos.
La louve bicolore leva les yeux au ciel désépérée elle aussi en entendant une telle phrase.

* Rah là là il changera jamais... *
La canidé avançais à un rythme plus ou moins égale au lion-sans-nom-ressemblant-à-Rin, observant le paysage qui défilait lentement devant elle et son ami invisible.
- Je m'ennuie ... Se pleignit la couleuvre jaune et noire.
La solitaire aussi dans un sens, s'ennuyait. Mais ce n'était que provisoire, car bientôt elle aura un endroit pour s'entrainer à sa guise. Ce qui l'enchantait car la jeune fille adorait dépassée ses limites, mais bon, ce n'était pas le cas de tout le monde sur cette planéte.

- J'espére que c'est pas trop loin. Râla l'esprit.
L'invocatrice aurait bien aimée répondre un truc du genre: " T'façon c'est pas toi qui marche. " Mais la présence du félin l'en empêchait.

- Vous faites partit d'un clan ? Demanda t-elle histoire de faire passer le temps.
En fait cette questions lui donnerais deux informations: premièrement, si le félin fesait partit d'un clan ou non, deuxièmement, sur qu'elle territoire elle se trouvait en ce moment même. Ainsi elle ferait deux pierres d'un coup, genre de chose qu'elle appréciait particuliérement. Une question direct, accoompagnée d'une question sous entendu ce faufilant discrétement...

* Le remède est dans le poison comme dirait Akuma. *
Akuma, c'était l'esprit d'un aigle marron et blanc, qui tout comme la demoisselle, adorait phillosophé. Mais contrairement à la louve, il était toujours sérieux, prudent et parfois il était trop rigide. Orobos lui adorait rire, jouer mais surtout commenter; en effet le reptille fantômatique donnait TOUJOURS son point de vue, qu'on le veuille où non.
- Au fond de la montagneee ♪♫ Chanta t-il soudainement.
Ces paroles n'avait aucun réel sens et Orobos n'avait rien d'un grand chanteur, la louve au look extravagent du donc se mordre la babine inférieur pour s'empêchée de pouffer de rire.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mar 8 Mai - 14:38

« Fange. »
Sévérus s’arrêta de façon assez brutale, pris par la surprise, effaré par sa victoire. La louve continua sans y porter attention :
« Je m'appelle Fange, pas "Mademoiselle-sans-nom-et-qui-n’aime-pas-les-compliments. »
Cette révélation fit apparaître un sourire satisfait et triomphal sur le faciès sombre du félin.
*Héhé, je savais bien que tu finirais par lâcher le morceau en première même si tu commençais à franchement me faire douter.*
Pendant que Fange arrivait à sa hauteur, il déclara :
« Il faut avouer que Fange est bien plus jolie que Mademoiselle-sans-nom-et-qui-n’aime-pas-les-compliments. Enchanté, moi c’est Sévérus mais vous pouvez m’appeler Sév’. »
Le lion ajouta un clin d’œil complice à l’attention de la demoiselle dont il connaissait désormais le nom et qu’il ne pourrait plus placer sous l’appellation « Mademoiselle-sans-nom-et-qui-n’aime-pas-les-compliments » qu’il s’était amusé à lui trouver. C’était une petite victoire parmi tant d’autres passées et à venir, une petite victoire qui avait un léger relent d’amertume. Sévérus était, certes, content d’avoir su tenir tête à la louve ailée cependant c’était une victoire un tant soit peu lâche, il s’était imposé et avait clairement exprimé qu’il ne serait pas celui qui parlerait en premier. De ce fait, il était redevenu, un court instant, le gamin qu’il était autrefois : exigent, téméraire, insouciant mais surtout buté. Rien de ce qu’on lui disait ne semblait l’atteindre et il allait jusqu’à faire le contraire de ce qu’on lui ordonnait de faire. C’était à cause de ce trait de caractère bien à lui qu’il s’était rendu en territoire ennemi pour explorer, pour l’aventure et qu’il avait attiré des membres du clan adverse dans les terres des Hikari. L’effet papillon se déclencha indéniablement. Il y eu un accrochage entre les deux clans, par chance le combat n’avait pas fait trop de dégâts et ne s’était pas terminé en bain de sang. Même avec un bilan qui n’était pas catastrophique, Sévérus fut le seul responsable et, implicitement, se banni lui-même. Depuis lors il évitait ceux qui étaient les siens et faisait tout pour ne croiser que ses ennemis. Et, puisqu’il ne comprenait rien à cette histoire de clan, enfin surtout parce qu’il trouvait cela complètement idiot et dépourvu du moindre sens, il se débrouillait pour faire ami-ami avec les Hikages et se voyait plus en tant que solitaire Hikari et non membre à part entière. Donc, en revenant à nos moutons ou plutôt à notre louve et notre lion, si on joue avec les mots, Sévérus s’en voulait d’avoir laissé ce petit missi du passé revenir lui indiquer qu’il était toujours un lionceau dynamique, espiègle et intenable. Un proverbe lui revint en pensant au deuxième adjectif, espiègle. Proverbe auquel il songeait dès que la question des dieux « existaient-ils ou non ? » se posait. Ce que sont les mouches pour un enfant espiègle, nous le sommes pour les dieux : ils nous tuent pour leur plaisir. Le félin méprisant les dieux, haïssait donc se côté de son caractère qui le ramenait à cette citation et par la même occasion qui le comparait, non pas de façon explicite, aux dieux. Sévérus ajouta une promesse à sa liste : s’excuser d’avoir tenu tête d’une manière aussi buté au près de Fange. D’ailleurs, cette dernière choisit de passer le temps en engageant la conversation :
« Vous faites partie d'un clan ? »
*Comme de par hasard !* La question le fit rire intérieurement, il avait l’impression que la demoiselle avait lu dans ses pensées et identifié une part de ses problèmes. Pourtant, il répondit tranquillement et sans la moindre gène :
« Hikari à temps perdu. Et vous ? »
Bien qu’il n’eu pas eut peur d’avouer de quel clan il faisait « partie », une pointe de tristesse vint titiller sa conscience. Cette interrogation le ramènerait encore et toujours à son enfance. Les regrets ne paraissaient pas vouloir le laisser tranquille et semblaient même promettre de le suivre jusqu’à sa mort et peut être même bien après si l’envie leur en prenait. Sévérus soupira. Pour ne pas plonger dans une mélancolie passagère et être obligé de se rendre à Solaris pour que le soleil assèche et fasse évaporer toute cette tristesse, le félin accorda un peu d’importance au décor qui se profilait tout autour de lui. Les arbres étiraient leurs bras de peau rugueuse et écailleuse vers le ciel comme s’ils tentaient de retenir les nuages prisonniers de leurs chevelures de verdures aux teintes d’aliments, amande, avocat, épinard, menthe, olive, pistache, poireau, pomme ; mais aussi de pierres et de matérieux précieux, absinthe, jade, malachite, émeraude et même argent. Tout dépendait de l’humeur de la personne qui les observait. A humeur maussade s’accordait les tons bouteille, kaki, militaire alors qu’à celle joyeuse, pétillante, venait se collaient les verts perroquet, pomme, prairie, printemps… On pourrait encore s’étendre sur toutes les couleurs et leurs humeurs mais cela prendrait trop de temps et de place. Pourtant Sévérus aimait beaucoup les couleurs et aurait voulu toutes les connaître et les maîtriser les yeux bandés ; bien que ce soit impossible de reconnaître une couleur les yeux fermés. Et puis, de toute façon, avant de vouloir être maître en couleur il lui fallait prendre le dessus sur son pouvoir qui avait une fâcheuse tendance à échapper à son contrôle et à partir en tous sens, véritable feu d’artifice d’étincelles. Une idée s’agrippa à son esprit comme le lichen à un tronc d’arbre : pourquoi ne pas profiter du lieu d’entrainement pour s’exercer à contrôler ses flammes ? L’idée lui parut pas mal mais un détail fit mourir le plan. Le félin n’était pas seul et, bien qu’il adore faire le pitre et se donner en spectacle, il hésitait à mettre en avant son pouvoir.
*Oh et puis me*de ! On verra bien là-bas. D’ailleurs on entend déjà la cascade*
C’était bien vrai, on percevait la cascade murmurer, ronronner, gronder, rugir…

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Dim 20 Mai - 16:25

La jeune louve continuait son périple vers un endroit d'entrainement avec le jeune félin gris.
« Il faut avouer que Fange est bien plus jolie que Mademoiselle-sans-nom-et-qui-n’aime-pas-les-compliments. Enchanté, moi c’est Sévérus mais vous pouvez m’appeler Sév’. »
Maintenant elle pouvais mettre un nom sur la frimousse grise du félin qui ressemblait à sa regretter meilleure amie.
- Enfin vous connaissssez vos noms ! J'ai crut que vous alliez repartir sans même le connaitre !! Dramatisa le petit reptille.
La louve soupira. Pourquoi fallait il que à chaque petits événements, Orobos en fasse une montagne ? Elle ne pouvais malheuresement pas lui demander à cause de la présence de Servérus.

- Alors aprés "Au fond de la montagneee ♪♫" voici un nouveau tube: Petit oiseau, si tu n'a pas d'ailles tu peux pas voler ♫♪ Chanta l'esprit, visiblement fier de sa trouvaille.
Cette fois Fange ne put se retenir de pouffer de rire, de sorte qu'elle se mit à rire, et repassait pour une folle.

- Heu... désolée je repensais à quelque chose de drôle... S’empressa d’ajouter la louve.
Elle soupira de soulagement. Il fallait qu'elle se métrisse si elle ne voulait pas passée pour une folle dingue écchapée d'un asile, enfin remarque, qu'est-ce que ça peut faire ? Elle est ce qu'elle est point à la ligne.

* Je suis née comme ça un point c'est tout ! *
Elle continua de suivre Sév' tandit que ses pattes armées de ses griffes, tourturait lentement le sol couleur vert mousse mélangé à du kaki.
« Hikari à temps perdu. Et vous ? » Répondis le lion à sa question précédente.
- Je ne fais partit d'aucun clan, cette guerre pour de stupides divinités ne m'intérresse pas. Déclara la louve aillés.
Fange savait que les divinitées exitais grâce à ses esprits cependant, elle ne les comprenait pas: Pouquoi faire combattre canins et félins pour un territoire alors que la cohabitations était possible ?

* Parce qu'ils ce croiyent au dessus de tout, ils veulent tout controler... quel stupidité ! *
Soudainement la jeune canidé perçue le grondement lointaint d'une cascade.
- Je pense qu'on est bientôt arrivés ! S'exclama Orobos, tout content.
Peut être qu'ils allait juste passer juste devant cette cascade, auquel cas ils n'étaient pas bientôt arrivés.

- On est bientôt arrivés ? Questionna l'invocatrice histoire d'être fixée.
En attendant une réponse de la part de l'hikari, la jeune solitaire continua de marché tandis qu'un flot de pensée défilait dans tête sans qu'elle n'y prête attention. Un peu comme un sorte de transe ou de méditation. Le temps passait, les minutes réduissant très lentement le temps de vie de chaque animal.

* Quand on voit la vie telle que Dieu l'a faite, il n'y a qu'à le remercier d'avoir fait la mort. *
Le vent s'éléva et fit onduler les branches et les tiges et même le pelage des bêtes, selon sa volonté. Le froid occasioné n'affecta pas le moindre du monde l'adolescente, bien au contraire. L'envie de se défoulée et de montrer de quoi elle était capable l'emportait sur le reste, tout ce qu'elle voulait, tout ce qu'elle désirait ardament, c'était devenir imbatable, et pour cela elle devait s'entrainer sans relache et ne jamais abandonnée.
* J'vais p'être même pouvoir amélioré l'endurance de mon pouvoir, qui sait ? *
A cette pensée le désir de la demoiselle, si elle augmentait son endurance face à son pouvoir elle pourrait donc plus facillement invoquée des esprits plus puissant, et peut être même en découvrir d'autre !


( Désolé, c'est court, je m'améliorait une prochaine fois !)

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 4 Juin - 21:37

Alors que le félin au poil sombre était tranquillement en train d’avancer, la tête ailleurs, comme toujours, Fange s’était mise à rire. Sévérus s’était vivement retourné, un air effaré affiché sur son museau et les yeux emplis d’incompréhension. La demoiselle s’était expliquée vivement :
« Heu... désolée je repensais à quelque chose de drôle... »
Le gros matou avait froncé un court instant ces yeux de braises mais pas méchamment, pas non plus de frustration, non, juste d’étonnement et d’interrogation. Peut-être aurait-il espérait que la louve lui face part de cette chose qui la faisait tant rire ? Il n’avait pas insisté plus, jugeant que si elle n’ajoutait rien c’est qu’il n’y avait rien à dire de plus. Il avait repris sans plus de mot sa route, avançant à pas de félin.

Quelques instants plus tard, Fange avait exposé son point de vu sur la question indéniable des clans :
« Je ne fais partie d'aucun clan, cette guerre pour de stupides divinités ne m'intéresse pas. »
Ainsi donc la demoiselle était une solitaire et pensé la même chose que le félin : cette guerre n’avait aucun sens. De plus, elle ne semblait pas non plus être d’accord avec cette idée de « dieux », de « puissances divines ». Ces « êtres supérieurs » à qui il fallait dédier des temples, sa vie, sa foie, en clair la majeur partie de son temps et tout ça pour aller faire la guéguerre et risquer d’y perdre la vie. Franchement, qu’y a-t-il d’enviable à pareille vie ? Qui a envie d’aller mourir sur un champ de bataille pour défendre l’honneur d’un dieu qu’on n’a absolument jamais vu ? Si ces divinités sont si puissantes pourquoi ne règlent-elles pas leurs problèmes toutes seules, comme des grandes ? Sans avoir à mêler à leur insignifiante querelle la vie de quelques centaines –si ce n’est plus- individus qui n’ont rien demandé ? Qui aurait pu croire à pareille bêtise ? Quasiment tous. Tous ces félins et ces canidés, ayant choisi, non ayant été contraints de choisir, un camp. Des clans dirigés par des êtres invisibles, aux pouvoirs extraordinaires, qui regardent leurs guerriers finir dans un bain de sang pour on ne sait quelle raison. Sévérus n’y comprendrait jamais rien. Que ce soit la cause de la guerre comme la soit disante présence de ses êtres divins. Il avait soupiré. Au moins il pouvait se réjouir d’avoir trouvé une nouvelle personne partageant son avis.

Désormais le lion marchait en silence, écoutant, appréciant le murmure brouillé des cascades. Il donnait l’impression de cherchait à comprendre ce que se chuchotaient les chutes d’eau. Pourtant, il ne comprenait pas un mot de la discussion qui se tenait plus loin. Ce langage n’était pas le sien, pas plus que ne l’était celui du vent dans les arbres.
« On est bientôt arrivés ? »
Ce langage-là était le sien tout comme celui de Fange. Aussitôt cette phrase prononcée, Sév’ revint aux bruits qui l’entouraient et non plus à ceux qui s’approchaient. Un oiseau gazouillait quelque part caché dans un arbre. Les végétaux s’agitaient dans une fine brise et leurs feuilles se froissaient. Un criquet stridula dans un bouquet de joncs. Les pas étouffés par l’épais tapis de verdure des deux animaux rythmaient leur cadence. Enfin, se fut au tour de la voix du félin de s’élevait dans l’air humide de la jungle :
« Wep, dans à peine cent mètres ! »
Un sourire se fixa sur ses babines. En effet, après quelques enjambées, ils débouchèrent devant une immense cascade.L’eau glissait dans le vide pour venir s’écraser sur d’énormes rochers couverts de mousses, elle bouillonnait un instant avant de se calmer et de repartir, à peu près plate, paisible juste comme il le faut. Des gouttelettes voletaient partout et scintillaient dans le ciel comme autant d’étoiles dans un ciel de nuit. Une gerbe d’eau vint arroser les pattes du lion qui grogna involontairement. Qu’est-ce qu’il pouvait détester cette… cette…chose, liquide limpide et froid. Qu’il tombe du ciel sous forme de pluie, qu’il soit salé et lèche de ses vagues les plages ou qu’il serpente parmi forêts, prairies et autres lieux. Sévérus ne supportait pas cette eau. S’il avait dû choisir, il aurait pris la pluie. Mais seulement s’il n’avait pas eut d’autre choix. Il secoua bêtement sa patte avant droite dans le vide, envoyant des perles translucides un peu partout. Une fois qu’elle fut, un tant soit peu plus sèche, il la reposa dans l’herbe trempée et observa un peu mieux cet endroit. C’avait beau être la énième fois qu’il venait, il ne se lassait pas de la magie que dégageait ce lieu. Les gerbes d’eau, langues limpides, serpents liquides se détachaient de leur lit de remous basculant dans le vide pour se déployer sous les rayons du soleil. Des myriades de couleurs ornaient alors ces créatures aqueuses semblables à des djinns des eaux. Quelque fois le phénomène durait suffisamment longtemps pour que l’on puisse voir un éclat d’arc-en-ciel. L’eau retombait et la magie se dissipait pour reparaître un peu plus haut et dans une autre gerbe. Sévérus aimait cette vue malgré ce qu’on pouvait qualifier de « phobie » de l’eau. Un nouveau sourire fit son apparition. L’après-midi s’annonçait riche en exercices…

(Tqt, c'est pas grave et puis c'est quand même trèèèèèès long ;))

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Ven 8 Juin - 22:26

Fange continuait de suivre le félin gris nommé Sévérus, tandis que son envie de destruction augmentait au fin fond de son esprit capable d'un sadisme hors norme. Elle avait hâte de tester ses propres limites, hâte de montrer qu'elle était plus forte que ce que l'on pensait, mais surtout elle voulait se prouver que malgrés les événements qui lui avait laissé une plaie béante et indélébile au niveau du coeur. Vous l'aurez compris, la demoiselle était plus motivée que jamais.
* "Tout vient à point à qui peut attendre." m'aurais dis Akuma s'il m'aurait vu comme ça *
Mais voilla elle ne pouvait plus attendre, elle voulait se prouver qu'elle était rester forte.

Plongée au plus profond de ses souvenirs, la jeune louve aillée se rappela malencontreusement le jour où elle avait découvert ses pouvoirs, enfin plutôt ce qui c'était passé suite à cette découverte. Elle avait été traiter de "Folle" de "débille" de "malade mentale" et pire encore, alors rejettée de tous, la jeune fille qui n'était qu'une gamine à l'époque, n'eut d'autre choix que de rester sur "le banc de touche" comme ont dis, elle restait là, seule, tandis que les autres s'amusait ensemble. Pour la première fois de sa vie la canidé aux poils noire, était exclus, et fesait office de souffre douleur de jeune louveteau qui ne fesait que faire ce qu'elle fesait aux plus faible avant. Rester seule dans l'ombre pendant que les autres s'éclatent sous ton nez en plus, c'est la pire torture psychique que l'on puisse infliger à un être vivant. Si la solitaire n'avait pas rencontrée Rin je peut vous garantir qu'elle serait soit morte depuis lontemps, soit elle serait devenue folle.

* Seul l'ignoré se fâche, le sage comprend *
La louve emportée par un flot de souvenir mélancolique ce mit à chanter avec une douceur incomparable:
- Alors S.O.S ... il ne me reste dans la patte que les cendres d'une fleur ♫
Orobos frissona, ça fesait lontemps lontemps qu'il n'avait pas entendu sa "maitresse" avec une voix chargée de mélancolie.

« Wep, dans à peine cent mètres ! » Répondis l'hikari à la question posée par la louve aux ailles de chauve souris quelques minutes plus tôt.
- Mouarf (ze retour of the vachen x)) tant mieux parce que la marche c'est sympa mais bon !
La jeune couleuvre fantômatique qui était au cou de l'invocatrice soupira de soulagent, faut dire une balade la plupard du temps c'est ennuyeux alors une balade quand on marche pas !
En chemin le regard de la louve se posa sur une fleur, plus précisément une magnifique rose couleur rouge andrinople, qui rapela à la jeune associale un trés vieux proverbe que son paternel lui avait dis un jour:
" La rose incarne le mensonge car malgrés son apparance forte et robuste, on l'arrache d'un coup de patte"
C'était bien la seule fois où la canidé au look déjanté avait écouté le mâle qui lui servait de père qui avait fini par l'abandonner elle avec sa mère... quel magnifique preuve de sa lâcheté !

* De toute façon maintenant ils sont tout les deux morts... hinhin... ils ne valaient pas mieux que les chiens grouillants de puce qui se nourricent dans les poubelles ! *
Hé oui, la jeune "Prisonière" pouvait se montrer sans coeur... sourtout quand elle pensait à ces parents !
- Fange, regarde la cassscade !!! S'écria l'esprit, émerveillé.
La jeune demoiselle releva la tête et vit que effectivement une magnifique cascade s'offrait en spectacle devant les animaux.

- Entrainement en groupe ou solo' ? Demanda la canidé.
Elle avait hâte de commencer...


( Désolé c'est patétique --")

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Sam 9 Juin - 15:19

Sévérus admirait la cascade. Sous ses yeux dansaient déjà une multitude d’idée d’entrainements. Il pourrait bondir de rocher en rocher en espérant ne pas tomber à l’eau. De cette manière il améliorerait son équilibre et se confronterait à son pire ennemi : l’eau. Il y avait aussi la possibilité de grimper en haut de la cascade. Exercice qui ressemblait énormément au premier puisqu’il consistait à bondir de pierre en pierre. Or cette fois il ne s’agirait plus de traverser à l’horizontale mais plutôt sur un pan vertical qui le mènerait au sommet de la chute d’eau. Parmi les nombreux points communs de ces deux idées se trouvait le fait, qu’en cas d’échec, le félin se retrouverait immergé dans le liquide limpide et froid, à la différence que sur la version vertical –ou « climb » comme Sévérus prenait plaisir à la nommer- il pouvait ne pas tomber dans la rivière mais plutôt s’écraser sur les rochers ou bien se faire empaler sur une pique de pierre ; et peut-être même bien les trois d’un coup. Comme autre exercice, le lion pensa aussi, très vivement, qu’il pourrait tenter de nager. Ce simple songe jeta un froid sur l’animal qui fut aussitôt parcouru d’un long frisson.
*Nager. Comme si j’allais nager !*
Le Hikari aux yeux de souffre et de safran chercha un nouvel exercice. Son regard remonta la rivière à contre-courant, escalada la façade de roc de la cascade et s’arrêta sur le haut de celle-ci.
*Pourquoi ne pas faire le climb en sens inverse ? Au lieu de monter je descends. Et j’le fais le plus vite possible. Comme ça je bosse équilibre et rapidité. Pi si je veux faire un peu d’endurance j’ai cas enchainer plusieurs montées et descentes d’affilées. Histoire de bien me crever.*
L’idée parut lui plaire mais il préféra la garder dans un coin de sa tête en attendant de voir s’il ne pouvait pas trouver mieux. Du genre un exercice qui aurait mélangé l’équilibre, la rapidité, l’endurance mais aussi la force et pourquoi pas la réflexion en prime. Les perles incandescentes qu’il avait pour miroir de l’âme longèrent la rive opposée. Là-bas, la berge était basse et donnait l’impression de s’être écroulée, ce qui était certainement le cas. Le sol –un mélange de terre, d’humus et d’un sable dont on se demandait l’origine exacte- s’était affaissé et dormait à moitié sous l’eau, de sorte à ce que cela fasse un genre de petite plage, mais vraiment toute petite. Des roseaux trempaient leurs racines à cet endroit et de là où se trouvait le félin il pouvait percevoir la « voix » de ces plantes aquatiques. Il se souvint alors d’une histoire qu’il avait entendu. Une histoire qui racontait la mésaventure d’un homme. Sévérus s’en souvenait vaguement. Il se rappelait –ou croyait se rappeler- qu’il y avait un roi avec des oreilles d’ânes pour on ne sait qu’elle raison et qu’il cachait ces dernières. Or un jour quelqu’un le découvrit et le roi dû faire promettre à cette personne de ne pas révéler son secret. Ce loup –il semblait au lion que s’en était un- avait eu énormément de mal à tenir sa langue et pour ne pas faillir à la promesse qu’il avait faite, il s’en alla vers un ruisseau. De peur qu’on ne l’entende, il chuchota, truffe au sol, le terrible secret du roi. Or, les paroles du canidé furent absorbées par les racines des roseaux environnants et ces végétaux se mirent à murmurer, à siffler, ce qu’on venait de leur confier. Ainsi s’était répandue la nouvelle : à cause des tiges de bois aquatiques. Sévérus ne croyait pas trop à cette histoire mais il la trouvait drôle alors il avait choisi de ne pas l’effacer du disque dur de sa mémoire. Il commença à chercher une idée d’exercice avec ses révélateurs de secrets mais Fange l’interrompit :
« Entrainement en groupe ou solo’ ? »
Le félin posa ses yeux sur la demoiselle et répondit :
« Comme vous préférez. »
C’est vrai qu’il n’avait pas pensé à cette face de la situation. Il y avait Fange, ils étaient donc deux et un entrainement collectif semblait être une toute aussi bonne idée que toutes celles qu’il avait pu avoir avant.

(Meuh non, c'est très bien ! ;))

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mer 13 Juin - 17:15

Voila, les deux animaux avaient trouver un terrain d'entrainement ou plutôt, Sévérus avait trouver un terrain d'entrainement, mais bon ne jouons pas sur les mots.
« Comme vous préférez. » Répondis le félin à la question de la louve.
- J'm'en contrefous royal, et arrête de me vouvoyer, je ne vaux pas mieux que toi d'ailleurs, loin de là... Renchérit la louve.
La demoiselle avait hâte de se mettre à s'entrainer, mais rien ne trahissait cette impatience, même pas un seul indice. Par contre pour la présence de la couleuvre noire tachetée jaune sur les épaules de la canidé, en effet si le félin portait attention aux épaules de l'invocatrice il pourrait constaté qu'à certains endroits les poils de la louve était plaquer sur son corps, ces endroits c'était là où le corps d'Orobos reposait, mais si ça ce trouve il avait déjà oublier le "C'est Hors de question Orobos !!" qu'elle avait aboyer à son ami spectral avant de partir, les pattes à son cou.

- Dis tu veux bien essscalader un peu la falaissse pour que je puisssse encore mieux l'admirer sss'il te plait ? Demanda la petite chose, emerveillée.
- J'grimpe un peu sur la cascade, pour voir un truc. Déclara Fange, consciente que sa phrase n'avait pas vraiment de sens.
Elle s'approcha donc de la parois de cascade et l'examina en quête de prise potentiel, ce qui ne fût pas réellement difficile à trouver, puis elle entama son escalade. Si elle avait voulut, elle aurait pu utilliser ses ailes, si elle avait voulut...

- Tu peut t'arrêter là sss'il te plait ? Demanda l'esprit en désignant une pierre un peu plus haut, le reste proche de l'eau qui tombait et assez grande pour accueilir la louve.
Elle acquisa d'un signe de tête et prenant appuie sur ses prises bondit sur la pierre... enfin presque, en effet seule les pattes antérieure de la louve aux ailes de chauve-souris touchèrent la pierre le reste, pendait dans le vide. Tirant de toute ses forces sur ses pattes avant elle réusit finalement à se hisser sur la pierre.

- Mais t'es complétement sssssssiphonée !! Si tu tombait s'en était fini de toi !! Grogna le serpent.
- Houhou Einstein, j'ai des ailles Rétorqua Fange.
Elle se leva et s'approcha de la chute qui produisait un bruit assomant, malheuresement pour la solitaire, à cause de sa proximité avec l'eau la pierre était humide et donc l'animal aux poils noirs dérappa et tomba dans l'eau. La demoiselle n'eut pas le temps de réagir et elle fut entrainer par la chute d'eau avant de retomber dans la rivière, le choc fût tellement viollent qu'elle en perdit connaisance, faut dire elle était tomber de la moitier de la falaise !

- Fange !!!!! s'époumona l'esprit toujours accrocher à son cou.
Il tenta de ramener sa protégée à la surface mais ne réussit pas, ill éspéra donc de tout son coeur que Sévérus plongerait pour sauver la louve, vu que luui ne pouvait pas le faire.

- Je lui avait dit de faire attention... je lui avait dit... Pleurnicha Orobos.
Le corps de la jeune canidé se fesait entrainer par le courant qui était plutôt rapide, se qui inquiétta encore plus le jeune fantôme, car cela rendait le sauvetage de la louve au look déjanté encore plus difficille et par conséquent amenuisait ses chances de survit déjà pas grandiose. La seule chose que la couleuvre fantômatique pouvait faire désormait c'était priée pour que sa jeune invocatrice soit secourut à temps pour qu'elle puisse survivre...


( Encore désolé c'est pas grandiose)

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mer 13 Juin - 21:42

« J'm'en contrefous royal, et arrête de me vouvoyer, je ne vaux pas mieux que toi d'ailleurs, loin de là... »
Fange venait de répondre avec calme. Sévérus analysa fragment par fragment les paroles de la louve. Première partie : s’entraîner en solitaire ou bien avec lui ne l’importait que très peu. Seul le fait de s’exercer semblait être primordial. La suite pouvait se dérouler comme elle le souhaitait à condition que cela reste de l’entraînement. Puisque la demoiselle n’avait pas l’air d’avoir envie de faire un choix, c’était le félin qui allait devoir s’en occuper. En cet instant il préférait continuer son déchiffrage –qui ne durait pas plus d’une voire deux secondes- et il laisser à plus tard la question : solo ou duo ? De toute façon, il n’aurait même pas le temps de réfléchir à cela vu ce qui l’attendait. Mais bon, laissons le futur là où il se trouve et continuons dans l’ordre des évènements. Pour l’heure : deuxième partie, soit l’arrêt du vouvoiement. Et par conséquent le début du tutoiement, restons logique. Cette idée plaisait pas mal même beaucoup à Sev’. Il se sentait bien plus à l’aise avec cette façon de parler qu’avec le vouvoiement. Parce que dans ce dernier cas il devait faire attention aux mots qu’il employait ainsi qu’à ne pas tutoyer son interlocuteur –ou interlocutrice comme ici- par distraction. Ce changement d’appellation représentait aussi une prise de confiance qui signifiait elle-même un bon début, un très bon début. Dernière partie. C’est à cet endroit précis que l’analyse prenait différents chemins. En effet, depuis le commencement, il n’y avait eut que très peu de solutions possibles mais là… là ce n’était pas la même chose. Fange pouvait manquer de confiance en elle tout comme elle pouvait avoir juste envie de taquiner le félin. La sincérité tout comme la flatterie ou la taquinerie pouvait dissimuler sa silhouette d’ombre floue entre les mots. Pour se décider à faire un choix il aurait fallu une intonation particulière, une teinte significative : voix mielleuse, ton doucereux, paroles crachées avec haine, note narquoise, syllabes tranchées, fond de tristesse, sifflement taquin… Oui mais que faire s’il n’y avait absolument rien de tout ça ? Un ton plat, une voix calme. Que comprendre ?
*Rrrraaah mais qu’est-ce qu’elle entend par : je ne vaux pas mieux que toi ? Elle se fout de moi ou c’est un compliment ? Et le « loin de là » ? Je le prends comment ? Rooo et puis me*de !*
Sévérus laissa tomber, cette demoiselle était décidément trop compliquée pour qu’il puisse comprendre quoi que ce soit. Elle expliqua avant de s’éloigner :
« J'grimpe un peu sur la cascade, pour voir un truc. »
Le félin acquiesça d’un hochement de tête. Il observa l’eau miroitante. Un reflet d’argent accrocha ses iris. Un poisson ondula vivement sous la surface de cristal et disparu dans un bouquet d’algues. Un sourire glissa sur son museau. Son regard abandonna la rivière pour aller se porter sur Fange. Elle escaladait la façade de roc. L’idée qu’elle aurait pu utiliser ses ailes ne frôla même pas l’esprit du lion. La louve ailée s’arrêta sur un gros rocher plat. Sa silhouette noire se découpait parfaitement sur la roche grise, seule son ombre figurait absente. Elle était certainement plongée dans celle, plus imposante, de la cascade. Sévérus ouvrit la gueule pour crier à la demoiselle qu’il la rejoignait pourtant rien ne se passa comme prévu. La stupeur coupa court à la voix du félin lorsqu’il vit la solitaire glisser sur la pierre et être précipitée dans l’eau de la cascade. L’eau l’emporta, la ballotant avec force entre les rochers, avant de la faire atterrir dans la rivière. Par chance –si on peut parler de chance dans ces conditions- elle ne se fracassa par sur les pics de pierre. Elle perdit tout de même connaissance alors qu’une vague d’angoisse, plutôt de terreur, s’emparait du lion. Cette peur se glissa en son sang en une giclée d’adrénaline qui fit fonctionner son cerveau à cent à l’heure. Ses yeux suivirent la tache sombre que faisait la louve au fond de l’eau puis la lâchèrent durant l’espace d’un instant pour scruter la rive opposée. Des lianes se pendaient aux branches. Mais que faire d’une liane dans pareille situation surtout si personne ne peut l’attraper ? Un gros rocher : encore moins d’intérêt. Un tronc d’arbre mort : parfait. Sauf s’il se trouve de l’autre côté et pas le temps de traverser. Sa berge, c’est sur sa berge qu’il devait cherchait un moyen de sortir Fange de l’eau ! Nouvelles lianes, toujours aussi inutiles. Un arbre, un gros arbre. Mort, c’était un arbre mort mais encore enraciné solidement. En un éclair Sévérus fut au pied de l’arbre dépourvu de feuilles et même de branches : juste un large tronc encore solide et alimenté par un reste de sève, dernière réserve de sang pour finir sa vie langoureusement. Le félin posa ses pattes avant sur le corps d’écorce et y enfonça ses griffes. Il poussa de toutes ses forces ; ses efforts ne furent pas vains, l’arbre céda. Sévérus n’hésita pas et bondit sur le tronc qui, peu à peu, s’enfonçait dans l’eau. Cependant ce n’était pas suffisant et le lion le comprit dès l’instant où il remarqua que le courant duquel la louve était prisonnière se trouvait au plus profond de la rivière. Une seule solution restait : plonger. Même dans cette situation le félin hésitait. Non pas parce qu’il haïssait l’eau, même si cela jouait en sa défaveur, mais surtout parce que le courant les entrainerait tout deux et que lui, lion ayant en horreur l’eau, n’avait jamais beaucoup nagé et s’en sortait assez mal. Il s’en mordit les babines sans remarquer qu’un goût métallique emplissait sa gueule. Il revint sur la berge, toujours en vitesse grand V et chercha une nouvelle idée. Arbres, rochers, mousses, sable… Un coup d’œil à Fange.
*Et me*de !*
Le courant était plus rapide que le félin : le corps inerte de la demoiselle arrivait au tronc. Plus une seconde à perdre. Les miroirs de l’âme aux reflets infernaux reprirent leur travail. Buissons, lianes, rochers, herbe… Un bruit sourd. Nouveau coup d’œil à la louve. Elle venait de passer sous le tronc et l’une de ses ailes s’y était raccrochée, faisant ainsi plier le vieux gardien des jungles. Le manège reprit. Roseau, lianes, fleurs. Lianes ! Sans perdre de temps, il arracha l’un des serpents végétal et l’enroula autour d’un arbre dont les racines parcouraient aciduement la terre. Il noua l’autre bout autour de l’une de ses pattes avant et rappliqua en vitesse sur le tronc.
*J’y vais ou j’y vais pas ? Si j’y vais je vais me tremper mais si j’y vais pas Fange va y passer... Je peux toujours essayer de l’attraper…*
Sévérus s’avança sur son perchoir, ce dernier s’enfonça encore plus sous l’eau. Trop sous l’eau. L’aile de la louve fut délivrée du bras du vieillard d’écorce et fut embarquée par le courant. L’incident décida le félin : il sauta à l’eau.
Le contact avec le liquide froid lui coupa la respiration, d’autant plus qu’il se retrouvait sous la surface. Il avait fermé les yeux. Le lion battit l’eau de ses pattes pour essayer de remonter à l’air libre : il y parvint. La victoire fut de courte durée puisqu’il fut tiré sous l’eau par un courant profond. De l’eau pénétra sa gueule et coula dans sa gorge, réflexe naturel : le félin serra les crocs pour que plus aucune goutte ne passe. Un rocher le percuta au flanc droit ; les mâchoires se serrèrent encore plus. S’il voulait s’en sortir et sauver Fange, Sévérus allait devoir ouvrir les yeux. Il le savait et il se résigna à le faire. Ses paupières laissèrent les globes au contact du liquide. Malgré la situation, l’Hikari ne put s’empêcher d’être émerveillé par ce monde aquatique. Les algues étaient une véritable forêt et les poissons qui se cachaient dedans en étaient les habitants. Ici pas d’herbe mais un matelas de galets entre lesquels on distinguait un filet de sable blanc. Des coquillages solitaires s’aventuraient en terres inconnues alors que d’autres se terraient à l’abri du courant entre les racines des arbres. Celles-ci ne devaient plus savoir où aller pour se jeter dans le courant. Le félin regarda la surface. Le soleil n’était qu’un éclat flou dans un univers de bleu. Il semblait glisser sur l’eau, onduler tel un serpent.
*P*tain, au lieu d’admirer le paysage, sauve Fange !*
Sa petite conscience avait raison, entièrement raison. La louve était là, à quelques mètres. Sévérus nagea –si on peut qualifier comme tel les mouvements désordonnées et consommateurs en une tonne d’énergie qu’il fit- vers la demoiselle. Il réussi à lui attrapa la peau du cou et avala quelques gorgées d’eau en prime. Il remonta à la surface avec beaucoup de peine puisqu’il ne cessait de s’emmêler les pattes dans sa liane de survie et que le corps de Fange n’était pas tout léger –non pas parce que celle-ci était lourde mais plutôt car aile plus pelage gorgé d’eau égal très « encombrant ». Bref, Sévérus put enfin respirer l’air et ce non sans peine. C’est alors que quelque chose tira brutalement sur sa patte avant gauche. Le courant voulait emmener les deux animaux mais quelque chose était contre cette idée.
*Ma liane ! Mais oui !*
En effet l’anguille de verdure retenait la patte du félin. Il savait cependant qu’elle ne tiendrait pas longtemps. La force du courant couplée au poids des deux compères aurait raison de la corde naturelle et elle céderait bientôt. Sévérus rassembla le peu de force qui lui restait et avança à contre courant, la peau du cou de la louve dans sa gueule.

« Enfin sortis ! » souffla Sévérus avant de se laisser choir au sol.
Il ne sentait absolument plus ses pattes et n’avait pas eu le courage de s’ébrouer et dégoulinait donc d’eau. Son poil se collait à sa peau et lui donnait piètre allure. Le froid lui mordait tant les membres qu’il en grelottait. Pourtant il souriait. Couché sur le dos, trempée jusqu’aux os, le regard rivé au ciel, le félin souriait. Fange était saine et sauve et il avait battu une peur qu’il avait toujours refoulé : l’eau. Il éclata de rire sous les rayons du soleil qui le réchauffaient avec peine. Son rire s’envola dans les airs comme des bulles de savon colorées, comme un envol de papillons. Le félin se releva péniblement en même temps que son sourire se dissipait tel un mirage passé et que son rire mourrait en silence. Fange ne bougeait plus, elle était inconsciente…

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Dim 17 Juin - 11:16

Tandit que sa protégée était dans les pommes, Orobos qui avait assister au sauvetage fait part le lion aux poils gris et aux yeux de braises, ce posait une question: Comment remercier le lion d'avoir sauvé Fange alors qui ne le voyait pas ni l'entendait ? Il chercha ainsi une réponse à sa question pendant une dizaines de minute environ, jusqu'à qu'un éclair de génie traverse l'esprit du petit spectre, il pouvais graver un message sur un arbre ! Le serpent rampa donc jusqu'à une pierre la saisit du bout de sa queue, traina jusqu'à l'arbre en face du félin nommé Sévérus et grava: " Merci d'avoir sauvé Fange." Et dessous nota: "PS: Je suis Orobos, ne me cherche pas tu ne me vera pas." autant dire que pour le félin voir une pierre se balader, graver et revenir à sa plaçe tranquillement, c'était plus que pas normal, mais la jeune couleuvre n'y avait pas penser car il avait l'habitude de la demoiselle qui elle le voyait.

Bon revenons à Fange, parce que même si elle était inconsciente son esprit travaillait à fond, je vous laisse jugez par vous même je pense que ça sera mieux, n'est-ce pas ?
Elle fesait un rêve mais attendez ce n'était pas qu'un simple rêve, non à travers ce rêve elle revivait le meutre de sa mère:
Dés qu'elle eut fini d'achever sa pauvre mère, une horde de loup vinrent à sa rencontre mais ce n'était pas n'importe quels mâles, c'était tous les mâles dominant des Kdifférentes tribu qui régnait sur la terre natale de la louve aux ailles de chauve-souris, terre appelée "Shola" autant dire que la louve avait bien rit en voyant les postés devant elle, babines retrousées, prêt à lui sauter dessus. Aussitôt elle avait invoquer Niaka et Nikio deux rottweiller qui avait pu facillement l'aider du fait de leurs invisibilitée au yeux des autres. Ensuite elle c'était réfugiée dans la forêt sombre, car des champignons provoquait du gaz hallucinogène, du coup personne ne venait jamais dans ces lieux et Fange en provocant du vent constament avec ses deux grandes ailles, avait facillement esquivé le gaz sans aucune difficulté, comme quoi avec des neurones on peut faire des tas de miracles ! Aprés l'épisode de la forêt elle c'était mis en quête de son père qu'elle haïsait plus que tout au monde parce qu'il avait lâchement quitté sa famille sous prétexte qu'il pourrait pas assumer une telle responsabilité, mais nous nous éloignons du sujet là, donc elle c'état mis à la recherche de son père et le tua d'une torture affreusement horrible qui lui avait valut le surnom de "Miss sadique" ou encore "Lady Tueuse".

Mais tout rêve à une fin comme vous le savez, et lors de la fin de celui de la demoiselle, elle se réveilla. Il lui fallut quelque minutes pour s'adapter à l'aveuglente lumière de l'astre diurne qui commençait légérement à décliner.

- Fange !!! S'écria Orobos en venant faire un câlin à sa protégée.
La louve au look déjanté l'accueillit avec un grand sourire et lorsque que le petit animal se loga sur son poitrail -vu qu'elle était sur le dos- posa une patte sur le corps du petit fantôme.

- Ne me fais plus jamais ççça ! Avertit son jeune ami.
- Promis. Chuchota en réponse la demoiselle.
Puis son attention se porta sur Sévérus, il avait le poils mouiller ce qui voulait dire que c'était lui qui l'avait sauvée.

- Merci de m'avoir sauvée. Déclara t-elle au félin gris et noir.
Puis son attention se porta sur un arbre, elle se leva -non sans peine- et alla le voir de plus près, c'est alors qu'elle remarqua une gravure, celle d'Orobos en signe de remerciment envers l'Hikari. La jeune rebelle regarda son ami spectral du coin de l'oeil, mais il se contenta de sourire bêtement. Elle retourna donc prés du Sév' et expliqua:

- Je pense qu'en lisant le message là-bas et en voyant une pierre qui se baladait toute seule, tu as compris qu'Orobos était un esprit, non ?
De toute façon envie ou pas envie maintenant il était trop tard, elle devait expliquer son pouvoir au félin.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Allons-nous avaler cette fois-ci la couleuvre
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Univers :: RP Terminés-
Sauter vers: