Un monde fantastique où des clans d'animaux s'affrontent.Incarnez un de ces animaux de ce monde merveilleux.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Sam 23 Juin - 22:01

Sévérus était inquiet comme il n’était permis de l’être. En effet Fange ne bougeait toujours pas. Seule sa poitrine se soulevait à un rythme régulier et lent, comme si la demoiselle dormait d’un profond sommeil –ce qui n’était malheureusement pas le cas. Le félin approcha alors sa patte encore trempée et secoua, doucement, la louve. Rien ne se passa. Plus exactement, rien ne se passa de normal. Sauf si vous qualifiez qu’une pierre qui vole de la plus tranquille des façons dans les airs est normal. Le lion écarquilla ses grands yeux de braises lorsqu’il vit ce cailloux –à l’apparence pourtant si banale : gris, d’une forme sans logique- qui voletait devant lui comme une luciole la nuit. L’étrange pierre volante avança par à-coups vers un tronc d’arbre. Arrivé à celui-ci, le « cailloux-qui-se-prend-pour-un-papillon » comme il avait pris soin d’appeler la pierre, s’arrêta. Sévérus, lui, n’avait pas bougé d’un poil si ce n’est que sa gueule s’était légèrement ouverte sans qu’il ne s’en rende compte et suffisamment pour qu’une mouche bien débile n’y décide d’entrer. Il fixait attentivement et avec stupéfaction la pierre qui s’agitait maintenant dans les airs et donnait des coups dans l’écorce.
*On dirait que ce cailloux/papillon veut écrire un truc. Comme si une pierre pouvait savoir écrire !*
La remarque du félin dépassait vraiment les limites de l’absurdité. Cependant, dans la situation actuelle, il n’était pas indéniable de croire à tout ce qui ne pouvait être potentiellement impossible. Aussi, le lion aurait dû se dire que si une pierre était dans la capacité de voler alors il se pouvait fort probablement qu’elle sache aussi écrire. Même si cela relevait d’un paranormal hors norme et d’une imagination plus que débordante. Et pourtant, c’est bien ce qu’il se passa. Des lettres furent gravées dans l’écorce. Sévérus, dans son immaturité perdurant les années, remplaça les « paroles » du caillou. Ainsi, alors que les lettres M, E, R et C apparurent dans cet ordre, le félin compléta :
*Mercredi je mange du steak de moineau.*
Il n’y avait vraiment que le lion pour trouver drôle ses remarques. Au moins, cette pierre lui permettait-elle d’oublier l’angoisse qu’il avait au sujet de Fange. Cette dernière semblait toujours dormir à poings fermés. Le caillou continuait son ballet. Un merci était déjà visible sur l’écorce et s’en suivait D apostrophe A.
*Merci d’avance pour avoir tondu la pelouse.*
Merci d’avoir…
*Merci d’avoir écouté le concert des cascades.*
Sévérus souriait, ce jeu l’amusait tellement. Merci d’avoir sa…
*Merci d’avoir salué l’arbre volant pour moi.*
Merci d’avoir sauvé…
*Merci d’avoir sauvé Willy.*
Merci d’avoir sauvé Fa…
*Merci d’avoir sauvé Fange.*
Merci d’avoir sauvé Fange. Sévérus ne sourit plus du tout. Le caillou n’arrêta pas pour autant d’écrire et bientôt apparut l’inscription :
PS : Je suis Orobos, ne me cherche pas tu ne me verras pas.
Sur ce, la pierre retourna, en volant bien évidement, à sa place. Sévérus regarda tour à tour l’inscription et le caillou. C’est alors que Fange se réveilla. Le félin s’en rendit compte et afficha l’un de ses plus beaux sourires.
« Merci de m'avoir sauvée.
-Rien de plus normal », répondit-il du tac-au-tac.
Il suivit la demoiselle du regard. Elle venait de se lever pour rejoindre l’arbre où figurait l’étrange message de l’étrange pierre aux étranges pouvoirs. Soit beaucoup d’étrange dans la même phrase. En parlant de phrase, Fange lut celles qui avaient été gravées dans l’écorce. Sévérus voulut lui expliquer qu’une pierre avait pris son envol pour écrire ces étranges paroles au risque de se faire passé pour un fou, mais la louve le devança sans le moindre étonnement :
« Je pense qu'en lisant le message là-bas et en voyant une pierre qui se baladait toute seule, tu as compris qu'Orobos était un esprit, non ? »
Un esprit. Non, Sévérus n’y avait pas du tout pensé. En fait il imaginait plutôt un caillou aux pouvoirs paranormaux ou un animal changé en pierre par une quelconque force mystique. Tout ça mais pas un esprit. C’était trop anormal pour être possible. Pourtant le félin s’était habitué au fait que tout ce qu’il y a de plus absurde a plus de chance d’être plausible que les quelques faits censés faisant office de preuves. Le lion sourit bêtement et avoua donc :
« Non, franchement non. J’avais pas pensé à ça. »
Il se mit à rire en guise d’excuse et finit par ajouter :
« Alors c’est à lui que tu parlais au début ? »

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mar 26 Juin - 14:11

Douleur. Voila de quoi était composé l'esprit de la demoiselle, de la douleur.
« Non, franchement non. J’avais pas pensé à ça. » Répondis le félin avant de renchérir, « Alors c’est à lui que tu parlais au début ? »
Un petit sourire au coin des babines la louve au look emo/gothique, précisa:
- Yeah, c'était à lui que je parlais, tu sais il raconte tellement de bétise que... Aprés avoir pousser un léger "aïe" car Orobos venais de la cogner elle reprit, Que je dois sans cesse le reprendreeeeeee Fini t-elle à la hâte affin d'esquiver un autre coup du fantôme.
Elle avait du s'éloigner du félin pour esquiver les morsures du reptille, du coup elle dût revenir à sa plaçe initiale.

- Ta fini de raconter des bétises ?! Sifla l'esprit.
La louve afficha un grand sourire naïf en guise de réponse, tandis que la couleuvre, elle, soupirait. Mais il n'ajouta rien de plus, ce serait inutille connaisant Fange, alors il se contenta de préparer sa vengeance, dans le plus grand mystère de l'histoire... enfin presque !

Soudain une petite musaraigne pointa le bout de son museau-bec-de-piaf comme Fange adorait dire, il semblait à la demoiselle que c'était une musaraigne des jardins mais elle n'en était pas sûre. Son pelage était bitume sur le dessus et basné sur le dessous, tandis que ses pattes et sa queue eux, étaient plutôt panchée sur du maduro. La petite bestiole se lava frénétiquement avec ses deux petites pattes de devant avant de disparaitre derrière un rideau de végétation de végétation qui ornait Arkadia, la jungle au milles cascades.

Pendant se temps Orobos c'était mis en dessous de la louve au look déjantée, près de ses patte postérieur, mais qu'est ce qu'il fesait là ? Il préparais sa vangeance voyons ! Ainsi lorsque la louve se leva pour aller à la rivière qui se trouvait dérrière Sévérus, elle trébucha et tomba contre le félin dans un crie de suprise. Le brusque conctact physique avec l'hikari la fit frissoner.

* Que ... ? *
La demoiselle était affalée contre le félin aux yeux de feu et elle s'en rendit vite compte et se leva brusquement et bredouilla:
- Pardon...je...je...je n'en ai pas fais exprès.
Tandis que un peu plus loin dérrière la canidé Orobos était écroulée de rire et lorsque que l'invocatrice se retourna brusquement vers lui avec un regard de tueuse il s'écria:
- Vengeanccccccce !!
La louve s'enflamma et rétorqua:
- Orobos espèce de sale reptille venimeux, comment à tu oser ?!
- Calme toi ma belle, je suis sûr que sa ne lui à pas déplus au matou !
La demoiselle pousa un cris de rage avant de se retourner et se retrouver façe au lion, tête baisser, elle se sentait trahie par le petit serpent, et puis cette sensation de chaleur qui l'avait accaparée tout entière lorsque qu'elle était contre Sév' c'était quoi ? Elle n'avait jamais été aussi confuse de toute sa vie, alors elle resta là, silencieuse tandis que les minutes et secondes défillaient tranquillement sans avoir conscience de rien.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mer 27 Juin - 20:45

Sévérus était assis sur la berge, peut-être un peu trop près de l’eau d’ailleurs. Lorsqu’il le remarqua, il décida de s’éloigner du bord et de plutôt aller s’assoir près du tronc d’arbre, là où l’herbe était relativement plus haute et par conséquent plus douce, formant un tapis onctueux. Pendant ce temps, Fange approuva :

« Yeah, c'était à lui que je parlais, tu sais il raconte tellement de bêtises que... Aïe ! »

Le félin qui était occupait à jouer avec l’herbe et regardait donc ses pattes, releva brusquement la tête lorsqu’il entendit ce discret gémissement. La louve, elle, reprit ce qu’elle disait :

« Que je dois sans cesse le reprendreeeeeee. »

Elle se mit alors à danser ? Sautiller ? La réalité était qu’elle essayait surtout d’éviter que son esprit ne la morde mais ça, Sévérus ne pouvait en aucun cas le voir même s’il semblait qu’il le comprenait un tant soit pas. La demoiselle bondissait sur la gauche ou sur la droite, reculait en un petit saut ou encore se penchait sur un côté. Le félin la regardait, amusé. Lui qui avait l’habitude de passer pour quelqu’un de très bizarre et pas très net, il se rendit compte qu’il n’était pas le seul dans ce cas, bien qu’il n’ait pas besoin d’esprit pour faire le pitre. En fait, il n’avait jamais réellement changé : il était resté pareil à celui qu’il avait été enfant. Il avait beau avoir pris conscience du danger, il n’en restait pas moins téméraire et curieux de tout. Alors quand il vit la petite musaraigne pointer son museau il ne put s’empêcher d’avoir envie de la suivre. Il allait se lever pour s’approcher à pas de loups de la petite bête mais il croisa le regard de Fange qui était rivé au rongeur. Il comprit alors que son plan tombait à l’eau et se rassit. Il profita néanmoins de l’instant pour étirer ses pattes avants qui lui paraissaient tout à fait engourdies. *Le froid ?* L’immersion dans l’eau plus que fraiche de la rivière semblait être la seule fautive dans l’histoire, toujours selon le félin. En fait, n’était qu’une impression ce subit engourdissement. Sans doute le fait que le lion n’ai pas fait trempette depuis bien trop longtemps pour qu’il n’en soit tout retourné et pas mal désorienté. Mais à près tout le jeu en valait la chandelle : un plongeon dans l’eau en échange de la vie. Sévérus n’arrivait tout de même pas se faire à l’idée que s’il n’avait pas sauté dans l’eau, Fange ne serait peut-être –même assurément- plus de ce monde. Cependant il n’eut pas plus de temps pour réfléchir à cette éventualité tirant de l’indéniable. En effet, il se retrouva plaqué au sol, la louve ailée sur lui. Cette dernière venait de trébucher –par un hasard quelconque fut le point de vu du lion mais par une vengeance bien élaborée fut la vérité- et était tombé sur le félin. Sévérus n’eut l’occasion de réagir puisque Fange se releva illico-presto pour s’excuser dans un bredouillement hésitant :

« Pardon...je...je...je n'en ai pas fais exprès. »

Le félin observa la louve de ses yeux aux reflets de flammes sans trouver quoi répondre. Beaucoup, beaucoup trop d’images se superposaient. Il avait déjà été plaqué de la sorte –enfin pas vraiment dans le même contexte puisque la dernière fois c’était volontaire, calculé et qu’il avait les crocs d’une louve plantés dans le cou- de même qu’il avait déjà ressentit ce brusque frisson parcourant tout son corps comme le vent faisant onduler l’herbe des plaines. Ce frisson, il y avait eut droit à deux reprises –désormais trois. Le plus récent étant celui des cavernes et le plus ancien et aussi le plus…comment dire ? Pas vraiment intense mais… celui qui semblait au lion être le plus réel, le plus présent. Celui de Solaris. Ces frissons venaient tout droit des rencontres ou plus précisément des contacts avec les femelles. Le Hikari avait vraiment un problème de ce côté-là surtout qu’il ne pouvait s’empêcher de penser à Shayle. Encore et toujours. Sa silhouette était là, juste en face, lui faisant dos. Blanc et noir. *La lumière et les ténèbres. Les Hikaris et les Hikages.* Sévérus était sur le point de l’interpeller lorsque :

« Orobos espèce de sale reptile venimeux, comment as-tu osé ?! »

L’apparition disparut, balayé par le vent. Fange se retourna ; elle semblait gênée. Sévérus, lui, était plutôt troublé. Il ne pouvait s’empêcher de penser à la louve du désert et à lui rester fidèle mais il ne pouvait pas non plus ignorer qu’il doutait parfois de sa fidélité à elle. *Peut-être bien qu’elle m’a oublié…* Il ne pouvait ce faire à cette idée pas plus qu’il ne pouvait faire comme si la louve aux ailes de chauve-souris n’existait pas. Sinon comment expliquer ce frisson qui s’était transformé en un frémissement au niveau de ses moustaches ? Fange était bien présente. Ne voulant pas qu’un silence s’installe, le félin déclara :

« Sacré Orobos ! Tu ne dois pas avoir la vie facile tous les jours, hein Shayle ? »

Sévérus ne mit pas longtemps à remarquer son erreur. A vrai dire il s’en rendit compte presque aussitôt et put baisser le ton de sorte à ce que la fin du nom de la louve blanche et noire ne soit plus qu’un chuchotement. Pour s’assurer que la demoiselle n’ai rien entendu, il ajouta aussi vite que possible :

« Tu pourrais laisser Fange tranquille, tu crois pas Orobos ?! »

Le lion serra les crocs. Comment pouvait-il être aussi maladroit ? *Espérons qu’elle n’ai absolument rien n’entendu…* Sur ce il balaya le sol du regard pour ne pas croiser celui de Fange et risquer qu’elle n’y voit la vérité.

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Jeu 28 Juin - 17:28

Pongée dans ses pensées, la louve était troublée, elle ne savait pas ce qu'il lui arrivait. Soudain elle se rappella ce que Rin lui avait dit à propos de l'amour: « C'est quand tu frissonne dés que la personne te touche, quand tu te sens à ta plaçe à ses côtées, quand tu il t'affirme que tu n'est pas idiote alors que techniquement tu l'es ... » le reste de la phrase était légérement brouillée mais l'exenciel était présent.
* Non... non, je ne suis pas amoureuse !! *
Elle secoua la tête pour chasser cette idée qui trônait dans sa tête, et qui pour la louve sonnait faux.
« Sacré Orobos ! Tu ne dois pas avoir la vie facile tous les jours, hein Shayle ? »
Malheuresement pour le félin, Fange était une canidé et ses grand-parents, était des chiens -oui je remonte loin, et alors ?!- et il sembleraient qu'elle aient hérité de leur ouïe fine.
- Shayle ?
- Hoho ççça sssent pas bon du tout ççça !! Sifla le reptille.
« Shayle… » ce nom la louve au look emo voir gothique, l'avait déjà entendu, mais où ? Ca par contre elle ne s'en souvenait plus.

* Où est-ce que j'ai bien put entendre ce nom bon sang ! *
Les rouages de son cerveau appelés "souvenirs" s'actionnèrent et ce mirent à tourner aussi vite que possible... réfléchir... souvenir... réfléchir... souvenir... réfléchir ... et bingo jackpot !
* Shayle elle est arrivée sur nos terre trois semaines avant que je parte ! *
Et voilà, grâce à de la détermination et une dose de persévérance elle avait réusis à trouvée d'où elle avait connue ce nom "Shayle" et même quand pas mal, hein ?
- Shayle, une louve au yeux bleu saphir, au pelage blanc et munit de rayure noire, et dont le sang est à moitié renard moitié loup ? Si c'est elle, elle est arrivé sur mes terres natale trois semaines avant que je parte et elle est en couple avec un certain... Nyks, ouai c'est ça, c'est Nyks son prénom. Informa la demoiselle.
Ce qu'elle ignorait c'est que cette révélation, d'apparence bénine, allait faire très très mal à l'hikari.

« Tu pourrais laisser Fange tranquille, tu crois pas Orobos ?! »
A l'entente de son nom, le petit esprit qui se trouvait sur le coup de son invocatrice, releva la tête, avant de répliquer gentillement:
- Non, cette petite tête de mule à besoin d'être sssurveillée et corrigée bien plusss que tu le penssses...
Et Fange transmit:
- Il a dit: Non, cette petite tête de mule à besoin d'être surveillée et corrigée bien plus que tu le penses. Ce à quoi je réponds, je ne suis plus une gamine Orobos, je sais m'assumer merci de me laissée dire mes con*neries quand j'en ai envie !
Sur ces paroles, la demoiselle au pelage noir et aux mitaines violettes afficha un sourire amusée et pour les bons observateurs, au penchant sadique.
- Bon alors entrainement solo' en groupe ou...
La demoiselle se tût, ce qu'elle avait voulut ajouter n'avait pas sa plaçe là-dedant.
- ... Rien oublie.
Le reptille fantômatique eût un sourire malicieux, Fange l'ignora, confuse, que lui arrivait t-il ? Elle ne savait pas mais espérait que ça allait disparaitre aussi vite que c'était venu !


(Désolé de ma longueur du rp, pitoyable par rapport à toi ^^" ...)

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Ven 29 Juin - 17:19

Sévérus chercha un point à fixer et il trouva rapidement de quoi capter suffisamment son attention pour oublier la grosse gaffe qu’il venait de faire. Une fourmi portait périlleusement une énorme graine. La petite bête transportait avec peine son bagage mais elle y parvenait tout de même, avançant entre les hautes herbes. Le félin aurait bien aidé l’insecte noir mais Fange l’en empêcha par le seul biais de sa voix :

« Shayle ? »

Malheureusement pour lui, la demoiselle avait parfaitement entendu ce qu’il avait pourtant essayer de cacher. Il releva la tête, penaud, hésitant à s’excuser et même à tout avouer. Il chercha les mots encore et encore… Malgré moult efforts il n’eut toujours aucune phrase à placer dans le silence qui retombait. Un long soupir s’échappa d’entre ses crocs et il s’en voulut presque aussitôt. Fange déclara presque d’une voix de triomphe (elle venait en réalité de retrouver ce qu’elle cherchait, soit l’identité de cette Shayle) :

« Shayle, une louve aux yeux bleu saphir, au pelage blanc et munit de rayures noires, et dont le sang est à moitié renard moitié loup ? Si c'est elle, elle est arrivée sur mes terres natales trois semaines avant que je parte et elle est en couple avec un certain... Nyks, ouai c'est ça, c'est Nyks son prénom. »

Tout un monde s’écroula. Instantanément la cascade se changea en pierre et tout redevint poussière. Solaris et ses dunes était de retour. Les arbres rétrécirent comme s’ils grandissaient à l’envers : naissant vieux tronc et mourant jeune pousse. L’herbe si fraiche jaunie, se recroquevilla et se transforma en un sol plat : de la pierre. Le ciel d’un bleu d’azure s’assombrit comme si l’un de ses dieux auxquels ne croirait jamais le félin venait de renverser un pot d’encre noire sur les cieux. Fange disparut. Shayle, elle, était là, en haut de la falaise, sa silhouette blanche se découpant à la perfection dans le noir du ciel. Il faisait chaud mais on sentait que la température allait baisser avec la tombée de la nuit. La louve jouait avec sa brume étrange et lui donnait des formes de cœur. Sévérus sourit que se soit dans son hallucination/souvenir ou dans la réalité. Un instant il put encore ressentir tout le bonheur qui avait submergé son cœur ce jour-là et puis… Quelque chose se brisa et tout ce petit monde de joie et d’amour s’écroula de la même façon que si quelqu’un avait décidé d’éteindre le ciel et d’en briser chacune de ses étoiles, une à une. A la seule différence que là ce ne fut pas morceau par morceau mais l’intégralité en une seule fois. Tout sourire disparu du museau du lion alors que la louve semblait toujours heureuse ; elle riait même. Que lui avait-elle dit déjà ? Ah oui, qu’il ne fallait pas qu’il laisse sa romance faire de leur histoire une drame à la Roméo et Juliette. *Alors tout ça n’était qu’un mensonge ?* Pour toute réponse, une autre silhouette apparu, vague et sans visage et pourtant Sévérus put mettre un nom sur cette ombre : Nyks. Le vent emporta les corps de brume qui disparurent tels une poignée de sable. Le vent balaya aussi les dunes et vola par la même occasion les étoiles. Le ciel abandonna sa robe de nuit et se glissa dans son habit du jour. Le soleil chassa la lune qui semblait lui résister dans l’espoir de voir revenir la demoiselle de noir et de blanc, en vain. La falaise s’effondra en même temps que s’écroula mentalement le félin. Les rochers se détachèrent de leur support pour rouler au pied de la falaise et redevenir poussière. La roche se couvrit d’herbe. Des arbres poussèrent, déployèrent leurs branches aux feuilles d’émeraude. Sévérus aurait voulu s’accrocher encore un peu à ses souvenirs. Il n’entendit pas Fange qui répétait ce que venait de lui dire son esprit, Orobos. Un murmure remplaça le silence du désert. Les cascades tirèrent définitivement Sévérus de cette partie du passé qu’il croyait être l’une des meilleures. Un instant l’idée qu’il aurait pu accorder plus d’importance à Harmony lui traversa l’esprit.

« ... Rien oublie. »

Sévérus cligna des yeux. Il n’avait rien écouté des paroles de la demoiselle ailée :

« Hein ? Désolé, je t’ai pas écouté… »

Le félin avait voulu paraitre normal mais il avait la tête ailleurs, à des kilomètres de là et en plus de ça tout était chamboulé, retourné, dispersé aux quatre vents. Il ne parvenait plus à distinguer la vérité des mensonges…







Dis pas de bétises, il est super ton texte !!!!!!

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Dim 1 Juil - 18:26

Le grondement fesait un chant mélodieux accompagné par le bruit des feuilles dansant au vent...
« Hein ? Désolé, je t’ai pas écouté… »
Sévérus semblait... débousolé, que lui arrivait-il ? Qu'avait t-elle dit ou fait pour le mettre dans un tel état ?
- Rien laisse... Sa a pas l'air d'aller j'ai dis quelque chose de mal ? S'enquit la demoiselle.
Son regard était toujours inexprésif il y avait une très tès légére teinte d'inquiètude dans sa voix.

La louve porta machinalement sa patte à son cou pour toucher le colier que Rin lui avait offert, mais sa patte ne heurta que son pelage noir.

- Qu... ?!
Elle regarda son cou et constata que son colier n'était plus là.
* Je l'ai sûrement perdu dans la rivière ! *
Aussitôt elle se dirigea vers la rivière et je peux vous assurez qu'elle à courut rapidement la demoiselle !
- Bien joué... Commenta le serpent noir et jaune.
La demoiselle au look entre le emo et le gothique l'ignora, scrutant nerveusement la rivière.

* Sa se trouve il été emporter par le courant ! *
Son stress fesait battre son coeur de plus en plus en plus vite et son sang battait dans ses veines.
- Invoque Nakuma il va pouvoir le retrouver lui... Conseilla Orobos.
Fange sourit à Orobos avant de réciter l'invocation rapidement:

- Kuradai naidawa kira tsukini !
Un cercle violet se forma autour de la patte de la canidé aillé, il s'illumina, et Nakuma apparut.
- Bonjour Fange... Ho tient Orobos mon cher ami vous êtes là ! Salua l'oiseau.
- Hey Nakuma, Fange à perdu ssson colier dans la rivière ou alors accroché à une branche dans l'eau... enfin tu vois le genre ? Tu peux le retrouver ss'il te plais ? Demanda la couleuvre.
- Bien sûr ! Approuva Nakuma en allant rechercher le fameux colier.
Fange revint vers le félin et lui expliqua:

- J'ai perdu mon collier...
Un voille de tristesse passa dans ses yeux, elle ne pourrait supporter d'avoir perdue un pareille cadeau.
* Pour vu que Nakuma le retrouve... *
Elle attendait nerveusement le retour du volatille spectral.

Soudain une silouhette noire se découpa dans le ciel, Fange ne put distinguer si elle appartenait à Nakuma ou pas.

* Pitiée faite que se soit lui ! *
Les dieux avaient dût entendre sa prière car la silouhette se révéla être le volatille.
* Yeah ! *
Le volatille se posa et tendit le collier à la demoiselle.
- Mission accomplie avec succès !
La louve aillée sourit, pris le collier, l'enfilla et renvoya Nakuma dans le monde des esprits.


(désolé se rp est minable --")

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 2 Juil - 14:27

« Rien laisse... »

Sévérus aurait bien voulu savoir ce qu’avait dit la demoiselle mais elle ne lui en fit pas part. Le félin ressentit tout de même un profond soulagement en constatant qu’elle n’avait pas remarqué son soudain changement. Soulagement qui fut de courte durée :

« Ça a pas l'air d'aller j'ai dit quelque chose de mal ? »

Fange avait remarqué au plus grand désespoir du lion. Ce dernier hésita longuement, la tête encore embrumée par le chagrin et l’incompréhension. Les rouages de son cerveau et tous ceux qui s’attachaient de près comme de loin à la partie intitulée ~souvenirs~ fonctionnaient avec une lenteur plus qu’inhabituelle étant donné qu’ils étaient ralentis par une espèce de brouillard –étrangement semblable à celui que maitrisait Shayle ; mais ce n’était que l’interprétation du félin- qui semblait se glisser entre les pièces qui s’emboitaient parfaitement à l’accoutumée mais qui désormais se détachaient. La brume enraillait tout le système et il devenait plus qu’impossible de distinguer quels étaient les faux souvenirs et les vrais. Est-ce que les paroles de la louve de blanc et de noir n’étaient que des mensonges ? Est-ce qu’elle était sincère lorsqu’elle déclarer ne pas vouloir que leur histoire se termine mal ? Est-ce qu’elle avait pensé à lui en rencontrant ce Nyks ? Parce que lui, félin aux yeux de braises, lion aux teintes de nuit et de pierres, Hikari à tendance solitaire, avait pensé à elle chaque fois qu’il avait rencontré une femelle. Son ombre l’avait même suivi aux cavernes et s’était laissé le droit de faire une petite apparition pour lui faire passer toute envie d’accorder plus d’importance et d’intérêt à la douce Harmony. Il en avait été de même lorsqu’il avait rencontré Fange. Néanmoins avec la louve aux ailes de chauve-souris c’était tout le décor avec ses falaises arides et ses dunes d’or qui avait pris place pour reconstituer l’ambiance de ce fameux jour. Puis ce paysage de rêve était revenu à l’annonce de l’infidélité dont avait fait preuve Shayle pour ensuite s’écrouler et devenir poussière. *Trahison. Mensonges.* Ce furent les deux seuls mots que Sévérus put extraire des mécanismes tournant dans le vide de sa conscience. Pourtant le félin ne perdit pas sa détermination et fit travailler les ruines qu’il avait désormais sous le nom de ~Solaris/Shayle~. Peu à peu tout revint en place et la brume fut chassée, alors Sévérus put expliquer –en quelques maigres mots, certes, mais expliquer tout de même :

« J’ai aimé Shayle et ça a été réciproque. Je croyais que ça serait toujours le cas mais… »

Sévérus décida de ne rien ajouter d’autre, non pas parce qu’il ne voulait rien dire de plus mais parce qu’il n’avait aucune idée de ce qu’il aurait pu préciser. La suite coulait de source. Le ~mais~ s’expliquait par l’annonce de Fange au sujet du couple Shayle/Nyks. De toute façon, le félin n’aurait rien dit de plus puisqu’il venait de remarquer que la demoiselle ailée se comportait de façon étrange et soucieuse. Elle venait de partir en courant vers la rivière et après avoir prononcé d’étranges paroles dont Sévérus ne parvenait à saisir le sens, elle revint le voir et avoua :

« J'ai perdu mon collier... »

Il fallut quelques instants au félin pour saisir l’information mais pas plus d’une poignée de seconde pour percevoir la tristesse pointant et dans le regarde de la solitaire et dans l’intonation de sa voix. A en juger par la réaction plus que nerveuse de la demoiselle, le lion en conclu que ce collier devait avoir une valeur inestimable aux yeux de celle-ci. Il lui proposa alors de l’aider à chercher mais déjà un collier arrivait en volant vers eux. Sévérus mit encore pas mal de temps avant de faire le lien avec ce qu’il avait précédemment vu, les esprits de Fange et ce à quoi il assistait actuellement. Le collier « atterrit » et se posa dans la patte de la louve qui l’enfila illico-presto. Un immense sourire barra le museau de la demoiselle et ce sourire fut contagieux puisqu’il parvint même à se faufiler discrètement sur les babines du félin. Celui-ci, malgré la profonde mélancolie qui lui écrasait le cœur comme un poids mort, trouva le moyen de plaisanter :

« Alors comme ça, Orobos est capable de voler ? »

Bien sûr Sévérus se doutait qu’Orobos n’était pas l’auteur de ce petit miracle mais qu’il devait bien y avoir autre chose. Il passa en revu l’idée que le collier puisse être lui aussi un esprit. Toutefois il ne put pas plus s’étaler sur les nombreuses hypothèses car une vague de tristesse le submergea. Il se trouvait sur la plage de son inconscient et les vagues de la mélancolie tentaient sans relâche de l’entrainer vers les profondeurs de la dépression, le tout sous un soleil de joie qui semblait inaccessible à moins que l’amitié puisse donner des ailes…





Dis pas n'importe quoi, tes RPs sont toujours supers !

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mer 4 Juil - 8:49

La demoiselle aux ailles de chauve souris avait toujours le sourire aux babines et attendait une réaction du félin gris aux yeux de braises.
« J’ai aimé Shayle et ça a été réciproque. Je croyais que ça serait toujours le cas mais… » Expliqua l'hikari à temps perdu.
Ses paroles se répercutèrent dans la caboche de la canidé tel un horrible écho « aimé » et « toujours » voilà des mots qui était dans le vocabulaire de Fange, marqué d'un "*" elle savait ce que le lion ressentait car elle aussi lorsque qu'elle découvrit son pouvoir pensait pouvoir comptée sur ses "amis" mais au lieu de ça ils l'avaient rejetée en riant, certe ce n'était pas le même genre de trahisson que le félin mais ça en était une comme même.

- Ho je vois... mais tu c'est c'était un "marriage arrangé" elle n'a pas eut le choix -d'ailleurs moi aussi j'aurait dût me mariée, beurk ! - donc voila, n'empêche je suis sûre qu'elle ne ta pas oublié, tu est quelqu'un d'atachant, drôle, un brin naif je l'avoue... bref là je fais du HS pour rien.
Ce qu'elle avait dit au lion de feu était vrai, elle ne l'avait pas dit dès le départ car elle ne savait pas le "genre" de relation que ces deux là entretenait, donc elle avait jugé ça tout bonnement innutille, cependant ce n'est pas parce qu'on juge quelque chose inutille qu'il l'est forcément aux yeux des autres personnes, mais ça c'est une question de logique.

Le silence était revenu, accompagné par une douce -mais froide- raffale de vent.

- Sssa va ssse refroidir on dirait... Déclara le reptille.
Le pelage des deux animaux dansait maitenant au grès du vent qui venait d'élire son domicille ici.

« Alors comme ça, Orobos est capable de voler ? » Demanda subitement Sévérus.
La jeune louve au look déjanté qui était plongée dans ses pensées en solitaire mit un peu de temps à réagir.

- Hey la demoissselle, ccc'est le sssoir qu'il faut dormir, pas en plein après-midi ! Siffla Orobos.
La louve solitaire ne répondit pas.

* C'est même pas la peine d'essayer de lui répondre ... * Pensa t-elle.
Puis elle se rapella que le jeune félin nommé Sévérus lui avait posé une question, alors elle répondit:

- Non, Orobos ne peux pas voler, même si c'est un fantôme Orobos reste une couleuvre, celui qui a rapporter le colier c'est Nakuma, un aigle.
Son expression neutre était revenue aussi vite qu'elle était repartie au grand soulagement de l'invocatrice qui n'aimait pas vraiment montrer ses émotions à travers son apparence.
- Miss neutre, ze retour ! Commenta la couleuvre.
La canidé aillé sourit, décidément il ne ratait - et ne reterait sûrement jamais - une occasion de commenter.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Dim 8 Juil - 16:53

Alors que Sévérus voyait tout espoir de revoir un jour Shayle s’envoler, Fange acquiesça :

« Ho je vois... »

Le félin remua légèrement la tête de droite à gauche de façon à chasser les mauvais souvenirs et aussi de faire comprendre à la demoiselle aux ailes de chauve-souris que ce n’était rien. Cette dernière trouva quelques arguments pour remonter tout de même le moral au lion :

« Mais tu sais, c'était un "mariage arrangé", elle n'a pas eu le choix. »

Sévérus releva la tête et planta ses yeux de braise dans ceux couleur de violette de la louve. *Un mariage arrangé ?* L’idée lui parut tout d’abord stupide et complètement impossible puis il revit Shayle et son innocence. Il comprit alors que la louve blanche et noire n’aurait jamais pu refuser une quelconque chose qu’on lui aurait imposée comme par exemple un mariage arrangé. Malgré la quasi-certitude que c’était bien la vérité qu’on lui servait là, le félin ne pu s’empêcher d’en vouloir à la demoiselle aux yeux de saphir. Il semblait pourtant qu’il ne pouvait lui en vouloir même s’il le souhaitait plus que tout ; une étincelle d’on-ne-sais-quoi continuait de vaciller quelque part dans les ténèbres du néant. Néant d’où aurait pu provenir les ailes incroyables de Fange qui ouvrit une parenthèse :

« D'ailleurs moi aussi j'aurais dû me marier, beurk ! »

Un petit sourire se glissa sur le museau du félin gris. La façon dont Fange parlait du mariage lui redonnait un tant soit peu le sourire. Mais de là à dire que cela lui faisait oublier l’ouragan qui faisait rage en son être… Une autre pensée se pointa et celle-ci le concernait, enfin concernait surtout une part de son caractère. Il avait toujours détesté qu’on lui donne des ordres, qu’on lui impose des limites. Jamais il n’aurait à dire qu’on ne lui avait pas laissé le choix, enfin il espérait ne jamais avoir à le faire. Alors il savait parfaitement que si on lui avait dit qu’il devait se marier avec telle ou telle Hikari, que ce soit pour une raison ou une autre, il n’aurait pas laissé le plaisir aux autres de choisir à sa place et aurait catégoriquement refusé tout arrangement quel qu’il soit. Peut être était-ce le cas de Fange ? Quelque chose lui disait que non. Qu’elle n’aurait pas eu le choix et que, toutefois, elle y avait échappé. Sévérus n’eu pas le temps de continuer ses ~recherches~ la demoiselle ajouta :

« Donc voilà, n'empêche je suis sûre qu'elle ne t’a pas oublié »

Le félin faillit ouvrir la gueule pour rétorquer que c’était faux ; Fange fut plus rapide :

« Tu es quelqu'un d'attachant, drôle, un brin naïf je l'avoue... bref là je fais du HS pour rien. »

Cette suite d’adjectif aurait dû toucher Sévérus ou au moins le mettre quelque peu mal à l’aise mais il n’en fut rien. Le félin hocha tristement la tête et esquissa un sourire tout aussi mélancolique que l’éclat sournois de douleur qui pointait dans son regard. Le silence s’imposa. L’épisode du collier volant rappliqua et parvint à arracher un sourire, certes très léger mais franc, au lion. Celui-ci posa sa question mais la réponse parut retardée par le vent qui se levait. Le silence revint, bercé par le vent dans les cimes, vide de tous piaillements, rythmé par le murmure des cascades. Ce silence plongea de nouveaux le Hikari dans ses réflexions. Que devait-il faire désormais ? Oublier Shayle ou bien au contraire tout faire pour la retrouver ? Elle avait choisi de partir et en faisant cela elle avait voulu mettre de la distance entre eux. Le mariage arrangé avec ce Nyks venait de creuser un fossé entre le félin gris et la louve blanche. Ce fossé était à présent empli de tristesse et pour couronner le tout, les crocodiles du désespoir rodaient en quête d’une proie. Shayle ne pourrait peut-être plus jamais revenir du côté de la berge où était Sév’ et c’était sans doute mieux comme ça. C’était une vague de colère qui submergeait le félin. Une colère mélancolique. Un flot de douleur où se mêlait la rage à la tristesse. Une rivière de souffrance piquetée ici et là d’une sourde colère. Mais une colère d’où coulaient des larmes. Sévérus avait envie de crier au vent tout son désespoir. Il avait envie de dire à Shayle *Tu veux prendre tes distances ? Du recul ? Okay. Alors laisse-moi creuser un fossé entre nous, le remplir de mes larmes et y laisser les crocodiles t’empêcher de gagner l’autre rive –celle que tu as quittée. Tu peux partir si tu le souhaites mais sache qu’une fois la ligne franchie, il n’y a plus de retour possible.* C’était trop tard pour le dire mais rien n’empêchait au lion de le penser. Un frisson s’empara de ses membres transis par le froid qui s’installait et son pelage trempé. Ce n’était pourtant pas la faute de la température chutant –même si elle y était surement pour quelque chose aussi- c’était celle de la tristesse. Elle hérissa les poils du lion alors qu’ils étaient trempés et plaqués par l’eau. Le pelage de Fange, quant à lui, dansait dans la brise qui se rapprochait plus d’un bon coup de vent. La demoiselle finit par répondre, offrant aussi une échappatoire à Sévérus qui pu enfin fuir les profondeurs de l’océan de tristesse :

« Non, Orobos ne peut pas voler, même si c'est un fantôme Orobos reste une couleuvre, celui qui a rapporté le collier c'est Nakuma, un aigle. »

Le félin mit pas mal de temps avant de se souvenir qu’il avait posé une question et que les paroles de la demoiselle ailée n’étaient autre que la réponse. Ainsi donc il comprit que Fange comptait parmi ses amis un autre esprit, un aigle du nom de Nakuma. Sévérus aurait été prêt à payer le prix fort pour avoir des esprits sur qui compter à n’importe quel instant de n’importe quel moment pour n’importe quel événement, bref pour n’importe quelle raison. Il en fit part à la louve, dans une vague de confiance attirée par les remous de désespoir :

« T’en as de la chance d’avoir des amis comme eux. Des amis sur qui compter. Quand t’as un problème : tu les appelles et ils t’aident. Quand tu sais pas quoi faire : ils te donnent des idées. Quand t’es perdue : ils te guident. Quant t’es seule : ils te tiennent compagnie… Je donnerai cher pour avoir, ne serait-ce, qu’une personne sur qui compter. Quels que soient les obstacles. Quelles que soient les difficultés. Pour le meilleur comme pour le pire… »

Lorsqu’il se rendit compte de la tirade qu’il venait de servir à la demoiselle, sur un ton on ne peut plus triste et plat, le félin baissa le regard et s’excusa :

« Désolé, je me suis laissé emporter… »

Sur ce un nouveau frisson le saisit. Cette fois c’était l’incompréhension qui était le coupable. Sévérus ne savait pas pourquoi il venait de confier ça à Fange et surtout comment il avait pu le faire sans la moindre difficulté. Le vent s’engouffra dans sa crinière sombre et une perle salée coula sur la joue du félin. *Oublier. C’est tout ce qu’il me reste à faire…* Il y a des choix qu’on ne peut éviter et une fois la décision prise, faire demi-tour relève de l’impossible…

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 9 Juil - 14:07

La demoiselle observait distraitement le ciel qui prenait lentement une teinte rouge, tandit que le froid prenait de plus en plus d'ampleur.
« T’en as de la chance d’avoir des amis comme eux. Des amis sur qui compter. Quand t’as un problème : tu les appelles et ils t’aident. Quand tu sais pas quoi faire : ils te donnent des idées. Quand t’es perdue : ils te guident. Quant t’es seule : ils te tiennent compagnie… Je donnerai cher pour avoir, ne serait-ce, qu’une personne sur qui compter. Quels que soient les obstacles. Quelles que soient les difficultés. Pour le meilleur comme pour le pire… »
Il avait pas tout à fait tord mais s'il savait le mal que ce pouvoir lui avait causé en contre-partit, il ne regretterait sûrement pas de ne pas avoir d'esprits avec lui pour l'accompagné.
« Désolé, je me suis laissé emporter… »
Son ton avait été plus triste et mélancolique par rapport à ses paroles précédente.
- Ce n'est rien, et tu sais ce pouvoir n'a pas que des avantages, comme tout pouvoir...
Puis comme si il l'appellait, la louve aillé regarda à nouveau le ciel qui avair une très légère teinte rouge.
- Il t'as fait quoi le cciel pour que le regarde comme ççça ? Siffla le reptille.
La louve regarda la petite tête de l'animal couché sur son corps noir avec un motif de monstre d'haloween, sa tête était posé tranquillement sur le coup de la louve aux ailles de chauve-souris.

* Rah la la il ne changera jamais celui là... il est toujours là pour moi malgrès son "Mode je commente tout" je ne sais pas ce que je ferais sans lui ... * Pensa la solitaire.
Orobos fût le premier esprit que la jeune solitaire au look sombre à invoquer, par incident en plus !

* Si je n'avait pas lu ce bout de papier, je n'aurais jamais connue mon pouvoir *
Le jour de la découverte de son pouvoir, la jeune invocatrice s'en souvient comme si c'était hier: elle était tranquillement dans sa grotte en train de se lavée, lorsque qu'un bout de papier emporté par le vent -ou presque- atterit devant les patte de la canidé, sur ce bout de papier était inscrit l'inquantation qui servait à l'invocation, et lorsque que la jeune adolescente "Miss-moi-je-vaux-mieux-que-tout-le-monde" qu'était Fange à cette époque le lu, Orobos était apparut, et lui avait tout expliquer à propos de son don hériditaire que peu de famille possédent dans sa terre natale.
- Quel sssilencce... Soupira la couleuvre tacheté de jaune.
La louve sourit, le fantôme n'avait jamais réellement aprécié le silence comparé à Fange, qui elle l'adorait.

* Le silence permet la réflexion, comme dirait Nakuma *
L'aigle avait lui, un penchant beaucoup trop philosophe aux yeux de l'animal aillé, mais celui lui avait permit d'évitée des dangers à mainte reprise, il n'avait pratiquement jamais tord.
* Enfin bref *
La louve au look emo/gothique plongea dans ses réfléxions préférant ne pas forcer Sévérus à parler en vue de ce qui c'était passé.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 9 Juil - 21:27

« Ce n'est rien, et tu sais ce pouvoir n'a pas que des avantages, comme tout pouvoir... »

Sévérus posa une énième fois son regard ardent sur la demoiselle qui dévisageait le ciel. Il état entièrement d’accord avec elle sur le fait que chaque pouvoir avait, au moins, un inconvénient. C’était comme lui et sa foutue ~phobie~ de l’eau. Le félin se décida à en faire part à Fange. Le silence lui devenait insupportable :

« C’est vrai que les pouvoirs compliquent vachement la vie des fois. Le mien a des inconvénients hyper chiants à gérer et à c’est bien à cause d’eux que j’ai mis autant de temps à plonger à l’eau… »

Le lion s’en voulut un peu sur le coup. Avouer, comme ça, de but en blanc, à la louve qu’il avait hésité à plonger pour la sauver, ce n’était vraiment pas la meilleure des choses à faire. Mais après moult réflexions, Sévérus se dit qu’il préférait être franc et ne pas recommencer comme avec Shayle. La vérité blesse mais au moins elle a le don de ne pas procurer d’illusion. Etrangement, et il avait du mal à se l’avouer, le Hikari ne voulait pas refaire les erreurs du passé et espérait qu’il s’en sortirait mieux avec Fange. Alors pour cela il lui faudrait ne pas mentir, quelques en soit les conséquences. Il se souvenait qu’une fois, sa mère, à l’époque où elle n’avait pas encore disparue de façon des plus mystérieuses et déroutantes, lui avait dit qu’il ne fallait jamais mentir. Pourquoi lui avait-elle dit cela déjà ? Sév’ s’en souvenait à la perfection. Il était encore allé en territoire ennemi, plus précisément dans les plaines de Luna. Sa mère n’avait pas mis longtemps pour le deviner puisqu’il avait taché l’une de ses pattes et le bout de son museau avec le jus de baies que l’on ne trouvait que dans les plaines plongées constamment dans les ténèbres. Quand bien même sa couverture avait était plus que grillé –comme le lionceau aimait dire- il avait nié les faits. C’est alors que la lionne qui c’était occupé de lui durant toute sa tendre enfance –dont une partie manquait du fait de la subite disparition de sa famille- avait prononcé ces paroles qui resteraient gravées à jamais dans la mémoire du petit danger ambulant. Ne jamais mentir. Depuis ce jour, Sévérus avait alors pris un malin plaisir à dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Un vieux guerrier qui passait son temps à se plaindre ? Le lionceau le faisait remarquer haut et fort et s’amusait même à ridiculiser ce brave combattant qui avait tant aidé le clan. Une petite gloutonne qui volait dans la réserve de nourriture ? Il n’en fallait pas plus pour que le plus qu’immature animal fanfaronne sur tout les toits que la dite demoiselle n’était autre qu’une voleuse. La mère du chaton gris avait alors dû lui expliquer qu’il ne fallait pas toujours dire la vérité car celle-ci pouvait être blessante. Sévérus l’avait regardé de ses grands yeux jaunes et avait plongé ses pupilles de cendres dans les iris magenta de sa mère, puis, sur un ton de plaisanterie il avait dit qu’il s’en souviendrait, que c’était promis juré craché. La lionne n’avait pas été convaincue et pourtant… Par la suite elle n’avait plus jamais entendu quoi que ce soit à propos de sa progéniture. Et pour cause, le félin avait décidé de la jouer en solitaire et de vivre sa vie, tranquille, tout seul, sans la moindre contrainte. Cependant il ne cessa pas pour autant ses escapades en terres ennemis et dès lors que sa mère lui demandait où il était parti, il se contentait de dire la vérité et de repartir dès que l’occasion se présentait. Puis disparurent les membres de sa famille… Sévérus se recueillit dans leur caverne attitrée et murmura à l’attention de sa mère que s’il devait cesser de mentir alors il cesserait de sourire. Jamais il n’y parvint. Sourire était devenu une sorte de bouclier. C’était aussi un mensonge. Mais puisqu’il ne fallait pas que la vérité soit blessante alors autant l’adoucir avec un erzats de bonheur. Sévérus secoua la tête ; il s’était encore laissé emporter par les souvenirs. Il posa son regard sur Fange qui semblait admirer le ciel, il fit de même. Derrière la cascade, le disque solaire pointait comme une plaie sanglante et le ciel se tentait d’écarlate, blessé par l’astre du jour qui entamait sa descente. Bientôt la lune prendrait le relais. L’unique œil blanc de la nuit se hausserait dans le faciès de ténèbres du ciel et nimberait la jungle d’une lueur étrange. Une lueur qui aurait pu guider les esprits perdus dans l’ombre de la Terre jusqu’à la lumière étincelante du jour. Parfois perle de nacre et sphère d’or s’affrontaient dans le ciel à l’effigie même des Hikages et Hikaris. Mais en y réfléchissant bien, s’il n’y avait pas de soleil, il n’y avait pas de lune :

« Ca sert à quoi, franchement, c’te guerre ? R’garde la lune, si t’enlève le soleil et ben elle existe plus ! Et dans l’aut’e sens, si y a plus de lune, y a plus de lumière la nuit ! Comment qu’tu veux faire ?! Tu t’lèves pour aller au petit coin et puis tu t’prends un arbre parce qu’t’y vois rien ! Et ben ça devrait être pareil niveau Hikari, Hikage ! »

Sévérus avait retrouvé un tant soit peu de sa joie de vivre. Au moins en partant sur ce sujet-là il oublierait Shayle et les problèmes qui s’en suivaient. Et puis il avait plus que tout envie d’en apprendre plus sur Fange et son point de vu l’intéressait vraiment.

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Jeu 12 Juil - 14:07

Le vent continuait de s'acharner sur les deux animaux, et les frissons firent leur apparition sur le corps de la demoiselle invocatrice.
« C’est vrai que les pouvoirs compliquent vachement la vie des fois. Le mien a des inconvénients hyper chiants à gérer et à c’est bien à cause d’eux que j’ai mis autant de temps à plonger à l’eau… »
Fange fût contente qu'il est été franc sur ces paroles, qu'il est pas essayer de dire "j'ai peur de l'eau mais pour te sauver j'ai pas hésité" ça aurait été du "je me paye ta tête" royal.
- Et oui on ne peux pas avoir des pouvoirs sans avoir d'inconvéniant, ça serait trop facille... Répondit la louve bicolore.
Elle soupira discrètement, si les pouvoirs était une chose mal répartie, il fallait bien mettre quelques inconvéniants pour que ceux qui n'en n'ont pas ne soit pas trop dégouté, non ?

* Le mieux aurait été de donner des pouvoirs à tout le monde comme ça, plus de jaloux ! *
Mais même après cela, certaines personnes auraient trouvées le moyen de râler en disait "Ouai, mais ton pouvoir est plus puissant que le mien" ou des choses dans ce style là, et comme avoir tous le même pouvoir ne serait pas terrible et qu'une vie sans pouvoir serait bien fade, et bien on n'avait d'autre choix que de rester dans l'inégalité que ça plaise ou non au gens.
* Si les gens étaient moins envieux, un sacré problème en moins et les guerres seraient moins nombreuses ... *
Mais bon autant demander à un ours d'arrêter d'hiberné: on auras beau lui dire, le suplier et tout, on n'auras pas de résultat concluant sur une longue durée pour autant, ça agit pendant une semaine tout au plus et hop après on oublie, que c'est bizzare !
« Ca sert à quoi, franchement, c’te guerre ? R’garde la lune, si t’enlève le soleil et ben elle existe plus ! Et dans l’aut’e sens, si y a plus de lune, y a plus de lumière la nuit ! Comment qu’tu veux faire ?! Tu t’lèves pour aller au petit coin et puis tu t’prends un arbre parce qu’t’y vois rien ! Et ben ça devrait être pareil niveau Hikari, Hikage ! » Déclara Sévérus.
Le félin n'avait pas tord mais c'était impossible et la demoiselle au look déjanté lui explica:

- Malheuresement c'est impossible d'établir la paix sur cette terre, d'une part parce qu'il y en à qui sont plongué dedant depuis leurs enfances et donc pour eux c'est normal, tout comme toi c'est normal de manger de la viande, car tu es habitué à ça depuis gamin, d'autre part parce que t'auras toujours les "moi-je-veux-les-terres-des-autres-pour-montrer-ma-puissance" qui ferons chier les autres et les obligerons à la guerre, car n'oublions pas que cette guerre à été lancé pour savoir qui des hikages ou des hikaris est plus fort, par conséquant, c'est celui qui aura les territoires de l'autre qui sera "vainqueur" si on peut dire. Et c'est pour toutes ces raisons que je suis bien contentes de ne pas avoir de clan.
Aprés ce long discours la demoiselle sans clan défini dût reprendre son souffle.
- Bah dis, tu devrais te lancer dans la politique ! Commenta Orobos.
L'adolescente sourit, le silence retomba et le froid la fesait clairement tremblée comme une feuille ...

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Jeu 12 Juil - 16:01

Alors que le félin sombre écoutait le murmure des cascades dans l’espoir que celui brouillerait suffisamment ses pensées pour oublier, Fange avait ajouté :

« Et oui on ne peut pas avoir des pouvoirs sans avoir d'inconvénients, ça serait trop facile... »

Pour toute réponse, Sévérus avait acquiescé d’un simple hochement de tête. Qu’aurait-il pu faire de plus ? Continuer la conversation sauf que cela ne lui vint pas à l’esprit et puis de toute façon il n’avait aucune envie de se lancer sur un tel sujet. Avoir peur de l’eau, quelle honte pour lui. D’un côté il aurait pu se dire qu’il n’était que comme les chats qui n’aiment que trop peu l’eau mais d’un autre il devait se rendre à l’évidence qu’il n’en était pas un, loin de là. Son espèce était celle que l’on remplaçait souvent par une périphrase bien connue : le roi des animaux. Par rapport à un chat, sa taille était bien plus grande et même lorsqu’il n’était qu’un lionceau il égalait les matous. De plus, un lion s’apparenté plus à un tigre qu’à un chat. Et il est bien connu que les tigres raffolent de l’eau et adorent se baigner dans les rivières et autres endroits du genre. Oui et bien tanpis, Sévérus devait faire avec. Il était un lion qui haïssait l’eau et alors ? Il était aussi un lion qui maîtrisait le feu, même si, soyons franc, sa maîtrise était encore quelque peu aléatoire et il manquait d’entraînement. Pourtant, à bien y réfléchir, il aurait peut-être préféré ne pas avoir de pouvoir et donc pas d’inconvénients. Il aurait été amplement satisfait s’il avait simplement vu ses sens améliorés ou encore ses pattes capables d’accéder à une vitesse différente à la norme. En fait ce qu’il m’aurait fallu c’est un truc simple mais pas banal. Du genre une super vue ou…euh… être invisible ! Ah nan, ca va pas, c’est pas simple ça. Mais il avait hérité d’un tout autre pouvoir. Les flammes. Pffff… Il ne faisait que des erreurs avec (même sans mais il en faisait quand même plus avec son pouvoir). On dit qu’il faut apprendre de ses erreurs. Si c’est ça, autant rester c*n à vie et ne pas apprendre !



« Malheureusement c'est impossible d'établir la paix sur cette terre, d'une part parce qu'il y en a qui sont plongés dedans depuis leur enfance et donc pour eux c'est normal, tout comme toi c'est normal de manger de la viande, car tu es habitué à ça depuis gamin, d'autre part parce que t'auras toujours les "moi-je-veux-les-terres-des-autres-pour-montrer-ma-puissance" qui ferons chier les autres et les obligerons à la guerre, car n'oublions pas que cette guerre à été lancée pour savoir qui des Hikages ou des Hikaris est plus fort, par conséquent, c'est celui qui aura les territoires de l'autre qui sera "vainqueur" si on peut dire. Et c'est pour toutes ces raisons que je suis bien contente de ne pas avoir de clan. »

Sévérus savait tout cela. Néanmoins il avait du mal à admettre que les deux clans soient stupides au point de ne pas chercher un arrangement. Un arrangement… Un mariage arrangé… Aussitôt le félin fut pris de court. Pourquoi avait-il fallu qu’il choisisse ce mot ? N’aurait-il pas pu dire compromis ? Ou encore une solution ? Personne ne possède cette réponse si ce n’est que le temps. Ce temps qui vous glisse entre les mains comme du sable fin. Impossible de l’arrêter. Pas plus facile de le ralentir. Le temps passe et on ne peut rien y faire, si ce n’est que le regarder. Sévérus n’ont plus ne pouvait l’empêcher de s’éloigner pas plus qu’il ne connaissait la réponse. Tout ce qu’il savait c’est que s’il n’avait pas choisi ce mot, ces quatre syllabes, il n’aurait jamais eut l’image de Shayle en train de jouer avec sa brume. Il la revoyait, là, modelant son sombre brouillard pour en faire un cœur. Le lion secoua la tête et pas des plus discrètement, bien au contraire. Il la secoua avec violence en lâchant involontairement un grognement ainsi qu’une perle de cristal salé qui coula à nouveau sur son museau. Une fois que cette sorte d’ébrouage fut achevée, il releva la tête vers Fange. Elle frissonnait. Immédiatement il s’en voulut à mort. Il était tant préoccupé par ses problèmes qu’il n’avait pas remarqué le froid s’emparer de la demoiselle. Quel raté ! Sévérus se leva et ne pu faire autrement que de s’étirer. Ses muscles étaient tendus et ankylosés. Quelques craquements retentirent. Le félin proposa alors :

« Commence à faire froid. On cherche un coin tranquille, au chaud ? »

Sévérus accompagna ses paroles d’un sourire. Il espérait trouver rapidement une grotte ou un truc du genre, un endroit qui protège du vent et du froid quoi. Il avait déjà dans l’idée de se servir de son pouvoir pour éclairer le lieu et aussi comme source de chaleur. Pour cela il lui faudrait quelques brindilles bien sèches. Le félin chercha du regard et plongea dans les fourrés. Son pelage se raccrocha à une multitude de sournoises épines mais il n’en tint pas compte et continua ses recherches. Bientôt il tomba sur sa première branche. Pas très grande et humide. Un soupir glissa hors de l’étreinte de ses crocs et disparu dans l’air. Sévérus redoubla d’effort tout en informant la louve aux ailes immenses et splendides :

« Tu crois que (c’est quoi son nom déjà ? Nakama ? Ah non, Nakuma.) Nakuma pourrait voir s’il trouve pas une grotte ou un coin dans l’genre ? »

Sans relever la tête, il attendit une réponse, cherchant toujours quelques brindilles idéales pour un bon feu. Voyons voir… Le lion avançait sans regarder où il allait, si bien que quand l’énorme tronc d’un arbre se présenta à lui, il ne le vit pas. Boum ! Aïe ! P*tain ! Il laissa le sol là où il était et posa ses yeux sur le géant de végétal. Enfoi*é. Sévérus sortir les griffes pour les planter, d’énervement, dans l’écorce lorsqu’il se ravisa. Son regard s’illumina. Mais c’est bien sûr !

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Lun 16 Juil - 8:25

Le vent continuait de souffler et les frissons de la demoiselle se fesait de plus en plus ressentir, cependant, elle ne disait rien, elle gardait ça pour elle, comme elle fesait d'ordinaire, on lui a toujours dit que ce n'était pas bien de se taire comme ça, mais la jeune invocatrice s'en fichait, elle ne supportait parler de son passé, son vécut, son ressentie, comme si ... comme si elle avait honte, comme si pour elle, parler de son passé ça revenait à dire toutes ses faiblesses, toutes ses failles et c'est sûrement pour cette raison aussi stupide soit elle, que la louve aux ailles démoniaque se taisait.
- Bon, et tu comptes mourrir de froid sssans rien dire pendant combien de temps encore ? S'impatienta le spectre noir aux taches jaunes.
L'éternité. Oui c'est précisément ça, s'il le fallait, la demoiselle sans clan tramblerait dans son coin pendant l'éternité - à imaginer qu'elle pouvait vivre durant tout ce temps - la jeune invocatrice serait même capable de mourrir de froid si tel était le prix du silence, de toute façon la mort ne l'effrayait aucunement, elle considérait qu'elle n'avait plus rien à perdre et peut être avait elle raison dans le fond après tout, elle avait tuée ses parents - bien que son lâche de père l'a bien mérité - et elle venait de perdre sa petite soeur de coeur il n'y a pas si longtemps que ça. Mais peut être qu'elle avait tord, peut être qu'elle réusirait à trouvé un conjoint, malgrès son dégout envers l'amour ? Peut être que quelqu'un sera soulagé la blessure causé par la perte de Rin ? Peut être même - allez soyons fou ! - que sa soeur de coeur n'est pas morte après tout la louve est partie rapidement de sa terre natale lorsque qu'elle à sut que Rin avait succombé à ses blessures, peut être qu'après un miracle c'est produit et que le coeur de la petite feu-follette c'est remit à battre ? Mais il y a trop de "peut être" dans cette phrase pour que Fange lui accorde ne serai-ce que un pourcent de vérité, mais le futur est farceur et il lui réserve peut être une bonne suprise, qui sait ?

« Commence à faire froid. On cherche un coin tranquille, au chaud ? » Proposa le félin, tout sourire tandit qu'il s'étirait.
La solitaire aux allures de démon/chauve-souris fût ravie de cette proposition et répondit gentillement - Wouah elle emploie autre chose qu'un ton neutre !- à l'hikari gris:

- Ma foi ... Un baillement coupa sa phrase, Se serait une erreur de refuser. Acheva t-elle.
Le félin ballaya le terrain du regard comme si il cherchait quelque chose ... mais quelle chose ?

* Que peut il bien chercher, on va dans une grotte ... *
M'enfin, après tout cela ne la regardait pas.
- Heuresement qu'il a proposé, sssinon on t'aurais retrouvée dans un glaçççon ! Commenta le réptille.
La demoiselle aillée se demandait souvent si c'est la mort qui l'avait rendu aussi "commentateur" ou si il avait toujours été comme ça, mais elle ne put creuser la question car le lion demanda:

« Tu crois que ... il eut un moment d'hésitation, Nakuma pourrait voir s’il trouve pas une grotte ou un coin dans l’genre ? »
La canidé bicolore réfléchis, elle l'avait déjà invoquer toute à l'heure pour retrouver le colier que sa petite soeur lui avait offert, et bien que Nakuma soit un esprit de classe S - oui, on classe les esprits selon leur puissance - il consomait comme même de l'énergie le pépère !
- Je pense ... mais je risque d'être fatiguée après ... Répondit Fange.
Elle plaça sa patte avant droite devant elle et, comme tout à l'heure, récita l'incantation qui servait à l'invacation:

- Kuradai naidawa kira tsukini.
Un cercle violet s'illumina autour de la patte de l'adolescente, de la fumée fantômatique aparut et finit par laissé plaçe à Nakuma, tandit que l'invocatrice elle, s'écroulait au sol comme une carpette.
- Tu te surestime ma belle ...
- Je ne me surestime pas, c'est toi qui me sous-estime, Nakuma ! Grogna la jeune adulte.
L'aigle leva les yeux au ciel, il savait très bien que celui des deux qui avait tord, c'était elle mais bon.

- Comme tu voudras ... que puis-je pour toi, cette fois ci ?
- Je voudrais que tu trouve une jolie grotte pour moi et le lion là-bas, s'il te plait. Enchaina la louve, plus calmement.
Sans demander plus de détail, l'aigle marron et blanc s'envola, tandit que la louve aillée, était restée au sol faute de pouvoir se relevée.

* Si je ne peux plus marcher là ça sera embêtant ... *
La sans clan espéra que le lion gris à l'oiseau noir sur le dos ne l'avait pas entendut tombée pour ne pas qu'il s'inquiéte pour elle et qu'il s'en veuille de lui avaoir demandé d'invoquer Nakuma, car il n'y était pour rien.


( Désolé de l'attente, prends TOUT ton temps pour répondre xP)

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mar 17 Juil - 14:46

Sévérus sortit le reste de ses griffes. Il observa le gros tronc en réfléchissant. Une première branche se situait à deux voir trois mètres du sol, donc impossible à atteindre en un seul bond. Ensuite les bras de différentes tailles de ce gardien géant au corps d’écailles et à la crinière d’émeraude s’étendaient de façon irrégulière. L’escalade serait d’une facilité déconcertante à condition d’avoir réussi à se percher sur la plus basse. Ça doit pas être bien compliqué. Le félin recula pour avoir un chouïa plus d’élan. Une fois qu’il jugea la distance entre ses pattes avant et la base de l’arbre suffisante, il bondit. Ses griffes s’enfoncèrent profondément dans l’écorce, cependant il ne leur laissa pas plus de précieuses minutes, il ramassa tout son poids sur ses pattes arrières et se propulsa vers la branche. Sa patte droite parvint à s’ancrer dans la chair de l’être végétale mais la gauche, elle, battit vainement le vide. Bientôt se furent les pattes postérieures qui lâchèrent prise. Selon ses estimations, Sévérus n’aurait dû avoir qu’à se hisser sur la branche. Oui et pour cela il aurait fallu que ses deux pattes agrippent le bras de bois. Or une seule des deux était parvenue au but qu’on lui avait imposé. L’autre s’agitait dans l’air, cherchant à planter ses griffes dans l’écorce. Mais rien à faire. Pour comble de tout, le félin commençait à faiblir. Je fais quoi maintenant ?! L’esprit du lion tournait en rond sans répit comme un rat affamé perdu dans un lamentable labyrinthe. Une solution se pointa, pour le rat ce n’était autre que les ailes et la cire d’Icare et de son père, pour Sévérus elle consistait à tirer de toutes ses forces sur sa patte droite et ramener ses pattes arrières sur la branche. Il se serait donc retrouvé la tête en bas. Si c’est la seule solution… Il y en avait pourtant une autre qui visait simplement à abandonner. Oui mais abandonner ne figurait pas dans les options du lion et elle n’y figurerait pas avant longtemps ! Il était hors de question de laisser tomber et de s’avouer vaincu. Pourtant lâcher prise et retenter sa chance ne se résumait pas à abandonner, non, au contraire. Quand on est bloqué, qu’on arrive plus à avancer, rien ne sert de persévérer. On s’arrête, on se pose l’espace de quelques instants. On en profite pour ré analyser la situation. Si une nouvelle opportunité se présente, on la saisie. Mais si rien ne vient on retente sa chance et on évite de refaire les mêmes erreurs. C’est assez simple… sauf si vous avez le même caractère que Sévérus… et là, et bien bonne chance pour vous en sortir ! Enfin bref, les efforts du félin ne lui servirent absolument à rien et il s’écrasa lourdement au sol, sans même avoir le temps d’atterrir sur ses pattes. Après tout, les chats retombent toujours sur leurs pattes alors pourquoi pas les lions ? Dire que Sévérus n’avait pas la tête à réfléchir à la réponse de cette question serait un euphémisme. Il rageait d’avoir raté et d’être aussi lamentablement tombé. C’est bien ce que je disais : t’es qu’un enfoi*é ! Le félin assumerait-il que la faute était de lui et non pas de l’arbre ? J’en doute fort, malheureusement… Tu vas voir, je vais te faire ta fête. Sur ce, Sévérus fit le tour de l’arbre comme s’il le défiait dans un combat au corps à corps. Mais bon…un arbre ne peut pas se battre, logiquement. Après si vous vivez dans un monde bizarre et fantastique il est possible que vous vous fassiez écraser à plate couture par un arbre. Là, on est dans un monde, certes fantastique, mais restant tout de même un tant soit peu banal. Donc les arbres et les autres végétaux aussi ne se battent pas et tuent encore moins des gens, pour ceux qui auraient l’esprit complètement chtarbé. Si on revient à notre gros matou aussi têtu qu’une mule, si ce n’est plus, il venait d’entamer un second tour du géant d’écorce qui semblait en avoir ras les feuilles de ce sac à puce ambulant. Sévérus avait les yeux rivés sur le haut de l’arbre et ne voyait donc pas ce qu’il se passait au sol. Or, monsieur à la coiffe touffue et verte, faisait prendre l’air à l’une des ses très nombreuses pattes. Pattes qui avaient plus de points communs avec les tentacules d’une pieuvre qu’avec les membres solides des félins. Bien sûr, je suppose que vous vous doutez de ce qui arriva… Et bien oui, le lion trébucha sur la racine et s’étala de tout son long dans l’herbe. Il lâcha un grognement alors que le vent dans les ramures de l’arbre donnait l’impression que celui-ci riait et se moquait du gentil petit minou inoffensif. Sévérus, qui avait réussi à rester assez…calme, si on peut qualifier son comportement comme tel, devint furieux. Il n’en montra pourtant rien et pour ce qui devait être la première fois, il s’assit et inspira profondément dans le but de se calmer. Calme…c’est juste un arbre…juste une pourriture… une p*tain de pourriture ! Ensuite il ouvrit les yeux et posa son regard de braise sur l’arbre. Une étincelle brilla dans ses iris en même temps qu’une idée germait dans son esprit. Sévérus se leva et tâta l’herbe : fraîche et humide. Parfait. Un petit entraînement s’imposa. Le félin afficha un immense sourire :

« Tu me cherches mon pote ? Pas la peine de continuer, tu m’as trouvé ! »

Une perle de feu se forma dans la patte que le lion venait de tourner vers le ciel. Les petites flammèches se mirent à tourner en rond pour devenir une boule. Une fois qu’elle eut atteint la taille d’un gros grêlon, le félin la lança dans les ramures de l’arbre. Il eut quelques crépitements sourds puis un fin filet de fumé. Tout s’arrêta. On aurait pu croire que c’en était fini de la sphère de feu quand une poignée de feuilles s’embrasa. Les langues infernales se régalèrent des plumes d’émeraude qui couvraient les branches de l’arbre. Une odeur sèche et brulée s’éleva et vint chatouiller la truffe du félin pyromane. Pourtant il ne sourit pas, il se concentra juste sur les flammes. Ces dernières s’attaquaient désormais aux bras du gardien de la jungle et à l’autre versant de sa fourrure de verdure. C’est maintenant que ça se complique. Sévérus laissa se perdre les miroirs brûlants de son âme dans les cendres virevoltantes mêlées aux silhouettes de feu. Il serra les crocs. Les flammes entreprirent de consumer le tronc. Allé… P*tain Sév’ fait quelqu’chose ! Des étincelles sombres s’insinuèrent dans les yeux orangés du félin. Les muscles de tout son corps se contractèrent. Le feu dansait toujours gaiement, aspirant les dernières forces de l’arbre. Soudain toutes les flammes disparurent dans un panache de fumée. Une espèce d’oiseau sombre constitué principalement de cendre s’envola. Sévérus cligna je ne sais combien de fois des yeux : il croyait rêver. C’était quoi ça ?! Le félin trop curieux se leva mais lorsqu’il voulut faire un pas une violente douleur lui vrilla la tête et le déstabilisa. Il fit quelques pas pour retrouver l’équilibre et il eut l’air d’être complètement bourré. Il marcha en zigzag sur une pincée de mètre avant de retrouver le contrôle de ses pattes.

« Waouh ! J’ai l’impression d’avoir couru pendant des jours et des jours sans m’arrêter ! »

Le lion observa son travail. L’arbre ne ressemblait plus à rien. Toute la partie ouest de son feuillage était manquante ainsi que la plupart de la partie est. Les branches étaient cramées jusqu’à l‘os et donnaient une impression de squelette rongé par les charognes. Le tronc, seul, avait encore un air à peu près présentable. Sévérus avait gagné son défi et l’arbre avait perdu. La vainqueur le détaillait de la tête aux pieds, ou plutôt de ce qu’il restait de la cime aux racines apparentes. Mais ce qui impressionnait le plus le félin n’était pas le carnage qu’il venait de faire, plutôt celui qu’il venait d’éviter. Il ne parvenait toujours pas à comprendre comment il avait réussi à stopper les flammes. En fait il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il était capable de faire. Il s’était toujours contenté de créer du feu. Une fois, l’idée qu’il eut pu éteindre sa « création » avait vivement, mais très, très vivement, glissé sur sa conscience. Cette idée était revenu plusieurs fois par la suite jusqu’à se creuser un nid dans l’esprit du lion. L’affront de monsieur feuillage lui avait permis de créditer cette hypothèse. Il savait ou croyait savoir, que l’humidité de l’herbe aurait arrêté les flammes en cas d’échec. Ce n’aurait pas été le cas mais ça, il n’en n’aurait jamais conscience. Non, il se contenterait de croire que si son expérience n’avait pas été concluante, la fraîcheur du sol se serait chargée de corriger son erreur. Point, on n’en parle plus. Et puis de toute façon rien de tout ça n’était arrivé puisqu’il avait éteint les flammes. Sévérus était désormais tout fier mais aussi bien intrigué par cette étrange facette de son pouvoir qu’il découvrait là. Peut-être qu’il y a d’autres trucs stylés à découvrir… Cette pensée le ravit. De plus il y avait cette sensation bizarre qui, comme il l’avait dit plus tôt, lui donnait l’impression d’avoir couru des jours durant. Ses muscles étaient épuisés bien qu’il soit resté assis. Son sang pulsait à ses temps en un rythme effréné qui avait tout de même tendance à s’apaiser. Un sentiment de béatitude extrême coulait dans les veines du lion. Un sourire s’afficha sur son museau, à l’effigie de la joie qui le submergeait. Sévérus se souvint soudainement qu’il avait laissé Fange, seule. Il secoua brièvement la tête et essaya de faire un pas. Raté. Ses pattes étaient de coton. Pffff… Mais vous allez tenir, oui ou m*rde ?! Le félin prit une grande bouffée d’air et bondit sur ses pattes. Elles faillirent le lâcher mais il ne leur en laissa pas le temps et fit un autre bond. A nouveau elles furent sur le point de flancher ; Sévérus tint bon. Peu à peu, ses pattes reprirent l’habitude de passer l’une devant l’autre pour avancer. Le félin bondit hors des buissons qui bordaient la lisière de la jungle et atterrit juste devant Fange. Elle était couchée au sol. Elle en avait surement ras le bol de t’attendre abruti ! Le félin choisit alors de s’assoir aux côté de la demoiselle et s’excusa :

« Désolé de t’avoir fait attendre mais…je me suis pris la tête avec un arbre. »

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Jeu 19 Juil - 13:33

Les effets négatifs du pouvoir de la demoiselle aillé s'intensifiait et ses muscles raides comme des bouts de bois, se mirent à trembler.
* Tous ça pour trois invocations de rang "S" ?! J'regresse là ! *
A cette pensée la machoire de la solitaire se crispa et la haine qui l'accompagne tout le temps tel un aura refit surface, comment avait elle put ce permettre de régresser ?! La louve planta ses griffes profondément dans le sol avant d'aracher la terre qui se trouvait à sa portée.
« Désolé de t’avoir fait attendre mais…je me suis pris la tête avec un arbre. »
Il c'est prit la tête avec un arbre ? Qu'est-ce qu'il voulait dire par là ? Ca n'avait pas de sens !
- Tu t'es pris la tête avec un arbre ? Original. Nakuma à trouver une grotte, prêt à partir ? Explica t-elle.
Mais alors qu'elle se relevait pour aller à la grotte, sa tête se mit à tourner, le monde devint flou et fini par ce teinter de noir.

- Fange ! S'écria Orobos.
- Fange ! Reprit Nakuma.
Mais il était trop tard la jeune invocatrice tomba mollement au sol, et son esprit fût plongée dans les ténèbres...

Le temps s'écoulait, une seconde, une minute, une heure, le "tic-tac" frénétique de l'horloge du temps avait entâmée sa danse, s'arrêterait il plus tôt que prévu ? Espérons que non !

♫ Tu dit toujours que si tu avais tu avais des ailes tu t'envolerais, et ne redescenderais, redescendrais, plus jamais ♫ Chanta une voix fémine sortie de nulle part.
Cette voix... cette mélodie... Fange la connaisait elle avait déjà entendue chanter par cette femme, mais qui était elle et quand lui avait elle chanté cette mélodie douce et enivrante ?

♫ Tu n'a d'yeux que pour ce ciel, ce ciel bleu ♫ Poursuivit la voix.
La jeune louve aillé continuait de se creuser la tête, mais où avait elle entendue cette fichue mélodie ?! Soudain un éclair de génie traversa son esprit:

- Maman ?!
Soudainement, la silhouette de sa mère fit apparition dans la tête de la demoiselle qui ce demandait comment elle avait pu oublier ça, oublier sa mère quoi !
- Fange ... Fit la louve.
Alors la silhouette de sa mère fût balayer et remplacer par une autre silhouette, un loup gris couvert de cicatrices à la stature imposante au regard mauvais et illuminé d'un sourire des plus sadique, son père !

- Tu n'es qu'une p*te bonne à foutre ! S'écria t-il.
Son père, sa mère ... une réunion de famille où quoi ?! Tout les mauvais souvenir que Fange avait eut à cause de ses parents Fange les avait oublier, alors pourquoi revenait-ils maintenant ?!

L'adolescente se réveilla en un cris de rage qui fit s'envoler tout les oiseaux aux alentours, ses yeux étaient remplit d'une haine immense et un horrible mal de crâne l'assailit.

- Pourquoi ? Se lamenta la canidé tandit qu'elle enfousait sa tête dans ses pattes de devant.
Elle soufrait, aussi bien physiquement à cause de son mal de tête que mentalement avec tous les mauvais souvenirs qui revenait la hanter. Elle les avaient oublier, c'était pas pour qu'on lui rapelle ! Elle fût tellement plongée dans la haine et la déprime qu'elle n'entendit point Nakuma et Orobos qui s'inquiétait pour elle.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Sam 21 Juil - 18:08

« Tu t'es pris la tête avec un arbre ? »

Sévérus baissa la tête. On aurait pu croire qu’il avait honte s’il n’avait pas eu ce grand sourire qui étirait ses babines. Il s’attendait pourtant à ce que Fange se moque de lui ou le prenne pour un taré inconditionné. Cela ne le gênait pas, après tout, il venait quand même de carboniser un arbre et ce parce qu’il l’avait fait trébucher volontairement. Un fou, peut-être pas finalement, plutôt un gamin. Voilà, c’est ça, un gamin. C’est ce qu’il est resté. Il n’a pas quitté son âme d’enfant qui jouait les sentinelles à la limite des territoires. Le lionceau qui se prenait pour un grand explorateur en terres ennemis est toujours là, quelque part. Perdu dans les catacombes, ruines de roches dures et froides tombées d’un accident. Il erre à la recherche du pardon mais pour y accéder il faut d’abord qu’il se pardonne lui-même. Chose qui semble impossible. Tout comme le fait que Fange réponde :

« Original. »

Le sourire s’élargit. Le félin relève la tête.

« Nakuma à trouver une grotte, prêt à partir ? »

Sévérus acquiesça d’un hochement de tête, comme à son habitude. Il se leva dans un demi-bond et attendit Fange. Celle-ci se leva, entama un pas et s’écroula soudainement. Le lion réagit au quart de tour et se pencha sur le corps inanimé, un véritable pantin dont on aurait coupé les ficelles. De la patte, Sévérus secoue l’épaule de la louve en murmurant :

« Hé ! Fange ! Debout. Qu’est-ce que tu nous fait ? »

L’angoisse pointe dans la voix de l’animal ; il reste pourtant calme. Sévérus réfléchit. Il se souvint alors que la demoiselle avait froid, un peu plus tôt. Il sut que faire et déclara, au vent, en réalité aux esprits, en espérant qu’ils soient là et qu’ils m’entendent :

« Je vous confie Fange deux secondes, je vais chercher de quoi faire du feu. »

Sur ce il bondit dans les fourrées et fonça droit vers le squelette de cendre. Toi, tu vas enfin pouvoir me servir à quelque chose. Sévérus ramassa les diverses brindilles intactes qui avaient dues tomber avant que les flammes ne les atteignent et les regroupa en un tas. Une fois qu’il eut amassé suffisamment de branches, il s’approcha de l’arbre –ce qu’il en restait, par conséquent : un tronc couvert de suie- et en fit le tour. Il évita soigneusement la racine qui courait à la surface de la terre. Une fois, pas deux. Le félin cherchait une chose en particulier et il espérait la trouver. Son regard s’illumina lorsqu’il perçut un reflet rouge entre deux lambeaux d’écorces –on dirait des morceaux de chair qui pendent sur une carcasse. Il s’approcha de l’arbre et se dressa sur ses pattes arrières, posant celles antérieures sur le tronc. Sortant ses griffes il arracha les restes d’écorces et découvrit que le corps de l’arbre était creux. Au fond du trou, brillaient deux petites braises. Je vous ai trouvé. Sévérus se pencha en avant, le plus qu’il le put, de façon à atteindre les morceaux de bois incandescents sans tomber au fond du tronc. Après quelques instants à faire l’équilibriste pour attraper son trésor le félin les déposa sur une immense feuille. Bon, maintenant qu’on a tout ce qu’i’ faut, on retourne à la cascade. Sévérus prit en premier lieu les deux bords opposés de la feuille dans laquelle dormaient les braises puis il entreprit de caler entre ces crocs un maximum de brindilles. La tâche se révéla périlleuse mais le résultat en valait largement la peine puisqu’il pu rejoindre Fange avec tout son attirail en un seul voyage. Pas besoin de faire un autre aller-retour. Sévérus posa son matériel au sol et s’arrêta pour contempler ce qu’il avait à ses pattes. Il se mit à réfléchir à voix haute :

« Je crois qu’il me manque que’qu’chose. Mais quoi ? »

D’un revers de la patte il écarta les branches et d’un autre mouvement il ouvrit les pans de la feuille pour offrir de l’air aux deux bijoux se consumant intérieurement. Hummmm… J’ai de quoi alimenter les braises… Les braises en questions… Mais qu’est-ce qu’i peut bien manquer ? Le félin se remémora les autres fois où il avait fait un feu de façon normale –c’est-à-dire sans utiliser son pouvoir. Il dû pour cela plonger dans les brides de ses souvenirs. Plongé dans le ténébreux orage qu’avait été son enfance, il croisa son double. Toujours ce même lionceau, à la recherche d’on-ne-sait quel jeu. Le même dessin, aux détails semblables au passé, à l’exception près que le petit félin cherchait le pardon, encore et toujours… Il espérait trouver cette étincelle de lumière qu’il affectionnait tant. Cet éclat de soleil qui lui aurait permis de toucher la paix. Quant bien même il ne ferait que la frôler, cela lui suffirait. Le Sévérus actuel n’avait aucune idée de la quête de son double. Il pensait simplement à un fantôme de jadis qui errerait comme ça, sans but, dans les méandres sombres de son passé. Les ruines de ce qui avait été un paradis de bonheur et d’insouciance. Un paradis réduit à l’état de néant par les moindres mais terribles reflux d’une erreur toute bête. Le lionceau n’était certainement qu’un messie de cet âge d’or venu rappeler la chute de ce monde flamboyant. C’est en tout cas se que pensait Sévérus. Peut-être que s’il avait su ce que son lui enfant était en train de faire, il l’aurait aidé. Mais il n’en était rien et le lion quasi-adulte continua son chemin… Lorsqu’il rouvrit les yeux –il les avait inconsciemment fermé- il sut ce qu’il avait oublié : des pierres ! Aussitôt il récolta quelques gros cailloux sur la berge et leur intima de former un rond. Une fois cette étape passée, il pu disposer les brindilles et choyer en leur centre ses deux braises. Il se pencha ensuite et souffla avec douceur sur les morceaux de bois incandescents. Un fin filet de fumée s’éleva, fut pris par le vent et les flammes prirent vie. Elles n’étaient identiques en aucun point à leurs prédécesseuses qui avaient avalé le tronc. Et pour cause, ces flammèches-ci n’étaient nées d’aucun pouvoir, leur seul géniteur étant feu l’arbre. Sévérus contempla un instant ces étincelles de vie et se coucha aux côtés de Fange. La chaleur du feu inonda déjà leurs fourrures. Le félin en avait gaspillé de l’énergie avec toutes ses bêtises alors grande ne fut pas la surprise lorsque ses yeux se fermèrent. Cependant son repos fut de courte durée et il n’eut le temps que de somnoler. En effet, un effroyable hurlement, à en faire trembler les arbres, déchira le ciel. Sévérus se réveilla en sursaut et vit que la demoiselle était revenue à elle. Il voulut lui avouer le soulagement qu’il éprouvait de la voir de nouveau consciente mais elle fut plus rapide :

« Pourquoi ? »

La louve plongea sa tête sous ses pattes. Sévérus ne comprenait que trop peu ce qu’il se passait et l’origine de ce « pourquoi » le tracassait on-ne-peut-plus. Le félin approcha alors son museau de l’oreille de Fange et murmura :

« T’en fais pas, je suis là. Je te protégerai quoi qu’il arrive. »

Il accompagna ses paroles d’un sourire franc. Plus que tout au monde il désirait protéger cette demoiselle étrange.

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mar 24 Juil - 12:53

Tandis que les muscles de la demoiselle tremblaient, sa haine augmentait au fil du temps qui passait. Ses souvenirs, horribles souvenirs étaient en train de la consumée toute entière. Vous ne pouvez même pas imaginer à quel point elle souffrait, c'est simple elle avait l'impresion qu'on lui émminçait le coeur en fines lamelles bien tendres.
« T’en fais pas, je suis là. Je te protégerai quoi qu’il arrive. » Murmura le félin à l'oreille de la louve.
La louve aillée frisonna, non pas parce qu'elle avait froid, il y a un feu restons logique s'il vous plait ! Si l'invocatrice avait frisonée c'était à cause de la soudaine "proximité" avec le gros matou, chose qu'elle n'avait jamais connue auparavant et qui la mettait mal à l'aise. Elle voyait bien qu'il s'inquiétait mais elle n'avait pas envie de parlée de ce qui venait de se passer, enfin de toutes façon il y à très peu de choses qui la concerne dont elle parle, une vraie carpe !

- Merci, mais ça va aller. Fini par répondre la sans clan.
Ce n'était pas très simpa de la part de la canidé de répondre ça à Sévérus alors qu'il se fesait du soucis pour elle, mais Fange n'aime pas du tout devoir parlée de ses soucis personnel.

- Bon maintenant que tu lui as sssortie un jolie mensonge dit nous ce qui c'est passé. Exigea le reptille noir avec des taches jaunes.
- Oui dis nous ce qui c'est passé pour que tu sois dans un état pareille.Renchéris l'aigle marron et blanc au regard perçant noir.
La louve au look déjanté ne répondit pas, elle ne voulait pas. C'était encore trop frais dans son esprit pour qu'elle puisse en parler. Pour le moment la canidé noire avait autre chose en tête en effet, la sensation que la louve aux ailles de chauve-souris était tombée sur le félin gris avec un motif d'oiseau avait fais son "ze retour of ze sensation étrange" laissant la demoiselle en proie à de multiples questions sans réponses ajouté à ceux qui avaient fais apparition après son étrange rêve qui lui à rappeller de mauvais souvenirs.

* Quelle est cette sensation ? *
L'invocatrice était totalement perdue et ne savais plus quoi faire ni comment réagir, à tel point qu'un horrible mal de tête fit son apparition.
- Pardon de m'être évanouie, je crois que j'ai trop utilisée mon pouvoir pour aujourd'hui. S'excusa la louve aillée.
Le silence s'instala de nouveaux tandit que la solitaire admirait le feu qui s'agitait devant elle. Le feu, n'était-ce pas le symbole du désire que nous avons là mes amis ? Tout comme la pomme répresente une chose qui nous ait interdit ? Tout comme le cygne represente la grace ?

* Je suis perdue, je n'ai qu'une envie c'est de penser à autre chose... * Pensa la demoiselle.
Elle soupira. Pourquoi tant de complications tout d'un coup ? Elle qui avait un peu près trouvée un équilibre la voila à nouveau débousolée comme jamais elle ne la été, hormis le jour de la mort de Rin la canidé ne c'était jamais retrouvée dans un état semblable à maintenant.

- Fange répond à notre quesssstion, je t'en suplie ! S'exclama Orobos.
- On peut t'aider nous Affirma Nakuma, confiant.
Mais Fange n'en croyait pas un mot, elle doutait que quelqu'un puisse l'aidée, alors comme d'habitude elle scella ses problèmes dans un coin de son esprit totalement pertubé.

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mer 25 Juil - 15:18

Sévérus plongea ses yeux de braise dans les flammes dansantes. Elles semblaient onduler sur le rythme d’une mélodie qu’elles seules entendaient. Leurs robes ardentes se froissaient et se défroissaient selon les oscillations. De leurs langues reptiliennes, elles, léchaient les morceaux de bois, les couvrant de suie au passage, pour n’en laisser que des carcasses brunes virant au noir. Des squelettes de cendre semblables à des êtres volcaniques à l’affut d’une pauvre proie. Des braises dont l’éclat vacillait au gré du vent. Une écorce de peau sombre et craquelée dissimulant un cœur chaud et vivant. Tout paraissait vivre, respirer. Cependant ce n’était pas une respiration calme, non plutôt un souffle saccadé. Oui, le souffle d’un malade. En fait, c’est des crépitements. Des crépitements qui se mêlaient au murmure des cascades, lui-même accompagné du souffle du vent qui allait en grandissant. Décidément les flammes fascinaient et fascineraient toujours le félin au pelage sombre. Mais en cet instant, le feu ne l’importait que trop peu. Fange semblait perturbée par un mal inconnu et Sévérus se devait de mettre un nom ainsi qu’une image sur ce mal. Il faut absolument que je sache ce qui ne va pas. La demoiselle ne devait pas être de cet avis puisqu’elle le rassura :

« Merci, mais ça va aller. »

Le ton jeta presque un froid. Ce dernier ne parvint pas à arrêter le félin qui donnait l’impression d’être à présent immunisé contre les températures à tendance négative. Et puis les flammes étaient là, elles crevaient l’air de leurs langues fourchues et abandonnaient leurs minces volutes de fumée au vent. Sévérus était vraiment inquiet pour Fange. Il ne pouvait savoir ce qui n’allait pas et sans ça il lui était impossible d’aider la demoiselle. Il aurait voulu pouvoir communiquer avec les esprits de la louve pour leur demander s’ils savaient. Ce n’était pas le cas, ils ne savaient pas plus. Néanmoins, le lion ne pouvait sans douter pas plus qu’il ne pouvait voir les esprits. Il n’avait même pas idée du nombre auquel ils se trouvaient ou alors de l’endroit où ils étaient actuellement placés, bien qu’il eut suffit de se concentrer pour remarquer l’herbe aplatie là où se tenait le reptile fantomatique. Pour l’aigle la question était plus compliqué mais de toute façon elle ne se posait pas : il fallait d’abord comprendre ce qui tourmentait la conscience de la demoiselle aux ailes de chauve-souris. Cette dernière était pour le moins perdue et les phrases à tournures interrogatives, qu’elles soient partielles ou totales n’avaient pas plus d’importance, affluaient en son esprit pour la submerger. Sévérus n’en savait rien mais il pouvait du moins le deviner face à la mine grave de la solitaire. Il faut que je comprenne sinon je pourrai rien faire. La louve ne trouva rien de plus à faire que de s’excuser :

« Pardon de m'être évanouie, je crois que j'ai trop utilisée mon pouvoir pour aujourd'hui. »

En temps normal, le gros matou gris se serait contenté de ces paroles. Or le terme « en temps normal » n’avait pas sa place en ce jour et peut aller se faire voir. Ces excuses ne pouvaient convenir à Sévérus qui commenta :

« T’as pas à t’excuser, tu sais. »

Il laissa un sourire s’insinuer sur ses babines et adressa un clin d’œil complice à la demoiselle. Il n’en était pas moins inquiet et soucieux. Comment est-ce que je pourrais tourner ça ? Le lion cherchait une manière appropriée pour pousser son amie –plus qu’une amie, sa protégée- à se confier et à avouer quoi ou même qui était à l’origine de son brusque mal. Mal qui s’était apparemment montré sous la forme d’un mauvais rêve, un cauchemar quoi. Oui, voilà, un cauchemar. Mais comment savoir se qu’il relatait ? Etait-ce juste un songe monté à partir du néant et qui s’effilocherait jusqu’à disparaître de la conscience de Fange avec le temps ? Ou au contraire était-ce le fait d’un sal souvenir sortit d’outre-tombe pour semer le trouble et par la même occasion un petit peu de son néant ? J’en ai pas la moindre idée. Rien. Nada. Le néant. Sévérus voulait à tout prix aider la demoiselle mais en aucun cas il ne voulait la forcer à refouler son cauchemar. En général, quand on se rappelle un cauchemar il peut soit s’étioler et perdre en intensité ou soit, au contraire, prendre de l’ampleur, s’atrophier, se mêler à la nuit pour devenir une ombre omniprésente, jour comme nuit, bonheur ou pas. Il fallait donc y allait doucement et éviter les multiples pièges posés ici et là :

« Tu sais, si quelque chose te tracasse tu peux m’en parler… »

Sévérus laissa sa voix se muer en chuchotement et rejoindre le murmure énergique des chutes d’eau. Il avait voulu être le plus doux possible et se montrer rassurant pour prouver à Fange qu’il était digne de confiance et qu’il saurait la comprendre, sans la juger, quoi qu’elle dise. Il aurait aimé ajouter plein d’autre chose mais cela n’aurait servi à rien, si ce n’est, peut-être, qu’à intimider la demoiselle. Laisse le silence prendre le relais, il n’y a rien de plus à faire. Le silence s’installa comme convenu et Sévérus le laissa faire, sans chercher à lui barrer la route ou à le repousser. Désormais seule Fange pouvait décider de se confier ou non. Une fois la décision prise, le félin laisserait tomber malgré le fait qu’il ait envie d’aider la solitaire…

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mar 31 Juil - 8:28

La demoiselle couchée près du feu, ne regretta pas la présence de se dernier, et sa chaleur la réconforta quelque peu, mais la haine et l'envie de vengeance était toujours bien présent dans son esprit, rongeant petit à petit son être modifiant ainsi son caractère sans qu'elle s'en apperçoive enfin presque.
« T’as pas à t’excuser, tu sais. » Rétorqua Sévérus à l'excuse de la canidé.
Un sourire sur les babines suivit d'un clin d'oeil complice, qu'espérait il en fesant cela ? Espérait il quelque chose au moins ? La louve ne savait plus comment interpréter tel ou tel chose et cela devenait frustrant. Néamoins au fond de son coeur, remplit de haine, se trouvait une petite braise nommé "Amour" et cette dernière commençait à s'enflammer, et ça Fange le sentait, ce qui à la fois l'effraiyait et la fascinait.

- FANGE !!! Ta interêt de m'expliquer ce que ta quand le gros chat sera partis Exigea le serpent.
- Je suis d'accord avec Orobos. Renchéris Nakuma.
La louve renvoya Nakuma, après lui avoir demander son accord bien sûr, et elle fesait maintenant face à Orobos, sauf qu'il y avait un problème: 1) Elle ne voulait pas que le "gros chat" parte. 2) Elle ne voulait pas parler de ses soucis. Et elle le fit bien comprendre au reptille fantômatique avec un regard plus qu'haineux vers sa petite personne.

« Tu sais, si quelque chose te tracasse tu peux m’en parler… » Déclara le félin.
Sa voix était rassurante, et la louve aillée qui était devenue fragille -ou presque- à cause de tout ça, fini par se blottir contre le poitrail gris du félin, arrachant un regard suprit de la part de la couleuvre fantômatique au passage. Le contact avec l'hikari la fit frissonée et elle se raidit par peur qu'il la repouse, mais ce n'était rien à côté de l'apaisement que ça lui procurait. C'est vrai qu'elle aurait pu demander avant, au lieux d'agir comme ça, mais elle en avait tout simplement pas eu le courage, et puis elle aurait dit quoi ? "Euh... excuse moi j'peux t'faire un câlin ?" Nah ! C'était pas trop son genre, elle préférait cent fois ce faire repousser.

- Hé bah... t'y va pas de patte morte ! Commenta l'esprit.
La louve aillée l'ignora, c'était son petit plaisir à lui de commenter, même si elle répondait, ça ne changerais rien, alors autant ne rien dire et profiter de cet instant pendant qu'il en ai encore temps.

* Si Rin voyait ça ... *
Encore et toujours son passé... néanmoins on ne pouvait pas lui reprocher, vu comment elle avait souffert c'est normal que ça le hante et pui c'est pas comme si elle esseyait pas de s'en défaire hein.
- J'ai envie de rester là ... Murmura l'invocatrice au gros matou.
Elle était bien, elle n'avait pas envie de bouger, en fait en fond tout ce qu'elle désirait c'est être avec le félin.

* Alors c'est ça ce qu'on appelle "l'Amour" ? *
La demoiselle n'était sûre de rien sauf du fait qu'elle voulait rester avec Sévérus, le reste lui était trop flou pour qu'elle comprenne quoi que ce soit. Comme une tâche noir sur un fond blanc, Sévérus est la tâche noir et le reste... bah, c'est le fond blanc !


(Déso' c'est cours je me ratraperais la prochaine fois promis ♥)

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kita
Môsieur tout le monde
avatar

Féminin Nombre de messages : 1918
Age : 21
2ème Clan (si 2ème perso) : Hikage
Votre vrai pseudo (PUF) : Un Truc.
Date d'inscription : 12/05/2011

Feuille de personnage
Caractèristique:
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Mar 14 Aoû - 15:21

Le ciel commençait à se nimber de ténèbres. Le monde des ombres étendait ses ramures noires sur toute la jungle, laissant glisser ses sbires entre les arbres, laissant s’insinuer ses sombres éclats parmi les façades rocailleuses. Le ciel ouvrit son unique œil blanc, dépourvu de toute pupille, sur Arkadia. Perçant la noirceur des cieux, l’astre de la nuit irradia les cascades de sa lumière blanche et parsema des éclats d’argent dans les moult rivières. Les paillettes argentées se confondirent avec les reflets écailleux des poissons et arpentèrent les flots telles des particules perdues dans les artères géantes de la jungle. Chaque rivière, chaque ruisseau, chaque plus petit court d’eau était l’un des nombreux vaisseaux sanguins arpentant les flancs d’Island Univers. Tous semblaient naître ici, au sein d’Arkadia. Comme si cet endroit était un organe vital à l’équilibre de ce monde, un organe parcouru par les artères et les vaisseaux sanguins. A la différence près que ces multiples vaisseaux étaient gorgés d’eau pure et limpide et non pas de sang sombre. Les rivières offraient de leur eau aux nombreux végétaux bordant leurs rives. Et ce que ce soit sous les pétales étincelants de la fleur incandescente du jour ou sous les cils fantomatiques de l’œil blanc de la nuit. Quelques étoiles percèrent les sombres nuages qui entamaient les cieux, telles des étincelles figées par le temps. De temps à autre, l’une d’elles se détachait et plongeait dans le néant, s’effaçant pour toujours aux yeux du monde, sombrant dans les abimes de l’oubli. Même pas un souvenir, juste un fin rai de lumière sur ses traces, disparaissant quelques instants plus tard. Tout le monde espère voir des étoiles filantes. Oui et de ce fait tout le monde souhaite le mort de ces astres lointains, perdus dans l’immensité de l’univers, visibles à travers le ciel. Et à cet instant le ciel avait revêtu son manteau de nuit pour échapper au froid qui se glissait avec langueur entre les arbres. Un frisson surprit Sévérus mais le froid n’en n’était pas l’unique responsable. Fange venait de se caler contre lui alors qu’il ne s’y attendait pas le moins du monde. Il sentit la demoiselle se raidir et ne trouva pas de réponse à ce soudain changement. Le félin était assez mal à l’aise pourtant il se ressaisit et trouva la moyen de plaisanter :

« Mademoiselle aurait-elle froid ? Ou est-ce qu’il y a un aimant en chacun de nous ? »

Il accompagna ses paroles de son éternel sourire. Protéger. C’est tout ce qu’il avait envie de faire, protéger Fange, lui faire oublier ce qui semblait la tracasser. Oui mais comment ?

« J'ai envie de rester là ... »

La demoiselle aux ailes de nuit venait de lui fournir un début de réponse. Le lion sourit et roula sur le dos. Une fois le nez face aux étoiles il tira la louve à ses côtés pour qu’elle aussi voie le ciel, le tout dans une douceur qu’il aurait réservé à sa petite sœur s’il en avait eu une. D’un revers de la patte il désigna l’ensemble des étoiles accrochées aux cieux aux abords de la perle de nacre lunaire :

« C’est pas magnifique un ciel pareil ? En tout cas, quand je vois tes ailes c’est à ça que ça me fait penser. »

Des ailes de chauve-souris, des ailes de nuit. C’aurait pu être des ailes de cauchemar pour un esprit tordu cependant pour le félin ce sont les étoiles perchées dans leur étoffe sombre qui lui rappelaient les ailes noires de la louve. Des ailes de nuit, c’est exactement ça. Sévérus n’était pas du genre à croire aux dires comme par exemple qu’il faut faire un vœu quand on voit une étoile filante ou alors qu’un trèfle à quatre feuilles porte chance. Ca revient à dire qu’une étoile qui meurt exauce un vœu et qu’un trèfle malformé est différent des autres. Non, le félin ne croyait pas à tout ça, néanmoins il accordait de l’importance au fait que les êtres disparus constellaient le ciel sous le masque des étoiles. Ca, il y croyait, même si ce n’était qu’un peu. Alors pour lui le voile nocturne et ses pierres précieuses étaient une présence plus que réconfortante. Il aimait regarder les cieux et repenser à ses parents, à ces gens que l’on connait et qui sont partis. Ils ne sont pas partis bien loin. Ils sont juste là, au dessus de nos têtes. Ils veillent sur les vivants et éclairent leur chemin.

« Quand j’étais gosse, mes parents ont disparus, comme ça, sans raison. Parfois je me prends à espérer qu’ils soient encore en vie mais je sais que c’est certainement pas le cas. Pourtant ils sont encore là, j’en suis sûr, il suffit de regarder les étoiles... et on sent leur présence… toute proche… Ils sont encore là. »





Mais non, c'est pas court, m'enfin ;)

_________________
"Les règles sont faites pour être enfreintes."

Revenir en haut Aller en bas
Sasha
Descendante de Lucifer
avatar

Féminin Nombre de messages : 2021
Age : 20
2ème Clan (si 2ème perso) : solitaire
Votre vrai pseudo (PUF) : Lady tueuse / Lady T.
Date d'inscription : 30/06/2011

Feuille de personnage
Caractèristique: Sasha: jete des sortileges. Fange: Invoque des esprits Yell: transforme l’eau en glace.
Points de vie:
200/200  (200/200)
Point de force ou Magie:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   Jeu 16 Aoû - 15:11

Blottit contre le lion gris, la demoiselle fesait le tris dans sa tête de plus en plus confuse.
« Mademoiselle aurait-elle froid ? Ou est-ce qu’il y a un aimant en chacun de nous ? » Demanda le lion.
La louve se dégagea de son emprise. Qu'est-ce qui lui prenait ? Elle ne pouvait aimer quelqu'un, impossible. Seul la haine avait de la place dans son coeur, le reste lui, était enfouie dans le plus pronfondément possible dans les tristes abimes de son esprit, dans la partie "sentiments révolu". Son regard se métamorphosa, de "jeune louve amoureuse" il était passé à "Jeune louve débordant de haine" elle avait changée ou plutôt tous les souvenirs qu'elle venait de redécouvrir l'avait changée, c'était la douloureuse vérité. Elle ne pouvait plus faire marche arrière, et elle l'acceptait. Plus aucun sentiment hormis la haine aurait de la place dans son esprit désormais. C'était sa destinée, elle ne pouvait faire autrement que de vivre avec que sa plaise ou non elle s'en fichait, elle n'avait de compte à rendre à personne, que sa plaise ou non au autre qu'est ce que sa peut bien faire de toute façon ?

« C’est pas magnifique un ciel pareil ? En tout cas, quand je vois tes ailes c’est à ça que ça me fait penser. » Fit une voix que la louve munit d'ailles connaisait bien.
Sévérus... elle n'oublirait jamais ce nom. Ce nom qui signe un nouveau départ dans la vie de Fange, un nouveau départ remplit d'haine mais un nouveau départ comme même.

- Mes ailles te font penser à un ciel la nuit ? Original ... Répondit la canidé, ailleurs.
Elle soupira. Comment lui dire qu'elle devait partir ? Comment lui dire qu'elle ne le reverrait plus ? Lui en voudrai t-il autant qu'il en voulait à cette Shayle ? Souffrira t-il ? Si oui, quand se sentira t-il mieux ? Elle n'avait aucune réponse à toutes ces questions qu'elle se posait, mais une chose est clair dans l'esprit de l'invocatrice: Elle devait partir, et ce départ signerait un nouveau départ dans sa triste vie.

« Quand j’étais gosse, mes parents ont disparus, comme ça, sans raison. Parfois je me prends à espérer qu’ils soient encore en vie mais je sais que c’est certainement pas le cas. Pourtant ils sont encore là, j’en suis sûr, il suffit de regarder les étoiles... et on sent leur présence… toute proche… Ils sont encore là. » Expliqua le félin à la jeune caanidé munit d'une paires d'aille de chauve-souris.
Soudain une idée fit place dans son esprit tumultueux, elle savait comment elle s'y prendre pour quitter Sévérus.

- Dans ce cas, je considérais que tu fais partie des étoiles qui me guiderons lors de mon voyage...
Sur ce, elle se leva fit une léchouille sur la joue du mâle et ajouta:
- Merci pour tout.
Sur ce elle tourna le dos au mâle gris à l'oiseau noir et entama son nouveau départ accompagnée d'Orobos.


- Tu peux m'exxxpliquer ccce qui te prends ? T'étais à deux griffes d'être enfin en couple ! Siffla Orobos une fois qu'ils furent tout deux éloigner du gros matous.
Comment lui expliquer en vitesse ce qu'il lui prenait ? Lui décrire précisément ce qu'elle resentait au plus profond d'elle-même ?

- En cinq lettres: haine. Finit elle par déclarer d'un ton sec.
- Pardon ?
- Je me souviens de mon passé, lorsque mon sale chien de bas étage de père me maltraitait, prend ça comme un nouveau départ, ma chère couleuvre noire et jaune adoré.
- Je vois ...
La demoiselle au look gothique/emo ne savait pas où cette histoire allait la menée, mais peut lui importait, elle subirait les conséquances de ses actes, et puis ce n'était pas comme si ça serait la première fois qu'elle payerait pour ses actes si on y réfléchis bien ...


~ The end ~

_________________
" Dans un coeur forgé par la haine, tu es gravée à jamais "

Lady tueuse

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand une couleuvre s'en mêle...(PV serverus/Fange) [Finish]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Allons-nous avaler cette fois-ci la couleuvre
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Island Univers :: RP Terminés-
Sauter vers: